Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Merzhin, Bodh'aktan, Armens, Kalffa, Transpher
- Style + Membre : Renaud Detressan

SOLDAT LOUIS - Première Bordée (1988)
Par MARCO STIVELL le 17 Octobre 2018          Consultée 601 fois

Il est assez cocasse de parler d'un groupe comme SOLDAT LOUIS quand on n'a jamais bu une goutte d'alcool. C'est un peu comme écouter GRATEFUL DEAD ou du reggae sans avoir jamais fumé quoi que ce soit : en gros, c'est toujours possible, mais quand vous vous retrouvez avec "ceux qui savent", vous dénaturez dans le paysage, c'est comme ça, tant pis pour vous ! Voilà donc l'histoire de deux gars du Morbihan qu'avaient pas encore atteint leurs trente printemps, Serge Danet alias Soldat Louis, originaire de Priziac, et un Lorientais, Gary Wicknam, autre nom de Renaud Detressan.

Celui-ci est promu second du capitaine qui donne son nom à l'équipage, mais c'est lui le principal meneur de besognes, pendant les bordées. Son grand-père, Théodore Botrel, venait de Dinan et avait écrit "La Paimpolaise", représentation musicale de la Bretagne aux oreilles de la France pendant des décennies et autant que Bécassine pour l'image, mais avait au moins appris la langue bretonne à un moment de sa vie. Detressan/Wicknam, s'il connaît le brezhoneg, ne l'emploie jamais dans ces chansons écrites avec SOLDAT LOUIS, en français et, un petit peu, en anglais.

Ils ont un batteur, Marc Pouliquen, et comme ils aiment la guitare, en plus d'eux-mêmes, ils ont Olivier Le Millour et Patrick Le Berquier pour les aider. Ce sont des marins en bordée, c'est-à-dire qu'eux ne chantent pas sur la mer au milieu de nulle part, mais restent à quai, sur la terre ferme ou sur leur rafiot bien amarré. Soldat Louis et Gary Wicknam écrivent leurs chansons de ce point de vue et selon les histoires qu'on leur raconte du grand large. Ces gars-là, ils se plantent le nez au ciel, se mouchent dans les étoiles, et pendant qu'ils se soulagent de tous leurs demis pression cul-sec dans la rade, derrière au Neptune ça danse et c'est plein de notes toutes joyeuses, yo ho ho !

1988 est l'année où la France voit s'éveiller à nouveau son intérêt pour la Bretagne comme c'était le cas une quinzaine d'années auparavant, et c'est grâce à une chanson. "Du rhum des femmes" ("et d'la bière, nom de Dieu !") est cette ballade bien virile et égayante qui porte le groupe SOLDAT LOUIS sur les feux de la rampe : Clip, succès immense... On la chante encore aujourd'hui, en repas de famille ou en boîte à cinq heures du matin, parait-il pour "réveiller tout le monde". Certains disent qu'ils ne connaissent que le refrain de la chanson, c'est vrai. Vrai aussi que beaucoup ne sont jamais allés plus loin que ce tube. "On n'a rien trouvé d'mieux" ? Vous m'en direz tant !

Ce son rassembleur, ils le doivent moins aux froides années 80 qu'aux deux moussaillons venus accentuer le versant traditionnel de leur musique, j'ai nommé les sieurs Loïc Taillebrest et Bruno Le Rouzic. Ce dernier a été joueur principal de grande cornemuse écossaise au sein du bagad Bleimor quelques temps après Alan STIVELL ; le second, lui aussi penn-soner comme on dit chez nous, vient du bagad de Lann-Bihoué, et en bon multi-instrumentiste qu'il est, c'est aussi lui qui joue la partie d'accordéon et les autres du disque. Tous deux seront employés par les grands de la variété pendant des années, à commencer par RENAUD qui les invite sur sa tournée 1988.

SOLDAT LOUIS est loin de se limiter à son tube intemporel, mais les chants de Wicknam et du principal intéressé, avec leur caractère rugueux et fier, surfant sur la vague irlandaise des POGUES et le succès international de leur album Rum, Sodomy & the Lash trois ans plus tôt, conduisent une Première Bordée qui n'est pas pour rester dans les mémoires. La faute en priorité à une production bien d'époque certes mais par trop étouffante. Un morceau comme "Trop tard" paraît quelque peu forcé, tout comme le slow "T'es mon secret", alors qu'on apprécie les ambiances folk, pleines de grivoiseries et de camaraderie telle qu'on les retrouve sur "Les p'tites du bout du monde" et "Tirer des caisses", par exemple. Sont malins ces gars, ils finissent la première et avant de commencer l'autre, ils se disent "Ah bah on va garder les mêmes accords, mais jouer plus lent !".

Quelques bons points comme le retour des cornemuses sur un rock'n'roll comme "Emmène-la" (très bon texte plus tendre et pas moins optimiste), là où on les attendait le moins, alors que quelques saxophones se font entendre dans "Encore du rhum", chanson fleuve. C'est pas mal mais SOLDAT LOUIS fera mieux, et croyez-moi les copains, ça va pas tarder, Ma Doué !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


STEELEYE SPAN
Horkstow Grange (1998)
Opus plus folk que rock




FLEET FOXES
Helplessness Blues (2011)
Plus folk que blues

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Soldat Louis (guitare électrique principale, chant)
- Gary Wicknam (guitare acoustique, chant)
- Olivier Le Millour, Patrick Le Berquier (guitares)
- Marc Pouliquen (batterie)
- Bradney Scott (basse)
- Bruno Le Rouzic (cornemuse écossaise)
- Loïc Taillebrest (cornemuse écossaise, accordéon)


1. Du Rhum, Des Femmes
2. Les P'tites Du Bout Du Monde
3. Tirer Des Caisses
4. T'es Mon Secret
5. Trop Tard
6. Martiniquaise
7. Emmène-la
8. Encore Un Rhum
9. Soldat Louis



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod