Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK WAVE , COLD WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


CLAN OF XYMOX - Medusa (1986)
Par RICHARD le 11 Décembre 2018          Consultée 669 fois

On oublie maintenant tout !!! Les danses nocturnes sur les tombes, les hululements frénétiques, tout nus sous la lune, les boucs lubriques et les croix brûlées. Les mondes sombres, je ne parle pas de black metal norvégien ou polonais, hein, sont tous sauf cette sempiternelle caricature que l'on nous ressort à l'envie dès que l'on évoque la sphère gothique dans son acception la plus large.

Chaque courant musical, aussi peu exposé soit-il, possède en son sein son album de référence, celui sur lequel reposent les fondations solides de l'édifice. Dans la famille cold- dark wave, Medusa fait incontestablement parti de cette catégorie. Cet opus sorti en 1986 sur le prestigieux label 4AD (celui de COCTEAU TWINS entre autres) est considéré à juste titre comme l'un des meilleurs représentants toutes époques confondues des musiques dark et le plus abouti indéniablement à ce jour dans la touffue discographie de CLAN OF XYMOX. Il est un parfait exemple de ces univers, sans raccourci facile, ni malentendu savamment entretenu.

Les Néerlandais emmenés depuis toujours par l'intransigeant Ronny Moorings à l'ego bien installé, voire surdimensionné, sont apparus en 1985 avec un premier album déjà plus que réussi et qui dévoilait ce qui allait être la touche du groupe durant ses premières années : une subtile mélancolie dansante. Les sonorités ont évidemment un peu vieilli, mais globalement, il démontre tout le talent précoce de sa tête pensante qui malheureusement deviendra par la suite relativement fluctuant, agité encore parfois par de belles fulgurances créatrices.

Medusa prolonge donc naturellement cet effort mais CLAN OF XYMOX passe à l'évidence la vitesse supérieure. Sans être trop dithyrambique non plus (je n'ai pas de part active dans l'entreprise COX comme on dit parfois pour faire court), cet album apparaît comme un écrin délicat serti de mille et une pierres noires brillant d'un éclat froid. Ces dix titres sont une succession réussie de perles romantiques à l'attraction vénéneuse, merveille de spleen. C'est l'expression d'une forme de tristesse éthérée et fantomatique.

S'il y a bien un fait marquant qui retient toute l'attention, c'est ce travail sur les ambiances particulièrement prenant. En effet, dès le premier morceau, l'instrumental "Theme 1", nous voici comme enveloppés par de poignantes sonorités, tableaux sonores évanescents émanant des synthétiseurs que l'on retrouve sur le plus angoissant "Theme 2" ou l'apaisant "Lorretine". Il est dès lors bien difficile d'enlever ce manteau de givre tant cette addictive atmosphère tout en nuance de gris et de noir lumineux semble coller à la peau.

A ce titre, il serait bon une fois pour toute de ne pas oublier non plus le rôle important joué par Pieter Nooten le claviériste qui sortira par la suite en solo de belles productions dark ambient. Moorings n'est pas tout dans le Clan of Xymox première mouture (1984-1987). Il en va de même d'Anke Wolbert qui sur le vaporeux "Masquerade" apporte comme une bouffée d'oxygène grâce à la douceur de son timbre. A cette époque, les Néerlandais étaient encore dans un esprit collectif de création. Après, CLAN OF YMOX deviendra la créature unique de Moorings avec tous les errements, fautes de goût (période électro tatapoum du début des années 90) qui en découleront.

Si Medusa est rapidement aussi devenu un classique, c'est parce qu'il a su capter à un moment donné l'essence même des sentiments qui nous agitent et nous tourmentent. De fait, les magnifiques "Louise" et "Back Door" portés par la voix expressive et triste de Moorings deviennent un parfait réceptacle pour les accueillir. Ces morceaux où les guitares tissent de filandreuses toiles dans lesquelles viennent s'échouer ces émotions par leur intensité demeurent intemporels. "Tomorrow, I'll Be Here Again" comme supplie le chanteur au timbre plaintif, oui mais à quel prix !

Medusa est donc un essentiel des sphères sombres. Loin de toute caricature, il présente un groupe dans toute sa force créatrice. La Méduse n'est pas toujours nécessairement effrayante et serait même plutôt du genre sympathique, comme quoi.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CURE
Concert The Cure Live (1984)
Un live sombre, puissant et dynamique




The CURE
Pornography (1982)
Culte de chez culte ? Pas nécessairement...

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Ronny Moorings (voix, guitare)
- Anke Wolbert (basse, voix)
- Pieter Nooten (claviers)


1. Theme I
2. Medusa
3. Michelle
4. Theme II
5. Louise
6. Lorretine
7. Agonised By Love
8. Masquerade
9. After The Call
10. Back Door



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod