Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK GOTHIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


CLAN OF XYMOX - Creatures (1999)
Par RICHARD le 15 Mars 2020          Consultée 507 fois

Lorsque sortit en 1997 Hidden Faces, l'album du renouveau des Néerlandais de CLAN OF XYMOX, les horripilants errements synthétiques signés sous leur ancien nom de XYMOX (1989-1993) semblaient heureusement n'être plus que de lointains et mauvais souvenirs. En reprenant son nom initial, c'est comme si Ronny Moorings son indéboulonnable leader retrouvait l'inspiration et redevenait maître de sa destinée. Hidden Faces s'il était loin d'être parfait laissait néanmoins espérer encore pas mal de bonnes choses pour un futur proche. Les fans de musique sombre ne furent de fait pas déçus avec Creatures. Cet album demeure pour moi à ce jour le dernier grand album des Bataves et ce même s'ils nous gratifient depuis régulièrement de nouvelles galettes, le plus souvent insipides et ne tenant jamais sur la longueur.

Hidden Faces avait posé avec force les premières bases d'un édifice qui se voulait ouvertement gothique. Creatures en sera la dernière pierre et sa meilleure incarnation. A son écoute, il est quand même difficile de se dire qu'il s'agit bien du même groupe qui dans les années 80 avait proposé avec le splendide Medusa une cold wave à la fois mélancolique, atmosphérique et dansante. Moorings développe à travers ces soixante minutes des ambiances particulièrement pesantes qui ne laissent que très peu de temps à l'auditeur pour respirer. A bien y réfléchir, rétrospectivement, c'était assez osé de la part de son autocrate compositeur. En effet, en cette fin de siècle, le rock gothique était mort et seul subsistaient dans ce style principalement des troisièmes couteaux. De plus, il n' y avait que l'electro tatapoum teutonne façon DAS ICH ou WUMPSCUT qui avait droit de cité dans les sphères sombres. De quoi définitivement désespérer et réécouter rapidement les classiques de la précédente décennie pour se remémorer les grandes années.

Ces chères créatures de la nuit présentées ici par COX (comme le veut l'usage) ne sont ni plus ni moins que les ombres des SISTERS OF MERCY qui auraient accepté de se teinter de sonorités électroniques. Il ne sera pas question néanmoins de veste de cuir élimée ou de longs manteaux poussiéreux. Si la musique des Néerlandais semble littéralement jaillir des entrailles de la terre, elle ne possède pas pour autant ce son caverneux propre au premier album culte des Anglais de Leeds. L'entame est cependant plus que trompeuse. En effet, avec le désormais classique «Jasmine And Rose», tout transpire ici le rock gothique anglais des 80's. Les guitares acérées, l'intraitable boîte à rythmes, la voix d'outre tombe sont pourtant bien estampillées Made In Nimègue. Pour la subtilité, c'est certain, on repassera, mais pour l'efficacité, banco ! Sur les très lents et travaillés «Consolation» et «All I Have», Moorings se la joue même crooner à la mèche corbeau. Il nous entraîne dans un quasi-slow pour catacombes et chauves-souris. C'est sans doute pas le genre de déclaration d'amour qu'on attend. Comme bouquet de fleurs coloré, le malaise et l'indécision, ce n'est effectivement pas top. Mais les Néerlandais sont en forme et sur le particulièrement pêchu «Falling Down», leur tristesse est particulièrement communicative. Et ceci sans les sempiternelles caricatures. C'est plutôt à souligner tant celles-ci foisonnent dans ce style souvent décrié et pas nécessairement compris.

Si cet album est prenant, voire excitant par moments, c'est aussi parce que COX a réussi à doser parfaitement ces instants en mode hommage-héritage avec d'autres qui sont forcément plus personnels. La touche Moorings en somme. Et il faut dire que si le Néerlandais a très souvent dilué son inspiration dans des morceaux sans âme, lorsqu'il ne recherche pas la facilité à tout prix, il place la barre haut. Il nous délivre alors des ambiances délicieusement torturées qui sont autant de portes ouvertes sur des émotions fortes. La puissance désespérée de «Waterfront» pourra rappeler le meilleur des angoisses chimiques du Pornography des CURE. Moorings implore à genoux. A l'image du définitif «Crucified» et de son introduction puissante, il semble amer, totalement fataliste. L'auditeur s'il est un peu compatissant se proposera de l'accompagner un bout de chemin. Ce ne sera guère malheureusement de tout repos. Si par moment le groupe allège ses climats, le répit artificiel qui ouvre l’atmosphérique «Taste Of Medicine» ne laisse cependant planer par exemple aucun doute. Ses plages éthérées ne sont en fait qu'un masque. Ces créatures sont tourmentées et le resteront éternellement.

CLAN OF XYMOX avec ces onze titres diffuse avec efficacité son spleen des ténèbres. Même s'il souffre de quelques petites longueurs, cet album demeure à l'évidence un classique du rock gothique. Il ne tient dès lors qu'à vous de rencontrer ces sombres créatures.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The SMITHS
Rank (1988)
La tension, ça a du bon !




The CHAMELEONS
Dreams In Celluloid (2013)
Les très grands oubliés des années 80.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



Non disponible


1. Jasmine And Rose
2. Crucified
3. Taste Of Medicine
4. Undermined
5. Consolation
6. Waterfront
7. Creature
8. All I Have
9. Falling Down
10. Whitout A Name
11. Doubts



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod