Recherche avancée       Liste groupes



      
COLD WAVE   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


CLAN OF XYMOX - Clan Of Xymox (1985)
Par RICHARD le 3 Décembre 2019          Consultée 209 fois

La longévité de la carrière de CLAN OF XYMOX et sa réception critique ont toujours été pour moi un mystère. En effet, la renommée du groupe emmené depuis toujours par Ronny Moorings son autocrate leader à l'ego surdimensionné est bien supérieure à sa qualité artistique réelle. La relative clémence entourant ce projet au sein de la sphère gothique me laisse également volontiers perplexe. Si les deux premiers albums sont à l'évidence des perles des univers sombres, je n'ai jamais été tellement convaincu par la suite. Moorings s'est souvent perdu dans les abîmes synthétiques d'une dark wave ennuyeuse pour retrouver rarement la flamme comme sur le superbement gothique Creatures (1999). Mais il en est ainsi. Avec sa dizaine d'albums au compteur, le combo est devenu un incontournable de cette scène, même s'il ne présente plus rien de foncièrement excitant depuis bien longtemps. Voilà pourquoi il s'avère toujours nécessaire de revenir régulièrement vers ce premier album qui n'est ni plus ni moins que THE must du spleen dansant.

A bien y réfléchir, on pourrait même se dire que toute l'histoire des Néerlandais n'est basée que sur de chanceux malentendus. Il faut croire que Moorings a souvent eu la Fortune à ses côtés. Ne serait-ce par exemple qu'au début du projet. En effet, c'est à un concert de DEAD CAN DANCE à Nimègue en novembre 1983, sa ville d'origine, qu'il lui vient l'idée de donner ses K7 démo à Brendan PERRY. L'Anglais contre toute attente rapproche le jeune artiste en devenir avec 4AD, le label en phase de devenir culte. Une histoire s'écrit souvent avec des petits riens. L'aventure batave est en marche et elle ne sera pas de tout repos. A cette époque, le CLAN, c'est aussi Anke Wolbert et Pieter Nooten dont Moorings dans son désir hégémonique permanent minimisera le rôle respectif. Cette situation tendue dès la naissance du groupe ne l'empêche pas pour autant de proposer en 1985 un album qui dénote par sa qualité, sa maturité et ses ambiances singulières.

S'il n'y a qu'une seule petite restriction à faire, elle concerne principalement les sonorités qui ont un peu vieilli. Paradoxalement, même si ça sonne un peu cheap, par certains côtés ceci donne quand même un petit cachet. Allez savoir pourquoi. Une fois ce fait établi, on peut facilement reconnaître que les paysages sonores exposés par le CLAN en 1984-1985 ne sont pas si courants. C'est à peine si le culte et troublant « Stranger » évoque d'assez loin par son introduction le « Blue Monday » des Mancuniens de NEW ORDER. Sinon, les Néerlandais défrichent des territoires quasi-inconnus pour l'époque. Ils créent une subtile alliance de tristesse et rythme qui sera portée à son paroxysme sur Medusa, l'album culte suivant. Il faut bien reconnaître que cette recette a tout pour plaire. La douceur froide et mélancoliquement dansante du superbe « No Words » ou la basse imparable de « 7th Time » (avec Anke Wolbert au chant ) font instantanément mouche. Grâce au CLAN, on peut se trémousser lentement façon hélicoptère avec la mine grave. Pas besoin d'être fortement réceptif à ces univers pour constater que Moorings sait se montrer durant ces premières années diablement efficace.

Une attention particulière a été portée sur ces ambiances qui se nourrissent avec délice d'une électronique froide et travaillée. Comme pour l'album suivant, il faut aussi saluer la touche Nooten en partie responsable de celles-ci. C'est incontestablement à ce moment la marque de fabrique du CLAN. Les Turinois de THE FROZEN AUTUMN dans les années 90 ou récemment les Texans de TWIN TRIBES s'en réclameront encore, c'est dire. Moorings aime prendre son temps pour développer ses atmosphères. A cette époque, ce temps n'est pas encore qu'un simple et fade remplissage. Il aide pleinement l'auditeur à se plonger dans ce bain brumeux où la voix triste du leader s’immisce tranquillement en lui.

La plupart des titres à l'image de « A Day » ou « Stumble And Fall » dépassent facilement les cinq-six minutes C'est un excellent moyen pour les Néerlandais de tisser une toile sur laquelle viendront se fixer tout en retenue de discrètes émotions. Le monde de CLAN OF XYMOX semble comme figé à jamais dans une fine couche de glace. Les nappes de synthés envoûtantes comme sur l'éthéré « Equal Ways » concourent à rendre l'univers des Néerlandais en 1985 fragilement onirique. Chaque titre subtil s'inscrit durablement. Il n'y a rien de plus à dire.

Il est plutôt rare de proposer de si belles choses quand on est encore de tout jeunes débutants. CLAN OF XYMOX, c'est l'art du spleen dansant. Nous avons donc ici entre les mains un classique de la sphère gothique et plus généralement de la new-wave.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CURE
The Head On The Door (1985)
L'explosion mondiale !




INDOCHINE
Dancetaria (1999)
Diamant noir.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



Non disponible


1. A Day
2. No Words
3. Stumble And Fall
4. Cry In The Wind
5. Stranger
6. Equal Ways
7. 7th Time
8. No Human Can Drown



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod