Recherche avancée       Liste groupes




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 81
Le délai entre votre enregistrement et la publication peut être assez long. Patience !
Seules les propositions d'albums parus il y a plus de six mois sont validées.
Toute proposition d'album paru il y a moins de six mois est mise en attente puis réétudiée une fois le délai écoulé.


Demandes satisfaites : 39 % (1957 demandes dont 755 qui ont abouti à une chronique)
Ce pourcentage ne tient pas compte des demandes pour lesquelles la chronique était déjà en cours d'écriture.



Le 05 Décembre 2020
Par ERIC ZELLEAU
Chroniqueur souhaité
Peu importe

VENTURES - SURFING - 1963

Album intéressant des Ventures dans l'esprit "surf rock" qui est peut etre plus abouti que les precedent. Il contient 2 classique du groupe pipeline et surf rider le reste est pas moins interessant.



Le 05 Décembre 2020
Par MR G
Chroniqueur souhaité
Peu importe

THE TREATMENT - POWER UP - 2020

4 ème album de ce groupe trop méconnu dans nos contrées! Quel dommage pour ceux qui aiment le hard rock bluesy a la AC/DC! Cet album, comme les autres d' ailleurs est juste super bien foutu et entrainant a souhaits! A écouter d' urgence pour les amateurs de bon rock!



Le 05 Décembre 2020
Par YANN 77
Chroniqueur souhaité
WALTERSMOKE

KRAAN - SANDGLASS - 2020

Juste pour signaler et voir chroniquer cet album par Waltersmoke....



Le 05 Décembre 2020
Par LE KINGBEE
Chroniqueur souhaité
DERWIJES

MEL BROWN - CHICKEN FAT - 1967

Le premier album du guitariste Mel Brown qui se fera plus tard connaitre dans le domaine du Blues. Un disque bien représentatif du catalogue Impulse. On y retrouve un autre guitariste Herb Ellis et Ronald Brown un bassiste exceptionnel.
Peut être que mon confrère sera tenté par cette tuerie. Ah ... le LP a bien évidemment été réédité en CD en 2004.





Le 05/12/2020 par DERWIJES

Je ne connais pas du tout, mais ta description donne envie !



Le 05 Décembre 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

NEIL ARDLEY - A SYMPHONY OF AMARANTHS - 1972

L'amarante qui jouait un rôle primordial chez les aztèques l'employant pour leurs rituels religieux fut interdite par les conquistadors espagnols. Les jardiniers méso-américains durent subirent durant plusieurs siècles les foudres des colons. Elle a presque totalement disparu des plats mexicains mais on retrouve encore ses graines le jour des morts dans la confection de têtes de mort en sucre. Têtes de mort en sucre que les mexicains offrent à leurs défunts, c'est dans ce cas un travail de mémoire.

Ce travail travail de mémoire NEIL ARDLEY nous l'offre avec cette symphonie qui allie le jazz avec une grande connaissance de la musique dite classique. Pour qui est ce travail de mémoire avec ces fleurs que l'on veut immortelles ? NEIL ARDLEY nous livre les noms de ces deux immortels musiciens avec les notes DE et GE ; DUKE ELLINGTON et GIL EVANS. Deux géants du jazz qui ont constitué une somme de musique de jazz orchestrale monumentale mais / et de qualité.

"En tant que directeur musical, arrangeur résident et chef d'orchestre du New Jazz Orchestra (alias NJO), ARDLEY avait à sa disposition la crème de la crème des joueurs de jazz britanniques. Ce disque réuni des sommités du jazz britannique de l'époque"
A Symphony of Amaranths est le deuxième album d'une triologie dont les deux autres sont "The Greek Variations" suivi plus tard par "Kaleidoscope Of Rainbows"

En sucrerie nous avons aussi sur ce microsillon 1 poème dont l'auteur est Edward Lear avec pour narrateur Ivor Culter et 3 poèmes qui sont respectivement de JW.B Yeats, James Joyce et Lewis Caroll interprété par NORMA WINSTONE qui travailla avec NUCLEUS de IAN CARR

Un classique du jazz britannique qui eut vraiment ses "notes" de noblesse entre 1965 et 1975.






Le 05/12/2020 par DERWIJES

A ta description on dirait du Third Stream, mais en plus proche du classique "pur"...Ca m'intrigue, il va falloir le chroniquer pour en savoir plus



Le 05 Décembre 2020
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
JOVIAL OU JUAN

GONG - FLYING TEAPOT - 1973

Ah ben le voila le Gong qui me donne entièrement satisfaction quasiment de bout en bout là où je suis plus mitigé sur les autres ! Comme quoi, il faut être persévérant. Bizarrement, c'est celui qui n'est pas chroniqué sur ces pages. Une "erreur" à réparer.



Le 05 Décembre 2020
Par JEF DE LA LUNE
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

THE SLOW SHOW - LUST AND LEARN - 2019

C'est simple : j'écoute cet album tous les jours, parfois en boucle, en ce moment. Je ne sais pas comment vraiment décrire la musique pratiquée par ces Mancuniens. Disons que The Slow Show pratique une pop mélancolique et assez orchestrale avec un chanteur baryton qui évoque un Tom Waits qui a eu le cœur brisé. En tout cas c'est beau et réjouissant à entendre lorsque l'on se sent triste.



Le 11 Septembre 2020
Par JéRôME IS CHROME
Chroniqueur souhaité
SEIJITSU

MATMOS - PLASTIC ANNIVERSARY - 2019

Je suis étonné de l'absence de Matmos sur ce site pourtant bien pointu en musiques expérimentales. Ce duo de Baltimore est à mes yeux aussi important dans la scène IDM qu'Aphex Twin ou Autechre. Chacun de leurs albums apporte un nouveau concept amusant et instructif. Je propose celui de l'année dernière qui a entièrement été réalisé par des bruits de plastique (ex : percussions sur des bidons d'eau ; prothèses mammaires scratchées ; sacs effilochés) avec un résultat groovy et parfois même émouvant.



Le 11 Septembre 2020
Par AIGILUFLE BERTRANDINET
Chroniqueur souhaité
Peu importe

EUMIR DEODATO - PRELUDE - 1972

Album calme et homogene de jazz rock



Le 22 Août 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

Jim CROCE - HIS GREATEST SONGS - 1980

Sa musique ne nous est pas étrangère, surtout dans le 7ème art.

On retrouve une de ses chansons avec Quentin Tarantino dans Django Unchained, une autre fait partie de la bande originale du film X-Men: Days of Future Past et encore une autre dans Logan de James Mangold.
Le succès mit du temps à fréquenter Croce né en 1943, en l'attendant Jim fut chauffeur de camion, roulait sa bosse et grattait sa guitare dans les bars. Ces expériences de petits boulots qu'il sera obligé de faire pour payer ses factures seront souvent retranscrites dans ses textes. C'est dans le début des années 70 que la reconnaissance attendue lui fera signe avec son premier album "You Don't Mess Around with Jim" Mais un personnage armé d'une faux nous enleva ce chanteur. Fin Tragique en 1973 dans un accident d'avion avec son ami et guitariste que l'on peut apprécier dans son premier album , Maury Muehleisen.

Une voix qui ne nous laisse pas indiffèrent et de belles balades.




Le 22 Août 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

VIRUS - REVELATION - 1971

Contrairement au Covid 19 voilà un "Virus" bien sympathique. Des allemands fin des années 60 qui se retrouvent non loin de Bielefeld.

Bielefeld ? Un peu de géographie , un peu plus de cent kilomètres au nord-est de Dormund. Dormund ? Un peu comme Raymond Poulidor souvent deuxième dans le classement de Bundesliga derrière le Bayern de Munich. Vous allez me dire que ce n'est pas un commentaire musical mais sportif. Moi je vais vous demander si le Krautrock c'est pour les végétariens.
La flute dans cet album ne pas déplait pas. Des bons trucs mais album assez inégal. Pourquoi ce commentaire ? Pour ceux qui aiment les herbes rares du Krautrock.




Le 22 Août 2020
Par LE MERLE MOQUEUR
Chroniqueur souhaité
UN FAN DE FREE JAZZ

DHARMA QUINTET - MR ROBINSON - 1970

Je suis venu vers ce Quintet par l'intermédiaire de Colette Magny. Voilà du "free Jazz" français.

Musique de qualité faite par des musiciens qui décidèrent de passer un moment de vie ensemble pour créer une musique qui prit au fil du temps des allures esthético-politiques dont l'ambition était de ne pas tomber dans un académisme free "bourgeois" et de rejeter toute forme de hiérarchie entre les membres du groupe. Une vue ambitieuse mais chaleureuse.
On sent l'influence free que cotoya un moment Miles Davis et Herbie Hancok mais pas uniquement, une certaine forme classique (musique contemporaine) sourde sous cet album... La présence éthérée d'Eric Dophy est certaine, je ne suis pas le seul à le sentir et à le dire.

Un très bel album qui mérite une place dans les discothèques tournées vers le jazz.

Les musiciens : Gérard Coppéré,Gérard Marais, Jacques Mahieux,Jeff Sicard,Michel Gladieux,Patricio Villaroel




Le 22 Août 2020
Par FRANçOIS
Chroniqueur souhaité
SEIJITSU

STEREOLAB - SOUND-DUST - 2001

Inutile de le nier, M. Seijitsu, mon petit doigt m'a dit que vous adoriez ce groupe. Même si vous avez, je crois, une préférence pour "Mars Audiac Quintet", je proposerai plutôt cette collection de chansons haute fidélité, où ce groupe (quand même un peu irritant, ne serait-ce que le côté bobo à mort de la chanteuse "frenchie" Laetitia Sadier) me semble atteindre sa plénitude en se focalisant davantage sur la qualité des compositions que sur la volonté d'épate. Un petit chef-d'oeuvre de pop électro-jazzy.




Le 22/08/2020 par SEIJITSU

Perdu (concernant mon p'tit préféré) ! J'ai décroché de Stereolab avec l'album Cobra bidules de 1999. Donc je ne connais pas celui-ci.




Le 22/08/2020 par SEIJITSU

Si je dois m'attaquer à ce groupe, je me concentrerais sur leur première partie de carrière.



Le 22 Août 2020
Par AUDE LANGLOIS
Chroniqueur souhaité
WALTERSMOKE

Aude LANGLOIS - PROMESSES - 2020

Aude Langlois est une musicienne et compositrice française basée à Berlin. Après des explorations dans les domaines de l'art sonore et de la musique expérimentale, du sound design pour le théâtre et la danse contemporaine, Aude Langlois présente son projet musical et poétique, dans lequel sa voix est le support principal de sa musicalité et de son émotivité.  Sa vie quotidienne oscille entre l'anglais et l'allemand mais son langage d'expression privilégié reste le français dans lequel elle peut exprimer au juste des sentiments subtils grâce au sens et à la sonorité des mots de sa langue maternelle. ‘Promesses’, le premier single d’Aude Langlois, est un poème musical liant mélancolie et rêverie. 

Réalisé par Carlos Vin Lopes en collaboration avec le directeur de la photographie et cameraman Andrés Lizana Prado, le clip de ‘“Promesses”’ a été tourné en cinémascope avec des objectif LOMO vintage anamorphic originaires de Russie, qui donnent une expression visuelle à la mélancolie douce infusée dans les paroles et la musique. Sur la base d’une démo, Carlos Vin Lopes a donné une tout autre dimension à “Promesses” en parant la chanson d'une histoire d'amitié et de partage. Entourant la chanson d'un groupe de créatifs talentueux - en commençant par le producteur et directeur artistique Valerio Nicoletti - ils ont créé un univers onirique. Le voyage dans la campagne de Bad Düben près de Leipzig en Allemagne pour tourner ce clip aura été le début d'un chemin créatif qu'ils ont l'intention de poursuivre tous ensemble. L'EP a été enregistré et partiellement produit avec l’ami et guitariste Romain Rossi à Berlin. L'écriture des chansons s'étale sur 10 ans et Promesses sera disponible sur toutes les plateformes de streaming le 28 août 2020. 

A regarder ici : https://youtu.be/MO2Qk56dbAg
A écouter par là : https://soundcloud.com/jesuisaude/promesses/s-knhpvOGy3ze




Le 22 Août 2020
Par NICOLAS
Chroniqueur souhaité
PEU IMPORTE

MESTRE - BEYOND THE LINES - 2020

Groupe post-punk partagé entre Metz, Strasbourg et Lyon, Mestre s’est formé en 2015 et navigue entre punk et cold-wave, pour faire court. Son Beyond the lines, braillé avec un entrain jamais pris en défaut, parfois plus posé mais de façon brève, renvoie une force de frappe indie qui assied sa portée.




Demandes non satisfaites :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 81






1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod