Recherche avancée       Liste groupes



      
MEMPHIS SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sam & Dave, Al Green , Aretha Franklin , Sam Cooke , Wilson Pickett
- Style + Membre : Isaac Hayes , Booker T. Jones , Carla Thomas , Booker T. & The Mg's

Otis REDDING - Love Man (1969)
Par LE KINGBEE le 25 Octobre 2017          Consultée 1268 fois

« Love Man » sort dans les bacs en juin 1969. Cela fait maintenant près d’un an et demi qu’Otis REDDING mange les pissenlits par la racine, suite à l’accident d’avion dont le chanteur a été victime. « Love Man » fait donc partie des albums posthumes de l’artiste. On peut se réjouir d’un côté avec de nouveaux morceaux, mais d’un autre côté on peut se demander si Atco, filiale d’Atlantic, n’a pas voulu se remplir les bourses (excusez l’expression) à moindre frais avec ce quatrième album posthume, mais c’est là un autre débat et chacun se fera sa petite idée.

On est donc en 1969, le crash de son avion en décembre 1967 n’a fait qu’accentuer la popularité du chanteur auprès des publics blancs et noirs. D’ailleurs le chanteur est nominé aux Grammy Awards en 1969 pour « The Dock Of The Bay ». Atlantic, propriétaire des enregistrements, n’a pas attendu cette cérémonie et a précédé l’évènement en éditant « « The Immortal Otis Redding » dont le titre prêterait presque à sourire, et « In Person at the Whiskey A Go Go » et bien sûr « The Dock Of The Bay ».
Il paraît évident qu’avec ce 4ème album posthume la source commence à se tarir. La critique américaine ne se montrera guère unanime sur la qualité de ce disque. Mais presque un demi-siècle après sa parution, qu’en est-il exactement ?

En ouverture, « I’m A Changed Man », probablement l’un des derniers morceaux enregistrés par Redding en novembre 1967, diffuse le plein de fraîcheur alors que la section cuivre s’oriente vers une connotation Soul Jazzy. Outre cette entame, on retrouve huit titres écrits ou coécrits par Redding. « That’s A Good Idea » comporte tous les ingrédients de la Deep Soul. « I’ll Let Nothing Separate Us » demeure l’archétype de la ballade « made by Redding » avec un chant capable d’émouvoir la plus stricte des bénédictines. Le pouvoir de persuasion et le timbre sexy sont encore de mise sur « Direct Me » bien rehaussés par la guitare cristalline de Steve Crooper. Cette face A s’achève ave « Love Man » qui donne son nom à l’album. On ne pourra s’empêcher de sourire à l’idée d’un quizz micro-trottoir, mais si on faisait écouter lachanson à dix ménagères dans la rue en leur demandant d'où elle provient, neuf d’entre elles répondraient que le titre provient du film « Dirty Dancing ». Reste à savoir qui d’Otis ou de Patrick Swayze dégage le plus d’intensité ? On s’en fout, de toute façon ils sont morts tous les deux. A noter que le titre connaîtra une seconde vie avec une reprise de Curtis Salgado en 2012.

La face b s’ouvre sur « Groovin’ Time » qui n’est pas sans rappeler le répertoire du Godfather (James Brown », un titre où la voix est carrément transportée par une rythmique d’enfer. Retour vers la ballade avec « Your Feeling Is Mine » ; s’il faut une bonne trentaine de secondes pour que l’osmose prenne entre l’accompagnement et le chant, le titre demeure le parfait prototype de la ballade à la Redding. Buddy Miles reprendra le titre l’année suivante dans l’album « Them Changes » dans une version au rythme trop rapide à notre goût. Le tempo s’accélère avec « Got To Get Myself Together » titre dansant avec un soupçon de guitare funky. Changement de cap avec la dernière composition du chanteur « Free Me » (rien à voir avec le titre homonyme d’URIAH HEEP) pour une ballade Deep Soul intense qui aurait pu avoir les honneurs des charts.

Otis REDDING reprend à son compte trois titres dont deux standards : « A Lover’s Question », un ancien Numéro 1 des charts R&B popularisé par Clyde McPhatter. Le titre connaîtra de multiples tentatives souvent médiocres suite à la reprise d’Otis. Le chanteur gomme ici tous les effets doo-wop de la version originale, remplaçant les chœurs par l’apport de cuivres. Une version nettement plus convaincante que les démarches Country ou Pop de Travis Wammack, Johnny Burnette, Jay & The Americans ou Ragga de Leroy Gibbons (pour ne citer que les plus connues).
« (Your Love Has Lifted Me) Higher And Higher » reste attaché à la carrière de Jackie Wilson qui fera monter le morceau dans le Top Ten Pop en 1967. A l’instar du précédent, le titre sera l’objet de nombreuses versions frisant parfois l’odieux ( Gene Pitney, Bette Middler, Dolly Parton ou Helmut Lotti) et l’interprétation de REDDING demeure l’une des meilleures jamais entendues avec celles d’Erma Franklin, Rita Coolidge ou encore de celle plus audacieuse du Henhouse Prowlers, excellent groupe de Newgrass. Dernier emprunt avec « Look At That Girl », un inusité des Fiestas gravé en 1962 en single sur Old Town Records, délivré ici dans une version plus moderne avec des chœurs peut-être trop présents et une rythmique dévastatrice portant à elle seule le morceau.
Presque un demi-siècle après sa sortie, « Love man » donne parfois l’impression d’avoir été surproduit et on ne peut que remarquer une inégalité entre les différentes pistes. Mais quoiqu’il en soit, cet album pourrait encore faire pâlir plus des trois quarts de la production Soul contemporaine. Qu’on se le dise. Pas le meilleur album du chanteur, certes, mais ce disque reste attachant et mérite un 2,5 ramené à 3 par la grâce d’une voix d’exception.

*Ce disque a fait l’objet de plus d’une vingtaine de pressages et de cinq rééditions CD. La chronique provient de l’écoute de l’édition française Atco 40078. Seules la rondelle et la pochette dorsale changent avec une note de Kurt Mohr. Signalons qu’on doit le visuel avant au photographe Jean-Pierre Leloir, auteur du célèbre cliché regroupant BRASSENS, BREL et FERRE.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


Candi STATON
Candi Staton (2004)
Un trésor de deep soul sudiste




HOWARD TATE
Rediscovered (2003)
Le disque soul de l'année 2003


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Otis Redding (chant)
- Steve Cropper (guitare)
- Donald 'duck' Dunn (basse)
- Al Jackson (batterie)
- Booker T. Jones (orgue, piano)
- Isaac Hayes (orgue piano)
- Wayne Jackson (trompette)
- Andrew Jackson (saxophone)
- Joe Arnold (saxophone)


1. I'm A Changed Man.
2. (your Love Has Lifted Me) Higher And Higher.
3. That's A Good Idea.
4. I'll Let Nothing Separate Us.
5. Direct Me.
6. Love Man.
7. Groovin' Time.
8. Your Feeling Is Mine.
9. Got To Get Myself Together.
10. Free Me.
11. A Lover's Question.
12. Look At That Girl.



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod