Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : A-ha, Depeche Mode
 

 Site Officiel (492)

OMD - Live At The Theatre Royal Drury (1982)
Par WALTERSMOKE le 2 Octobre 2017          Consultée 127 fois

Dans cette chronique, on va parler d'une rareté rare qui n'en est plus une. Ou qui l'est encore, mais selon le cas. En effet, Live At The Theatre Royal Drury Lane est à l'origine un enregistrement disponible en VHS, Betamax ou Laserdisc, et dans les trois cas devenu une véritable pépite pour les fans d'OMD depuis la dernière distribution en 1984. Ça, c'est pour les collectionneurs maniaques et nostalgiques du temps où il fallait rembobiner un support vidéo une fois le visionnage fini. Les autres, ces péons, se jetteront volontiers sur la réédition d'Architecture and Morality (1981), qui s'enrichit en 2007 d'un DVD bonus contenant, en plus des clips de ses singles, le fameux live vidéo.

Quelle que soit la version, on a droit ici à un live d'OMD, ce qui en soi n'est pas rien. Mais plus encore, c'est un ajout des plus importants tant le live au Royal Drury Lane est excellent. Capté fin 1981 au pays, donc, il permet de voir comment le fameux groupe anglais se défendait sur scène, et comment il pouvait bien interpréter sa new-wave/synthpop. Et comment qu'ils la défendent bien ! Tout au long des 52 minutes que dure le concert, les quatre gaillards vont enchainer les performances d'anthologie, et faire comprendre que même avec des synthés cheap, il y a moyen de faire le café.

Et pourtant, ça ne démarre pas si bien que ça. Je n'ai jamais été fan du premier OMD, et même si ma chronique est avec le recul un poil sévère, il reste quand même relativement moyen. Et "Almost" ne deviendra jamais le grand tube du groupe. Il se passe toutefois quelque chose ici, sans nul doute une instrumentation profitant de synthés plus modernes et convaincants, ainsi que d'un son clairement moins étouffé. Sauf que l'écoute du morceau suivant, "Mystereality", révèle la véritable réponse : OMD pète le feu tout au long du concert, ni plus, ni moins. Tout le monde, et surtout le bassiste-chanteur Andy McClusky, est clairement très heureux de jouer devant le public, et le fait savoir en s'investissant à fond. De facto, même les extrait du premier album ("Bunker Soldiers", "Julia's Song") deviennent au moins très intéressants à écouter, montrant ainsi que si la composition reste l'élément le plus important en musique, l'interprétation peut sublimer une chanson bien écrite et pourtant jouée avec peu de talent ailleurs. Et que dire alors des chansons déjà excellentes en studio... ben pas grand-chose, sinon qu'on tient ici la version la plus saignante et jouissive de "The New Stone Age", que "Enola Gay" est fidèle à elle-même niveau qualité, ou encore que "Souvenir" reste ce sommet de douceur synthétique.

Et puisqu'on parle de DVD, évoquons la partie vidéo, pardi ! La réalisation est franchement classique, mais a au moins le mérite de faire son travail avec professionnalisme – surtout, on n'a pas une caméra épileptique adepte des zooms intempestifs. Par moments, on voit le public du théâtre bouger son corps au rythme des chansons. Bon, après, peut-on parler de « danse »... seuls les ados de cette époque sauraient répondre, on va dire. Le plus important reste quand même les musiciens, et force est de constater qu'Andy McClusky est une véritable pile électrique, animé d'une énergie débordante et avant tout communicative. Un vrai showman qui donne tout ce qu'il a, au point que le contraste avec le calme Paul Humphreys n'en est que plus déroutant. Mais Martin Cooper provoque également une petite surprise, puisque si le claviériste jouit de son heure de gloire au saxophone sur "Mystereality", c'est également lui qui tient la basse sur un "Julia's Song" d'anthologie. Enfin, comment évoquer la vidéo du live au Royal Drury Lane sans parler de "Souvenir", avec un Humphreys tellement mignon et adorable quand il chante ? On peut pas, tout simplement, quand bien même son interprétation vocale n'est pas forcément au top ici.

Le live au Drury Lane est tout bonnement un must dans la discographie d'OMD. C'est une compilation ultime des trois premiers albums du groupe augmentée d'une interprétation des plus savoureuses, qui rend incroyable même des morceaux qu'on n'a pas l'habitude d'aimer. Et ça, c'est beau.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


OMD
The Punishment Of Luxury (2017)
Une punition au goût exquis




CHVRCHES
Every Open Eye (2015)
Statut du talent : confirmé


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Andy Mcclusky (chant, basse, guitare sur 8)
- Paul Humphreys (claviers, choeurs, chant sur 7)
- Martin Cooper (claviers, saxophone sur 2, basse sur 13)
- Malcolm Holmes (batterie, percussions)


1. Almost
2. Mystereality
3. Joan Of Arc
4. Motion And Heart
5. Maid Of Orleans
6. Statues
7. Souvenir
8. The New Stone Age
9. Enola Gay
10. Bunker Soldiers
11. Electricity
12. She's Leaving
13. Julia's Song
14. Stanlow



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod