Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Ac/dc, Asia, Uriah Heep

MANFRED MANN'S EARTH BAND - The Good Earth (1974)
Par JESTERS TEAR le 19 Novembre 2018          Consultée 743 fois

Avec Solar Fire, leur quatrième abum, le MANFRED MANN’S EARTH BAND entrait de plein pieds dans le rock progressif, avec un album céleste, spatial même, de très bonne qualité, qui avait projeté le groupe dans les étoiles à bien des niveaux. Ce que beaucoup considèrent comme son âge d’or était alors lancé, et quelques mois plus tard, en 1974, The Good Earth paraissait pour le continuer.

Si le groupe au style changeant, surtout dans la première partie de sa carrière, continue dans le rock progressif, ce nouveau rejeton est loin d’être la copie conforme de son aîné. Fini les atmosphères éthérées et spatiales, on a affaire à un son plus terre à terre (en adéquation parfaite avec le titre de l’album), plus roots. On est de retour sur le plancher des vaches, et pour rester dans cette ambiance campagnarde, le disque s’ouvre d’ailleurs sur le chant peu mélodieux d’un coq, avant que « Give Me The Good Earth » ne démarre véritablement. On remarque très vite un son plus brut, plus proche du blues rock qui apparaissait souvent dans les premières livraisons du groupe. Les claviers se font discrets, bien qu’un solo de Moog soit de la partie et c’est la guitare qui emplit l’espace sonore, aidée par une base rythmique solide. La structure complexe ne laisse cependant aucun doute quant au style progressif, les parties et les solos s’enchaînant tout au long des 8 minutes du titre, avec une réussite indéniable.

En continuant sur le skeud, on se rend vite compte que celui-ci fait preuve de la même homogénéité que Solar Fire, dans son propre style. Si l’ensemble sonne plus rock, il n’est cependant pas dépourvu de moments calmes et planants, comme la longue intro de « Launching Place » où les claviers prennent un peu les devants, ou « Sky High » qui renoue avec un certain aspect céleste de fort belle manière. Tous les morceaux sont de bonnes qualités, à l’exception peut être d’ « I’ll Be Gone », titre le plus court qui est un blues rock assez classique, pas franchement mauvais mais pas intéressant non plus. L’autre titre assez court, « Be Not Too Hard », est plus mélodieux et agréable avec un beau travail des guitares ainsi que des claviers.

Les meilleurs moments du disque se trouvent cependant dans « Earth Hymn Part 1 » et dans une moindre mesure sa suite « Earth Hymn Part 2 ». La basse est agréablement mise en avant dans la première partie, piano et claviers orchestraux se rajoutent, avant l’entrée d’une guitare pleine de lyrisme très enthousiasmante. Totalement progressif, le morceau enchaîne les parties avec bonheur, on note d’ailleurs un solo de Moog très efficace en pleine cavalcade. De plus, la mélodie au chant est réussie et marquante, ce qui n’est pas souvent le cas sur cette galette, qui vaut surtout pour ses instrumentations, il faut bien le reconnaître. En effet, les mélodies vocales sont bien moins inspirées que sur Solar Fire, et les chœurs majestueux omniprésents sur ce dernier sont aussi totalement absents, et il faut dire qu’ils laissent un grand vide.

Au final, si ce The Good Earth est un bon album, il est à mon sens loin d’égaler l’aura de Solar Fire, étant bien moins marquant que celui-ci et souffrant parfois de quelques passages peu mélodieux, assez rares mais qu’on remarque beaucoup. La qualité assez moyenne au chant est aussi une petite déception. Je crois que je préfère même légèrement Messin’, leur troisième album, que celui-là, mais objectivement, ils se valent sans doute, et auront donc la même note, un 3 qui veut dire 3,5. Indéniablement l’album le plus faible de la trilogie de l’âge d’or, mais avec une bonne qualité assez constante tout de même, et quelques superbes passages.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JESTERS TEAR :


PENDRAGON
Men Who Climb Mountains (2014)
Un sommet (comme la montagne, ohohoh!).




PENDRAGON
Not Of This World (2001)
Rock progressif


Marquez et partagez





 
   JESTERS TEAR

 
  N/A



- Manfred Mann (claviers)
- Mick Rogers (guitare, chant)
- Colin Pattenden (basse)
- Chris Slade (batterie)


1. Give Me The Good Earth
2. Lauching Place
3. I'll Be Gone
4. Earth Hymn Part 1
5. Sky High
6. Be Not Too Hard
7. Earth Hymn Part 2



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod