Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD  |  LIVE

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 The Final Experiment
1996 Actual Fantasy
1998 Into The Electric Cas...
2000 The Dream Sequencer [...
  Flight Of The Migrato...
  Ayreonauts Only
2004 The Human Equation
  Actual Fantasy Revisited
2008 01011001
  Elected
  Timeline
2013 The Theory Of Everyth...
2016 The Theater Equation
2017 The Source
2018 Best Of Ayreon Live
  Best Of Ayreon Live
2020 Into The Electric Castle...
  Transitus
 

- Style : Marillion, Roger Waters , Kansas, Vuur
- Membre : Anneke Van Giersbergen
- Style + Membre : The Gentle Storm , Agua De Annique, Opeth, Devin Townsend

AYREON - Electric Castle Live And Other Tales (2020)
Par BRADFLOYD le 14 Avril 2020          Consultée 1743 fois

NOTA : Cette chronique porte sur le concert dans toutes ses versions, avec image et son.

Après avoir investi le 013 à TILBURG (Pays-Bas) en septembre 2017 pour un survol de toute la carrière du projet AYREON (cf le "Best Of Live" d’AYREON UNIVERSE sorti en 2018), bis repetita pour LUCASSEN et sa bande deux ans plus tard, au même endroit, pour quatre concerts exceptionnels. L’intéressé est fier d’annoncer que plus de 60 nationalités se trouvaient dans la salle pour assister au 20ème anniversaire de l’album qui a tout lancé, "Into The Electric Castle". C’est donc à l’intégralité du disque, et dans l’ordre, s’il vous plaît, que les quelques 13.000 spectateurs ont pu vibrer avec les 14 chanteurs et chanteuses, les 10 musiciens, sans compter le maître de cérémonie, John de LANCIE, célèbre, entre autres, pour son rôle de Q dans "Star Trek: The Next Generation" entre 1987 et 1994.

Pour mener à bien son projet, LUCASSEN a réussi à réunir nombre de ceux qui avaient déjà participé au projet 21 ans plus tôt. Ainsi, les vocalistes FISH, Damian WILSON, Edwin BALOGH, Edward REEKERS, Anneke van GIERSBERGEN et George OOSTHOEK ont réinvesti leurs rôles et, du côté des instrumentistes, le pote de toujours, Ed WARBY, à la batterie et le flutiste Thijs van LEER du groupe FOCUS (rappelez-vous, le chanteur allumé qui yodelait et sifflait en 1971 sur "Hocus Pocus" avant que Jan AKKERMAN n’enchaîne les soli de gratte tous plus fous les uns que les autres…). Il est d’ailleurs incroyable que LUCASSEN réussisse systématiquement à rassembler tout ce beau monde autour de lui pour des projets toujours plus hors-norme. Alors, certes, entre 2017 et 2019, il y a de la perte en ligne. Déjà parce qu’il fallait proposer les rôles à ceux qui les avaient chantés à l’origine. Ensuite, certains fidèles étaient indisponibles en raison de leurs agendas. Je pense en particulier à Floor JANSEN et Marko HIETALA en plein dans l'enregistrement du prochain NIGHTWISH. Mais nous avons perdu aussi Hansi KÜRSCH, Tommy KAREVIK, l'ineffable Mike MILLS (même s’il fait une apparition enregistrée en fin de concert) et Jay van FEGGELEN du côté des chanteurs, Peter VINK à la basse, Marcel COENEN à la guitare lead, Jeroen GOOSEN aux flutes et pour cause, Maaike PETERSE au violoncelle ainsi que Rob SNIJDERS aux percussions, du côté des musiciens. En revanche, d’autres fidèles font leur apparition par rapport à l’œuvre initiale : Simone SIMONS à la place de Sharon Den ADEL, John Jaycee CUIJPERS à la place de Jay Van FEGGELEN et Mark JANSEN (sans rapport avec Floor) à la place de Robert WESTERHOLT.

Après cette litanie des participants, intéressons-nous à l’œuvre sortie le 27 mars dernier. Déjà, il y a le contenant et le contenu. Et, à chaque sortie, Arjen LUCASSEN gâte ses fans. Bon, certes, il peut y avoir un côté mercantile là-dedans mais, honnêtement, si tout le monde prenait soin de son public comme lui, l’industrie du disque s’en porterait largement mieux et les potentiels acheteurs se détourneraient du support numérique pour réinvestir dans ce que l’on peut appeler de vraies œuvres d’art dans le sens noble du terme. Alors certes, nous avons le Blu-Ray, les 2CD + DVD habituels en vente dans toutes les bonnes enseignes spécialisées, mais là où cela devient du grand art, c'est quand LUCASSEN nous propose le même type de produit que pour AYREON UNIVERSE, à savoir un 2CD + 2DVD + 1Blu-RAY dans un livre de la taille d’un 33-tours, un triple vinyle doré et un magnifique coffret en bois limité à 1500 exemplaires contenant 2CD + 2DVD + 1Blu-RAY, 3 pictures discs 30 cm, un disque photo exclusif, des cartes postales, un livre contenant les photos des concerts, un tapis de table tournante et enfin le certificat d’authenticité signé par Arjen inséré dans un tube pour le protéger. Si je vous donne les prix, j’aurais l’impression d’être feu Pierre Bellemare dans le télé-achat. Cependant, pour information, le coffret, en vente à 160€ à l’origine, est vendu aujourd’hui sur des sites spécialisés à 1000€. Autant avertir que la beauté de cet objet de collection risque de faire des envieux. Tout le monde n’a pas eu la chance d’assister à ces concerts (spéciale dédicace à Jeff Kanji de Nightfall In Metal Earth). Alors, on se rattrape comme on peut.

Le contenu maintenant : je ne vais pas refaire la critique de l’album que Baker a parfaitement faite avant moi. Même si je suis en totale opposition avec certaines de ses appréciations (« nanar du prog », « quelques refrains voire titres complets d'une naïveté sidérante (mention spéciale à l'hilarant "Tunnel Of Light ») » et autres…), je me retrouve quand même globalement dans ce qu’il a écrit. Cependant, l’album dans son entier passe-t-il l’épreuve du live ? La réponse est claire, mille fois oui. Pour différentes raisons : l'investissement vocal, magnifique, de l’ensemble des acteurs (mention spéciale à Anneke van GIERSBERGEN et Damian WILSON déguisé en chevalier, épée à la main), des musiciens de très haute valeur. Alors, certes, FISH n’a plus la voix d’antan. C’est surtout dans les parties graves que l’on sent qu’il souffre. Mais il reste inimitable dans sa longue veste en tweed bleue. Côté musiciens, la guitare lead (Marcel SINGOR de KAYAK) est au service de la musique et se la joue cool malgré certaines parties compliquées, et chacun des instrumentistes est au diapason de l’œuvre sans chercher à ramener la couverture à lui. Au pays des tulipes, certains sont pourtant de véritables stars (Thijs van LEER, par exemple, qui se la joue modeste tout le long du set alors qu’on l’a connu beaucoup plus exubérant). Et puis, il y a Arjen. Lui qui, mis à part en fin de concert en 2017, n’apparaissait plus en public pour cause de timidité et de stress, chante sur ses parties et on se rend compte que personne n’aurait pu les chanter à sa place. De même, les incontournables comme "Isis and Osiris", "Tunnel of Light" (n'en déplaise à Baker), "Valley of The Queens" font la part belle aux cantatrices mais surtout "The Castle Hall" prend une nouvelle dimension, plus heavy encore que sur CD d’origine. Et même "Cosmic Fusion" permet à Simone SIMONS d'introduire l'un des titres les plus lourds de la soirée, particulièrement lors de l'arrivée de Mark JANSEN et de George OOSTHOEK réalisant divers growls et voix ténébreuses qui passent très bien l’épreuve du live.

Et puis, en son milieu, un interlude de piano classique par Robby VALENTINE en vue d’introduire "The Mirror Maze". Usant d’une grande virtuosité, VALENTINE convoque le fantôme de Rimsky-Korsakov en jouant une adaptation du "Vol du Bourdon" au milieu d’une improvisation de toute beauté. Inattendue voire décalée au milieu de tous ces décibels, mais parenthèse bienvenue quand même. Et alors que, tout au long du concert, les vocalistes alternent sur scène, "Another Time, Another Space" qui clôt cet opéra-rock offre la possibilité d’avoir un effet choral avec l’ensemble des participants et le public qui n’en demandait pas tant. Avant les "Other Tales" où les différents projets de LUCASSEN sont visités un à un, que ce soit AMBEON, The GENTLE STORM, STREAM OF PASSION (malheureusement sans Astrid Van der VEEN mais avec Simone SIMONS pour la remplacer de fort belle manière sur le titre d'AMBEON ), le sous-estimé GUILT MACHINE, LUCASSEN avec son titre solo "Pink Beatles in a Purple Zeppelin" (avec le clin d'oeil à Rutger HAUER) que le public accompagne de la voix et le cultissime "Song of The Ocean" de STAR ONE avec LUCASSEN équipé de son Explorer. Alors certes, on ne l'entend pas vraiment jouer, mais c'est quand même bien sympa. Et, cerise sur le gâteau, "Kayleigh", titre emblématique de MARILLION, interprété par FISH dont la voix est soutenue par les choristes. Mention particulière au solo de ROTHERY joué à la note près par Marcel SINGOR. Magique. Soit, au final, 2H26 minutes de bonheur visuel et auditif.

En ce qui concerne l’image, celle-ci est magnifique (comme toutes les productions de LUCASSEN, d’ailleurs) et les effets de zoom ou changements de caméras ne se font pas en version stroboscopique comme dans certaines productions visant à faire moderne. On prend le temps et cette impression d’être au milieu des acteurs est particulièrement agréable. Indéniablement, la qualité est présente.

Enfin les bonus : il y en a deux fort intéressants et d’une durée conséquente. Tout d'abord, un documentaire en coulisses qui dure près de deux heures et montre LUCASSEN et Van den BROEK, le leader du groupe sur scène, réfléchir sur "Into the Electric Castle" et l’organisation du concert. Durant ce temps, nous pouvons voir et entendre de nombreux participants répéter leurs parties et parler de leur lien avec AYREON en général. Ensuite, LUCASSEN et Van den BROEK s’offrent une session de questions-réponses drôles et tout à fait sympathiques permettant d’en savoir plus sur le projet.

Que dire en définitive de cette sortie sinon que de la mise en scène (une toile de fond de château) en passant par l'interaction de l'incroyable line-up "all-stars" jusqu'au fantastique groupe de musicos, il s’agit d’une expérience de concert tout simplement exaltante. Album live pour tous les âges, il est absolument époustouflant de maîtrise et beau visuellement. Et même si "Into the Electric Castle" passe chez certains pour l’œuvre la plus faible de la discographie d’AYREON, cette modernisation donnera fortement envie aux amateurs de se replonger dedans, heureux de partager à nouveau avec d’autres Ayreonautes leur addiction.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BRADFLOYD :


AIRBAG
A Day At The Beach (2020)
Pink Floyd ? Porcupine Tree ? Non Airbag




Roger WATERS
Us + Them (2020)
Une rage toujours aussi présente et spectaculaire


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- Ed Warby – Drums
- Marcel Singor (kayak – lead guitar)
- Ferry Duijsens (vuur – guitar)
- Bob Wijtsma (ex-libris – guitar)
- Johan Van Stratum (vuur, ex-stream of passion – bass)
- Joost Van Den Broek (ex-after forever – keyboards)
- Ben Mathot – Violin
- Jurriaan Westerveld – Cello
- Thijs Van Leer (focus – flute)
- Robby Valentine - Piano On 'robby Valent
- Arjen Anthony Lucassen - Guitar On 'song
- John De Lancie – Narrator
- Fish (ex marillion – highlander)
- Simone Simons (epica – indian)
- Damian Wilson (headspace, maiden united, ex-threshold – knight)
- Edwin Balogh – Roman
- Anneke Van Giersbergen (the gentle storm, vuur, ex-the gathering – egyptia)
- John Jaycee Cuijpers – Barbarian
- Arjen Anthony Lucassen – Hippie
- Edward Reekers (ex-kayak – futureman)
- George Oosthoek – Death
- Mark Jansen (epica, mayan, ex-after forever - death)
- Marcela Bovio (ex-stream of passion, mayan - backing vocals, lead)
- Dianne Van Giersbergen (ex libris, ex-xandria - backing vocals)
- Jan Willem Ketelaers - Backing Vocals
- Robert Soeterboek - Vocals On 'songs Of
- Michael Mills (toehider - th-1 )
- Rutger Hauer - Voight Kampff (recorded intro to 'pink beatles in a purple zeppel)


1. Disc 1
2. Welcome To The New Dimension
3. Isis And Osiris
4. Amazing Flight
5. Time Beyond Time
6. The Decision Tree
7. Tunnel Of Light
8. Across The Rainbow Bridge
9. The Garden Of Emotions
10. Valley Of The Queens
11. The Castle Hall
12. Tower Of Hope
13. Cosmic Fusion
- disc 2
14. Robby Valentine
15. The Mirror Maze
16. Evil Devolution
17. The Two Gates
18. Forever Of The Stars
19. Another Time, Another Space
20. Shores Of India (gentle Storm - The Diary)
21. Ashes (ambeon - Fate Of A Dreamer)
22. Out In The Real World (stream Of Passion - Embrace
23. Twisted Coil (guilt Machine - On This Perfect Day)
24. Kayleigh (marillion - Misplaced Childhood)
25. Pink Beatles In A Purple Zeppelin (a. Lucassen - L
26. Songs Of The Oceans (star One - Space Metal)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod