Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1990 Fever Dream
 

- Style : Stevie Salas , Joe Satriani , Steve Vai , Marty Friedman , Tony Macalpine

Richie KOTZEN - Salting Earth (2017)
Par JASPER LEE POP le 25 Avril 2017          Consultée 1381 fois

Richie KOTZEN raconte à qui le lui demande qu'il a grandi dans une ferme de Pennsylvanie à l'écart de la ville et qu'il s'est vite rendu compte qu'il ne pourrait compter que sur lui-même pour donner vie à la musique qu'il avait dans la tête. Du coup, non content de tricoter de la six-cordes de façon assez exceptionnelle et de chanter avec un sacré feeling, il fait tout de A à Z sur ses albums. Il joue de la basse, de la batterie, des claviers, il produit et distribue sur son propre label. Ne dit-on pas qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même ? Oui et non parce qu'à l'écoute de ses albums il arrive qu'on se dise qu'une section basse/batterie tenue par des pros (les deux assassins qui l'accompagnent en ce moment par exemple, Dylan Wilson et Mike Bennett) tirerait le niveau encore plus vers le haut et magnifierait les compos. Et puis on se ravise et on repense aux autres exemples d'hommes-orchestres, PRINCE, TTDA, Lenny KRAVITZ... Non, ces types-là n'ont pas le dixième du niveau des batteurs et bassistes qui les accompagnent sur scène mais leurs limites et parfois même leurs maladresses font partie intégrante de la magie qu'ils dégagent, ça n'est pas une science la musique.

Une fois qu'on a dit ça, ne nous voilons pas la face, dans le cas de KOTZEN c'est aussi une question de moyens. Idem pour la production (néanmoins très bonne ici), on se pique d'imaginer ce que donneraient ces morceaux travaillés par un grand nom qui coûte très cher. Non, là où le DIY atteint ses vraies limites avec lui, c'est dans la conception des pochettes. Il faut savoir déléguer, Richie. Tu n'as pas un cousin avec quelque talent de photographe ? Le fils d'un voisin pas trop maladroit avec sa boîte de Caran d'Ache ? Bref, ça ne peut plus durer tes bidouillages sur Photoshop.

Voilà, j'ai adressé mes deux, trois reproches pour ne pas passer pour la groupie de service de KOTZEN parce qu'en dehors de ça, il est rudement bien ce nouvel album. Loin d'être bête, le musicien place en début de galette deux compos (« End of Earth » et « Thunder ») qui auraient pu figurer sur les deux albums des WINERY DOGS (quelle déception ce deuxième opus bâclé pour battre le fer tant qu'il était chaud et enchaîner une seconde tournée!) histoire de ne pas totalement dérouter ses nouveaux fans. Il enchaîne avec « Divine Power », un bon blues d'inspiration Hendrixienne qu'on aurait pu trouver sur un disque du milieu de sa carrière, Into the Black par exemple. Après ça, KOTZEN largue les amarres et part en croisière sur le Love Boat pour donner libre cours à ses envies sans aucune entrave. « I've Got You », c'est du tube interplanétaire en puissance et Bruno MARS n'a qu'à bien se tenir. Et je ne plaisante pas tant que ça. À ce moment-là de l'album, on a normalement déjà perdu le dernier métalleux égaré qui se souvenait vaguement du descendeur de manches signé par Mike Varney alors on peut enfoncer le clou tranquillou avec « My Rock » dans la veine HALL & OATES et de la Philadelphia Soul (rappelons qu'il est originaire de Reading, pas loin). Plaisir coupable ? Bien sûr que c'est kitsch mais il assume à fond le bougre et fait ça dans les règles de l'art en ajoutant un soupçon de PRINCE et c'est sexy. Rebelote avec « This is Life » et juste quand on se dit que le type chante de mieux en mieux, il termine le morceau sur un solo éblouissant.

« Make It Easy » est une vieille compo qui ne demandait qu'à être terminée et permet de revenir à des choses plus percutantes avec les chœurs féminins de Julia Lage, seule participation extérieure qui n'en est pas vraiment une puisqu'il s'agit de madame Kotzen. « Meds » renoue avec la soul et le blues et « Cannon Ball » repart sur les terres du Philly Sound matiné de Stevie WONDER. On termine avec le dépouillé « Grammy » et on obtient au final un album varié de chez varié concocté par un musicien très indépendant qui avait hâte de retrouver sa liberté après l'aventure WINERY DOGS. Une liberté dont il profite pleinement et qu'on entend clairement.

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


CHEAP TRICK
Cheap Trick (1977)
Un groupe punk?




Richie KOTZEN
Live (2015)
Le secret le mieux gardé du rock.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Richie Kotzen (tout)


1. End Of Earth
2. Thunder
3. Divine Power
4. I've Got You
5. My Rock
6. This Is Life
7. Make It Easy
8. Meds
9. Cannon Ball
10. Grammy



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod