Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 The Final Experiment
1996 Actual Fantasy
1998 Into The Electric Cas...
2000 The Dream Sequencer [...
  Flight Of The Migrato...
  Ayreonauts Only
2004 The Human Equation
  Actual Fantasy Revisited
2008 01011001
  Elected
  Timeline
2013 The Theory Of Everyth...
2016 The Theater Equation
2017 The Source
2018 Best Of Ayreon Live
  Best Of Ayreon Live
 

- Style : Marillion, Roger Waters , Kansas, Vuur
- Membre : Anneke Van Giersbergen
- Style + Membre : The Gentle Storm , Agua De Annique, Opeth, Devin Townsend

AYREON - The Final Experiment (1995)
Par BAKER le 9 Juin 2018          Consultée 197 fois

1995, Pays-Bas. Guitariste virtuose, le géant Arjen Lucassen a quitté son groupe VENGEANCE, pourtant bardé de succès, et a trompé son ennui en enregistrant un album de reprises de chansons pop-rock historiques. Mais sa carrière est dans une impasse. Il se met alors en tête d'améliorer son home studio (à une époque où ce concept est encore balbutiant) et d'enregistrer un album concept, un magnum opus entre le rock progressif et technique, la comédie musicale avec de nombreux chanteurs, et ses influences metal. Jusqu'ici rien de bien passionnant, alors je répète pour ceux qui n'auraient pas capté : 1995, Pays-Bas. Pas 1972, Londres. Lucassen est techniquement doué et démerdard, jouit d'une bonne réputation et possède un solide carnet d'adresses... et c'est tout. Pas d'aide financière, pas de soutien moral. Qui aurait parié sur une oeuvre conceptuelle de science-fiction fantasy technologico-mystique d'un batave mélangeant pomp rock des 70's et metal mélodique typique 90's ? Personne, pas même les maisons de disques du pays.

The Final Experiment est donc, bien plus qu'un simple album, la naissance d'un géant, la re-naissance d'une niche discographique par trop oubliée à l'époque, et le premier aboutissement d'une série de coups de folie rendus possibles à force d'abnégation. Mais, c'est ce qui nous réunit ici en ce jour mes biens chers frères, c'est aussi un simple album. Un album qui a un peu vieilli, qui n'est pas parfait, mais dont la réécoute même vingt ans plus tard permet de comprendre à quel point ce projet était couillu pour l'époque. En effet, côté production, Lucassen s'est vraiment donné les moyens. Oh oui, certains synthés sont cheap, voire risibles (ah ! ces trompettes pouet-pouet !). Mais ça fait partie du charme, du style AYREON. Lucassen a une vision bien précise de sa musique et ici, il l'affiche au grand jour, sans complexe.

C'est ce qui fait la force - mais aussi la faiblesse, si vous n'êtes pas réceptif - d'AYREON : l'écriture de Lucassen est assez mélodique, punchy, mais surtout très originale. Il y a quelque chose dans sa construction harmonique, dans le choix des changements de ton, des syncopes, qui fait qu'on reconnaît immédiatement du AYREON, dès les premières notes. Alors évidemment, pour vous auditeur pas encore habitué, ça va être simple : écoutez les deux premiers titres, si vous n'aimez pas, vous n'aimerez jamais aucun album signé Lucassen. Au moins, ça a le mérite d'être clair. Maintenant, si vous aimez (ou du moins supportez), vous avez dans ce premier opus déjà de quoi vous régaler. Folk, prog ancien, flûtes, basse groovy, solos incandescents, voix se mélangeant, synthés entre kitsch à la EMERSON et techno-futuristes, Arjen fait feu tous azimuts pour narrer son histoire.

Ah, l'histoire ! Deux lignes dessus quand même pour vous situer le bonhomme : en gros, le monde court à sa perte (NDLR : Pure science-fiction n'est-il pas ?), une vision de la planète détruite est envoyée à Ayreon, un jeune ménestrel moyenâgeux aveugle, et Merlin - oui, lui -, après nous avoir fait une petite crise de jalousie, décide de sauver le monde en envoyant un message d'avertissement sous forme d'un compact disc, oui, celui que TOI cher lecteur, TU es en train d'écouter ! Si tu décides d'aller à droite, rendez-vous au 14. Est-ce que ce stratagème va marcher ? Ben disons que si vous tombez sur un enchanteur capable de faire bouillir de l'eau, ça devrait le faire. Le concept est d'ailleurs si barré qu'il sera repris par SHADOW GALLERY dans Room V, un autre album intimiste, minimaliste et "scientifically accurate".

D'habitude, raconter les histoires d'album, ce n'est pas trop la soupe du jour. Mais pour AYREON, c'est le meilleur moyen de vous résumer ce que vous allez trouver : de tout n'importe comment. Des tubes en puissance (même si le single officiel, "Sail Away To Avalon", est un des titres les plus patauds), des riffs méchants, quelques chanteurs fabuleux (Lenny Wolf impressionnant sur "Eyes of Time"), des choeurs féminins partout, des relents de psychédélisme (pêché mignon d'Arjen), du mélodique très moyennement viril (le thème du personnage d'Ayreon, digne de Bohort), de l'original presque prophétique ("Listen to the Waves" est du Devin TOWNSEND deux ans avant Ocean Machine), et même - liberté artistique ultime - une brève mais intense partie death/doom que vous n'êtes pas près d'oublier.

On pourra rire de certaines naïvetés. On pourra bailler quelque peu pendant le troisième des quatre actes. On pourra s'irriter devant quelques tics, quelques emprunts. Mais on ne pourra pas nier la générosité du projet, son soin du détail, son final plein de sensationnalisme, ses chanteurs complémentaires, et surtout cette écriture si particulière, qu'on dirait impossible à imiter - un peu comme celle de Kurt COBAIN dans un tout autre registre. Le disque entier est un plaisir à s'offrir en sachant qu'il est très consistant et rempli de carrés de nougatine bourratifs ; mais il reste encore aujourd'hui une belle pièce de prog à taille (encore) humaine.

Introuvable pendant plusieurs années, cet album a été par la suite ressorti agrémenté d'un CD bonus, qui est ni plus ni moins que les deux tiers de l'album en mode unplugged. Alors franchement, la plupart des revisites acoustiques sont soit inutiles (puisque les originaux sont déjà non-électrifiés), soit ratés ("Waracle" en unplugged ? Non non non). Mais il y a pourtant deux réussites étonnantes : "Sail Away..." qui en acoustique reste massif mais passe mieux (et fait encore plus single), et "Dreamtime", autre petit nom de "The Awareness", qui est surprenamment brillant. Mais le plus impressionnant est le bonus caché. Je ne vous ferai pas l'affront de vous le spoiler, mais pour résumer, oui, Arjen a OSE. Et c'est drôle, en plus. Car si vous êtes dénué de tout sens de l'humour, il vaut mieux arrêter l'aventure AYREON ici. Retournez au 14.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Robert REED
Sanctuary Live (dvd) (2017)
Pari réussi pour le copier/coller d'Oldfield !




MARILLION
F.e.a.r. (fuck Everyone And Run) (2016)
Un album qui frappe fort à tous les niveaux.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Arjen Anthony Lucassen (chant, guitare, basse, claviers, prog)
- Edward Reekers (chant)
- Lenny Wolf (chant)
- Jan-chris De Koeijer (chant)
- Robert Soeterboerk (chant)
- Ian Parry (chant)
- Barry Hay (chant)
- Jay Van Feggelen (chant)
- Leon Goewie (chant)
- Ruud Houweling (chant)
- Debby Shreuder (chant)
- Mirjam Van Doorn (chant)
- Lucy Hillen (chant)
- Cleem Determeijer (claviers)
- Rene Merkelbach (claviers)
- Ernst Van Ee (batterie)
- Davy Mickers (batterie)
- Peter Vink (basse)
- Jolanda Verduijn (basse)
- Jan Bijlsma (basse)
- Marieke Van Der Heyden (violoncelle)
- Dewi Kerstens (violoncelle)
- ::musiciens Du Cd Bonus
- Irene Jansen (chant)
- Marcela Bovio (chant)
- Peter Daltrey (chant)
- John Cuijpers (chant)
- Esther Ladiges (chant)
- Rodney Blaze (chant)
- Astrid Van Der Veen (chant)
- Robbie Valentine (chant, claviers)
- Ewa Albering (flûte)
- Lori Linstruth (guitare)
- Jeroen Goossens (vents)


1. Prologue
2. The Awareness
3. Eyes Of Time
4. The Banishment
5. Ye Courtyard Minstrel Boy
6. Sail Away To Avalon
7. Nature's Dance
8. Computer-reign (game Over)
9. Waracle
10. Listen To The Waves
11. Magic Ride
12. Merlin's Will
13. The Charm Of The Seer
14. Swan Song
15. Ayreon's Fate
- bonus Acoustique Sur Le Remaster
16. Dreamtime
17. Eyes Of Time
18. The Accusation
19. Ye Courtyard Minstrel Boy
20. Sail Away To Avalon
21. Nature's Dance
22. Waracle
23. Merlin's Will
24. The Charm Of The Seer



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod