Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 The Final Experiment
1996 Actual Fantasy
1998 Into The Electric Cas...
2000 The Dream Sequencer [...
  Flight Of The Migrato...
  Ayreonauts Only
2004 The Human Equation
  Actual Fantasy Revisited
2008 01011001
  Elected
  Timeline
2013 The Theory Of Everyth...
2016 The Theater Equation
2017 The Source
2018 Best Of Ayreon Live
  Best Of Ayreon Live
 

- Style : Marillion, Roger Waters , Kansas, Vuur
- Membre : Anneke Van Giersbergen
- Style + Membre : The Gentle Storm , Agua De Annique, Opeth, Devin Townsend

AYREON - Actual Fantasy (1996)
Par BAKER le 1er Août 2018          Consultée 204 fois

Le succès de The Final Experiment a pris tout le monde par surprise, Lucassen le premier. Sorti en catimini sur un petit label (le seul à avoir voulu de lui), l'album aux multiples genres et vocalistes a très vite creusé son trou parmi le public de rock progressif, qui connaît un sursaut d'orgueil en ce milieu d'année 90. MARILLION sort deux albums au top, PENDRAGON aussi, IQ a jeté Ever en pâture aux auditeurs, ARENA vient d'arriver, des groupes comme ILLUVATAR ou EVERON ne marchent finalement pas si mal que ça. Arjen décide donc de transformer Ayreon en véritable nom de projet, et s'attelle dans son petit studio personnel à concocter un second opus.

Un opus qui globalement est mal reçu, à tel point que son auteur finit par un peu le répudier. Les reproches faits à ce Actual Fantasy (l'inverse de Virtual Reality) ont été nombreux : son trop froid et prod trop robotique, manque de chanteurs (il n'y en a que trois plus Arjen lui-même), pas de véritable concept narratif. Bref, c'est vrai que selon les critères, ce Actual Fantasy - particulièrement dans sa première édition - n'est pas un véritable album d'AYREON. Les chansons font toutes à peu près la même durée, il n'y a aucun batteur et quasiment pas de vraie basse, et côté style le space rock domine largement les autres influences du géant batave.

Mais côté qualité ? Est-ce que ce disque a été bien écrit, bien conçu, bien réalisé ? C'est un retentissant oui qui explose les tympans dès le premier vrai titre : "Abbey of Synn", à l'introduction gothique effrayante, est un chef-d'oeuvre de rock progressif mélodique avec un couplet tout en montée se fondant dans un refrain au contre-chant minutieux, mais surtout vous avez ces deux solos d'anthologie, guitare puis synthé, qui donnent dans l'éclatant, le grandiloquent. Arjen lâche la bride et ça fait du bien : tout le reste de l'album est à l'avenant.

Le refrain explosif et terriblement passionnel de "Computer Eyes", les choeurs presque BEATLES de "Beyond the Last Horizon", la production hyper-spatiale (dans les deux sens du terme) du très enveloppant "Back On Planet Earth", c'est un véritable déferlement de mélodies, d'effets, et de petits breaks prog jamais gonflants ou gratuits. En restreignant le casting au maximum, Arjen conçoit pratiquement un album solo et soigne chaque détail, le mix est un pur régal et l'écoute au casque (fort, très fort) vous emmène loin dans la stratosphère. C'est surtout l'équilibre chant/musique qui accroche l'auditeur et ne le lâche plus : en matière d'écriture, cet album est de l'orfèvrerie.

Alors certes, il est très froid, les synthétiseurs sont grandement majoritaires, les chanteurs sont souvent restreints dans les couplets, mais tout ceci participe à l'ambiance, oppressante et exaltée en même temps, une sorte de fusion entre Alien et Empire Strikes Back. Le titre final, très différent des autres, plus folk et pop, peut décevoir à la première écoute : il finit par trouver pleinement sa place à force d'écoutes, tant il est frais et très bien développé. Comme un retour sur Terre après un voyage spatial mouvementé.

L'album est donc un échec commercial (et à l'époque critique), et Arjen l'oubliera bien vite pour se concentrer sur Electric Castle, son magnum opus qui le fera définitivement accéder au status de superstar du prog 90s. Et pourtant, ce disque est une merveille dans son genre, et peut-être le meilleur album de son géniteur, de par la force de sa simplicité (en surface). Rien que pour le double solo de "Abbey", il me semble impossible qu'un fan de (neo) prog ne pose pas au moins une fois une oreille sur cet album.

En 2005, Arjen tente de donner une seconde vie à ce disque en le réenregistrant partiellement, avec notamment une vraie batterie et une vraie basse. Ce nouveau mix est reçu par la presse et les fans de façon largement positive ; pour ma part, je trouve qu'ajouter de l'humanité aux parties rythmiques fait justement disparaître la magie de l'original. Mais cette version 2005 n'est pas à jeter aux orties : non seulement notre bonhomme en profite pour remixer l'album en 5.1 (et c'est très spectaculaire, comme vous vous en doutez), mais en prime, le DVD propose (en Dolby AC-3 seulement hélas) le mixage original, vu que l'album était devenu quasiment introuvable. Introuvable ? Un "mauvais" disque ? En général, ça cache quelque chose !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Tim BOWNESS
Lost In The Ghost Light (2017)
Biographie prog classieuse




SOEN
Lykaia (2017)
Formule musicale étriquée, mais magique


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Arjen Anthony Lucassen (claviers, prog, guitare, basse, chant, choeurs)
- Edward Reekers (chant)
- Okkie Huysdens (chant)
- Robert Soeterboek (chant)
- Cleem Determeyer (claviers, prog)
- Rene Merkelbach (claviers)
- Floortje Schilt (violon)
- David Bauchwitez (guest)
- Kiki Holleman (guest)


1. Actual Fantasy
2. Abbey Of Synn
3. The Stranger From Within
4. Computer Eyes
5. Beyond The Last Horizon
6. Farside Of The World
7. Back On Planet Earth
8. Forevermore



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod