Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTHPOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HEAVEN 17 - The Luxury Gap (1982)
Par BAKER le 8 Octobre 2018          Consultée 193 fois

L'enjeu était monstrueux. Avec son premier album, HEAVEN 17 avait montré un goût certain pour l'esthétisme froid et le mélange entre la funk racée et les expérimentations synthétiques. Le choix d'un chanteur naturel et chaleureux était en outre pertinent. Mais quid de l'album suivant ? Comment élargir son auditoire tout en conservant son statut d'explorateur sonore ? Sans compter que pendant ce temps, HUMAN LEAGUE, le frère maudit, s'en sort plus que bien au hit parade. A force de travail et d'inspiration, H17 a réussi à trancher : la technologie au service de l'efficacité, et pas l'inverse.

Le résultat est sans appel : fini le culte réservé à une certaine frange de l'auditoire (non pas que ce soit une tare), le groupe vise grand. 5 singles, la plupart voués à un grand succès, des clips audacieux et marquants ("Let Me Go" étant le plus iconique d'entre tous, signé bien évidemment de l'incontournable Steve Barron), et une grande cohésion artistique. Le trio n'hésite pas à faire appel à de "vrais musiciens" (par rapport aux croyances de l'époque) en la personne de Simon Phillips à la batterie, Nick Plytas au piano (qui deviendra un collaborateur récurrent), ainsi qu'une vraie section de cuivres constituée de cadors et d'un rare - mais inoubliable - orchestre. Pas de bassiste, les synthétiseurs s'en chargeant déjà fort bien, mais quelques guitares rythmiques et surtout un chanteur qui mélodise sans arrêt.

La scansion addictive de "Crushed" et "Key", le pont en scat de "Let Me Go", le quasi a capela de "Temptation" (single énorme rehaussé par un chant féminin soul), la fragilité de la très belle mais thématiquement difficile "Come Live with Me", l'urgence de la drôle "We Live so Fast", la malfaisance savamment distillé d'un curieux "Who'll Stop the Rain", jusqu'à la vraie intimité du beau "Best Kept Secret" (qui n'est autre qu'une variation lente de "Let Me Go") : sur ce disque, Glenn Gregory n'est plus un bon chanteur qui "sauve" les titres, il se fond totalement dans l'univers du groupe. Il n'est plus l'unique élément humain, et ça fait toute la différence car si le groupe perd un peu son identité, si flagrante à sa période B.E.F., il en gagne une autre : à force de piocher un peu partout (brit funk, new wave et blue-eyed soul), HEAVEN 17 ne sonne finalement comme personne.

Evidemment certains pourront tiquer devant ce qui est une forme de trahison. Tandis que DEPECHE MODE continue à mettre le synthétiseur en avant, en tant qu'outil de travail (et à mettre en parallèle avec la rythmique et le thème de "Crushed by the Wheels"), HEAVEN 17 pourrait faire croire qu'il baisse les bras, mais si on tend l'oreille, on en entend : des programmations et des sons électroniques. Ils sont juste bien plus adaptés à un format pop britannique "grande époque", là où le premier album se voulait innovant avant tout.

Et le pari sera payant puisque le succès sera au rendez-vous. Bien qu'elle ne soit pas la meilleure chanson du lot, "Temptation" deviendra une pure icone des années 80, reprise dans toutes les compilations diverses et variées du monde entier. De son côté, le groupe conservera une tendresse particulière envers ce disque puisqu'il contient leur chanson favorite à la quasi-unanimité : la pourtant difficile "Lady Ice and Mr Hex", rehaussée par un piano jazz agressif rappelant les travaux de Mike GARSON chez David BOWIE. Très mélodique, accessible et avec une petite touche de classe qui évacue les rares sonorités cheap, Luxury Gap est un incontournable de la musique pop anglo-saxonne et un beau moment de fraîcheur.

A lire aussi en NEW-WAVE par BAKER :


HEAVEN 17
How Men Are (1984)
Vous savez tous comment ils sont...




INXS
Live Baby Live (dvd) (1991)
Le pinacle de la carrière des Australiens.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Glenn Gregory (chant, choeurs)
- Carol Kenyon (chant, choeurs)
- Martyn Ware (claviers, prog, choeurs)
- Ian Craig Marsh (claviers, prog)
- Nick Plytas (piano)
- Greg Walsh (claviers, prog, percussions)
- John Wilson (guitare)
- Ray Russell (guitare)
- Simon Phillips (batterie)
- Don Myrick (saxophone)
- Louis Satterfield (trombone)
- Michael Harris (trompette)
- Rahmlee Michael Davis (trompette)
- John Barker (orchestre)


1. Crushed By The Wheels Of Industry
2. Who'll Stop The Rain
3. Let Me Go
4. Key To The World
5. Temptation
6. Come Live With Me
7. Lady Ice And Mr Hex
8. We Live So Fast
9. The Best Kept Secret
- bonus Track Remaster
10. Let Me Go (extended Mix)
11. Who'll Stop The Rain (dub Mix)
12. Crushed By The Wheels Of Industry (part I And Ii)
13. Come Live With Me (12'' Version)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod