Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION PROTO NU METAL   |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1985 We Care A Lot
1987 Introduce Yourself
1989 The Real Thing
1991 Live At The Brixton Acad...
1992 Angel Dust
1995 King For A Day, Fool ...
1997 Album Of The Year
2015 Sol Invictus
 

- Membre : John Zorn , Nevermen, Peeping Tom
- Style + Membre : Tomahawk

FAITH NO MORE - Angel Dust (1992)
Par NOSFERATU le 19 Avril 2019          Consultée 912 fois

A l’origine de ce projet barré, des types ouverts musicalement mais d’abord branchés punk hardcore dans le style des BAD BRAINS (leur premier chanteur Chuck Mosley était un clone de H.R., leader charismatique des BAD BRAINS) mais aussi post-punk dans la lignée de GANG OF FOUR. Suivent des disques un peu à part avec un chanteur hors-normes comme justement ce Chuck Mosley. L’élément métal apparaît surtout avec l’arrivée du jeune Mike Patton, ancien fan de VENOM, encore plus déjanté que Chuck, et de Jim Martin, guitariste dont le redoutable jeu est foncièrement influencé par ses potes de METALLICA.

Avec ces deux gugusses, The Real Thing sorti en 89 avait montré la vraie facette de ce combo difficilement étiquetable : une sorte de rock A.O.R. complètement perverti par des monstruosités sonores à la BUTTHOLE SURFERS. Il fut évidemment catalogué fusion, terme ne voulant rien dire et fourre-tout, d’autant que la plupart des membres se fichaient comme d’une guigne des délires funk caractérisant d’autres groupes de ce genre alors en vogue comme les excellents FISHBONE. Mais Angel Dust sorti trois ans après dévoike quelque chose d’autre, de beaucoup plus aventureux, montrant l’apogée d’une forme musicale aboutie définitivement à part.

A sa réécoute, la chose la plus impressionnante que l’on retient en premier, c’est l’organe démentiel de Mike Patton, capable du grunt le plus bestial (l’affolant "Malprice") comme de la plus belle croonerie (le langoureux "RV") ou de rires déments ("Land of sunshine") illustrant la folie d’un personnage atypique. Sur "Caffeine", il réussit même le pari dingue de changer plusieurs fois de tonalités vocales. Sans parler de ses flows quasi rappés ("Kindergarten") qui influenceront les laborieux suiveurs du nu metal en devenir. A noter les fantastiques jeux de basse d’un Billy Gould et celui complètement fou de la batterie d’un Mike Bordin. A eux seuls, le groove de l’album est totalement extravagant. Comme le démontrent les chaloupés "Land of Sunshine" ou "Midlife Crisis".

Ce qui surprend au préalable, ce sont aussi ces synthétiseurs plutôt envahissants qui choquèrent certains metalleux purs et durs mais aussi des fans alternos. Mais la surprise dépassée, ils donnent une coloration finalement assez psychédélique à l’œuvre, orientalisante sur "Smaller and Smaller", voire inquiétante sur l’introduction de "Be Agressive" et la fin de "Jizzlobber" marqués tous deux par un son d’orgue gothique. Le spectre musical présenté ici est ainsi très varié. Cela va de la ritournelle quasi surf ("Rv") au hit burné ("Midlife Crisis"), au rap métal ("Everything’s ruined"), à un funk amusant ("Be Aggressive"), ou à l’expérimental accessible non loin des délires du groupe parallèle de Patton, MR BUNGLE ("Crack Hitler").

Le registre purement métallique se ressent sur l’incroyable "Malpractice" avec son intro industrielle, sa rythmique en béton armée, ses envolées vocales hallucinantes, ses synthés à la fois sinistres et cosmiques. A l’époque, les membres arborent des tee-shirts de groupes extrêmes comme CARCASS ou GODFLESH qui les influencent totalement. Au milieu de ce corrosif titre, une sorte de berceuse qui fait son meilleur effet, démontrant que ces musiciens rigolos ont bien écouté les compositions parodiques des DEAD KENNEDYS. Une folie que tous les besogneux du néo metal n’arriveront jamais à réaliser. Et aussi sur "Smaller and Smaller" où l’influence contemporaine des hommes en noir de METALLICA et celle plus ancienne de BLACK SABBATH se font percevoir.

Sinon il y a deux reprises marrantes mais pas non plus complètement détournées. Une de Lionel RICHIE (!) dont on se demande s’il y a un second degré derrière cette entreprise insolite. Et une composition de John BARRY, célèbre compositeur de films, préfigurant les covers vitriolées du director’s cut de FANTOMAS. Cette œuvre annonce en effet les futures intentions bien plus anormales du PATTON concrétisées plus tard par TOMAHAWK, FANTOMAS et autres DEAD CROSS.

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


MC5
High Time (1971)
Brothers and sisters...




TAD
God's Balls (1989)
You will fall down, behemoth.


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Mike Bordin (batterie)
- Roddy Bottum (claviers)
- Bill Gould (basse)
- Jim Martin (guitare)
- Mike Patton (chant)


- land Of Sunshine
- caffeine
- midlife Crisis
- rv
- smaller And Smaller
- everything's Ruined
- malpractice
- kindergarten
- be Aggressive
- a Small Victory
- crack Hitler
- jizzlobber
- midnight Cowboy
- easy1
- as The Worm Turns2



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod