Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTHWAVE  |  LIVE

Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Perturbator
- Style + Membre : Hotline Miami
 

 Bandcamp (205)

CARPENTER BRUT - Carpenterbrutlive (2017)
Par BAKER le 20 Novembre 2017          Consultée 907 fois

Désolé les gars, va falloir vous remettre au turbin. Oui, je vous cause à vous, bons voire excellents groupes qui n’arrivez pas à sortir un grand live. C’est rare, les grands live. C’est très rare. Mais plus on avance dans le temps, plus des albums en public sortent et... plus les grands sont rares. Ce qui est rare est cher, dit-on : ici, ce n’est pas le prix qui risque de vous gêner, mais l’obligation d’acheter même si vous possédez déjà "TRILOGY". Surtout si vous possédez "TRILOGY".

De quoi c'est-y qu’on cause, au fait, à part qu’à priori, "CarpenterBrutLive" soit “un grand live” ? Eh bien de synthwave, plus précisement du nec plus ultra de la synthwave... mais en live. Alors, exercice paresseux de DJing où le clou de la soirée est lorsque l’unique musicien change de clef USB ? Non, Frank B Carpenter vient du metal à la base et c’est donc avec deux acolytes de HACRIDE qu’il a mené une tournée européenne puis américaine particulièrement fructueuse : un batteur ultra métronomique, et un guitariste qui se permet quelques fulgurances bien senties. Et leur simple présence suffit à rendre ce live indispensable, les versions étant différentes des géniales pistes studio. C’est moins... non, on ne peut pas quantifier cela. Ce n’est pas moins mélodique, ni moins dansant, ni moins électro, ni * PLUS * quoi que ce soit sauf niveau ambiance, le public étant chauffé à blanc.

Non, c’est autre chose, tout aussi infectieux que les EP, et complémentaire. L’intro "Escape" donne le ton, avec sa mélodie jouée à la guitare : c’est plus hard rock que synthwave et, curieusement, ça fait encore plus John CARPENTER ! L’explosion de cette première mélodie donne lieu à une apocalypse dans le public, et à partir de là accrochez-vous, vous avez 67 minutes de folie non-stop. Ecoutez donc la fin de "Division Ruine", c’est purement incroyable. "Division" qui sonne comme la parfaite alchimie entre Giorgio MORODER et The ALGORITHM. "Roller" permet aux gens de danser sur du soundtracking, vision improbable voilà encore dix ans. "Chew" est le moment le plus purement électro et plaira sans doute aucun aux amateurs de techno “réelle”, même si la guitare hurlante rappelle qui est Maître des Lieux.

Même s’il y a un très léger creux vers le milieu, ce qui est bien logique vu l’exubérance et la compacité de la musique, la setlist fait bien les choses avec quelques pauses bienvenues, des relances spectaculaires (slap de basse sur "Tracy", grandes orgues de "Paradise"). "Anarchy" est le premier titre chanté et le refrain sur ce live est démentiel, ce qui est pour le moins curieux car il s’agit probablement de la même bande que la version studio... mais ce public, bon sang, qu'il piaille ! Mais j'entends les fans de la première heure s'interroger : premier titre chanté ? Oui car le live est aussi parsemé d’inédits dont "Good Old Call" au refrain imparable et addictif. Il introduit le dernier tiers du concert qui enquille tube sur tube, épique, furieux ("5 118 574" c’est le "TRON LEGACY" de DAFT PUNK en décomplexé). Mais ce qui fait de ce live un GRAND live, c’est une reprise du légendaire "Maniac" de Michael SEMBELLO. Public complètement cinglé, synthés énormes, super chant du chanteur de KLONE (autotuné mais cette fois ça ne gêne en rien, au contraire), ambiance furieuse, cette version ENTERRE l’originale pourtant excellente. Déjà culte en studio, CARPENTER BRUT montre avec ce live qu’il s’agit d’une force avec laquelle il va falloir compter pendant longtemps. Entre nous : chic !

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


EXXOS
Dune Spice Opera (1992)
Un voyage rare, sidéral et sidérant




BULLET HEIGHT
No Atonement (2017)
Pure reason revolution revisited


Marquez et partagez







 
   BAKER

 
  N/A



- Frank B Carpenter (claviers, prog)
- Adrien Grousset (guitare)
- Florent Marcadet (batterie)
- Yann Ligner (chant)
- Jim (chant)
- Franky Cadillac (chant)


1. Escape From Midwich Valley
2. Division Ruine
3. Roller Mobster
4. Meet Matt Stryker
5. Wake Up The President
6. Chew Bubble Gum
7. Turbo Killer
8. Paradise Warfare
9. Run, Sally, Run !
10. Looking For Tracy Tzu
11. Anarchy Road
12. The Good Old Call
13. Disco Zombi Italia
14. Sexkiller On The Loose
15. 5 118 574
16. Le Perv
17. Hang’em All
18. Maniac



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod