Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK FRANCO-BRETON  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Merzhin, Bodh'aktan, Armens, Kalffa, Transpher
- Style + Membre : Renaud Detressan

SOLDAT LOUIS - Quelques Nouvelles Du Front (2017)
Par MARCO STIVELL le 4 Mai 2019          Consultée 157 fois

"Jamais trop tard mais pas assez tôt quand même", c'est l'expression qui pourrait convenir à ma découverte de SOLDAT LOUIS, tardive, mais qui fait naître un sens certain de la fidélité. C'est tout naturel, compte tenu de la personne qui en est responsable, et comme pour tant d'autres artistes.

La même expression pourrait aussi se rapporter au dernier album des Lorientais, appelé Dernières Nouvelles du Front sorti en 2017. Un gouffre semble s'être creusé depuis le début des années 2000 avec pour conséquence des sorties sporadiques, un Sales Gosses isolé en 2006, un album de reprises par d'autres et un Kingdom Tavern juste bon en 2013. Au moins, c'est une production point trop forcée, et Quelques Nouvelles du Front (distribué par Coop Breizh) arrive à point nommé pour célébrer 30 ans de carrière.

Trois décennies, cela semble peu à côté des dix qui l'éloignent du premier conflit mondial. 100 ans, 1917, Arras et le Chemin des Dames, Nivelle puis Pétain, mutineries, Révolution d'Octobre et "Chanson de Craonne"... L'issue est proche, mais c'est plus simple à dire avec le recul. En tout cas sur ce disque, il y a une forme d'inspiration pour ce groupe musical plutôt modeste sur le plan populaire, avec là aussi une marge nette, par rapport à son talent.

Chose d'autant plus rageante face à une telle qualité, et aussi parce que Quelques Nouvelles du Front n'est pas si loin d'un Pavillon Noir (1990) en la matière. Signe du destin et comme à l'époque, le guitariste Michel Aymé vient collaborer. SOLDAT LOUIS, portant bien son nom, semble autant pris dans la boue et le vent continental que lorsque la mer se déchaîne. La tournure conceptuelle reste avant tout au service de bonnes chansons, à commencer par un "Billevesées et balivernes" pour le moins inhabituel.

Une rythmique jazz avec batterie swing et guitares tranchantes tout ce qu’il y a de plus rock, voilà bien un esprit que l’on ne pensait pas entendre, étant coutumiers de chansons plus classiques. Ce morceau-là n’est pourtant pas avare en arrangements solides : basse en "walk", tambours massifs, cordes-synthé, le tout sur un ton de "finis les bons moments, désormais c’est la guerre, pas de quartier !", toujours aussi bien porté par notre fier ami Serge Danet, avec la pointe de mélancolie qui s’impose.

Une fois de plus, s’il laisse plus d’espace à son vieil acolyte Gary Wicknam dans l’écriture des morceaux, ils en signent plusieurs conjointement, et puis le capitaine se réserve l’instrumental de fin. Contrairement à celui de Kingdom Tavern, "Bel air" est, en plus de sa splendeur, un retour aux habitudes, là en revanche. Le bagad vient renforcer le sentiment d’héroïsme et de grandeur mélodique et Danet fredonne, il ne manque rien pour nous émouvoir !

L’équipe sur ce disque diffère grandement des années précédentes, même le très influent Jean-Paul Barrière aux claviers se voit secondé, Ronan Le Bars et Robert Le Gall (GWENDAL, STIVELL...) en font partie. Qualité d'exécution garantie ! La cornemuse retrouve ses droits et c’est tant mieux, en témoignent "Mercenaires" (très beau final avec la harpe), "Et boom la bombe", aux tons respectivement acerbe et guerrier, excellents. Blues ("Quelques nouvelles du front"), funk ("Tout l'monde à bord"), folk de marin ("Du vent") se côtoient avec bonheur et c’est pleinement restitué, avec force chœurs massifs, paroles engagées…

Aucune présence à déplorer, malgré le fait qu'il n'y a aucune voix féminine notable et digne de ce nom comme avant. Juste, quelques arrangements orchestraux bien programmés et incorporés peuvent étonner. De nombreux bijoux, à l’image de "L'eau des bayous", enivrant et pas seulement parce que c’est un duo Danet/Wicknam. Idem pour "S'envoleront" et sa fragilité palpable, ornée d’un ukulélé et de claviers célestes, d’arpèges et de caisse claire militaire, pour un récit de voyage aux îles.

Le final est l’occasion d’un retour en arrière, mieux que jamais. Outre son très bon riff de guitare en tapping, "Trente ans déjà" est une chanson autobiographique, parlant essentiellement des débuts du groupe, avec toute l’attention qu’elle demande et l’émotion qu’elle peut générer. On sourit tendrement en entendant RENAUD (celui sans lequel peut-être rien ne serait arrivé) venir glisser un "Tatatsin" qu’il est le seul à savoir faire de la sorte. Et puis tant qu’à faire, ajoutons une version live de "Du rhum, des femmes", nettement plus rock, couplets scandés et refrains gardés tels quels, public en chœur.

Plus que convaincante, une réussite franche, à l’image de cet album, qui, espérons-le, ne précède pas une nouvelle trop longue pause. Au moins là, et au nom des vrais fans, ça valait la peine d’attendre, merci SOLDAT LOUIS !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Mark KNOPFLER
Local Hero (1983)
Superbe, à l'image du film, et diversifié




STEELEYE SPAN
Please To See The King (1971)
Folk électrifié au son pur !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Soldat Louis (chant, guitares, banjo, banjolélé)
- Gary Wicknam (chant, choeurs)
- Jean-paul Barrière (claviers)
- Michel Banuls (guitare, choeurs)
- Michel Aymé (guitares, claviers, voix, sifflements)
- Rémy Léger, Hervé Le Guillou (basse)
- Grégory Jacques, Christophe Sonnic (batterie)
- René Mirat (banjo)
- Robert Le Gall (violon, mandoline)
- Anthony Masselin, Nicolas Max (cornemuse)
- Ronan Le Bars (uilleann pipes)
- Yann Cumunel, Josselin Dubois (caisses claires)
- Chorale D'icp, Gabiers As Priziac (choeurs)


1. Billevesées Et Balivernes
2. Et Boom La Bombe
3. C'est L'bordel
4. Quelques Nouvelles Du Front
5. Tout L'monde à Bord
6. Mercenaires
7. Du Vent
8. S'envoleront
9. L'eau Des Bayous
10. Siècles Barbares
11. Trente Ans Déjà
12. Bel Air
13. Du Rhum, Des Femmes V2 (live)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod