Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



SAD CAFé - Politics Of Existing (1985)
Par MARCO STIVELL le 21 Mai 2019          Consultée 87 fois

SAD CAFÉ, au milieu des années 80, est un groupe qui vivote : il n’y a plus grand-monde pour s’en préoccuper, pas même les principaux intéressés. De la formation originale, seuls demeurent Ian Wilson et Paul Young, mais ce dernier a déjà un bon pied dans MIKE & THE MECHANICS qui publie alors son premier album, espacé de quelques semaines seulement de Politics of Existing, avec un succès largement différent à la clé.

C’est la première fois qu’un disque des Mancuniens n’atteint aucun classement, même pas dans leur chère patrie Albion. Avec Vic Emerson et Dave Irving, le groupe a perdu deux membres, compositeurs très influents dans le cas d’Emerson, au profit de Danny Schogger et Jeff Seopardi, claviériste et batteur ayant accompagné plusieurs artistes de pop/blue-eyed soul anglaise en vogue, notamment SQUEEZE ou Paul CARRACK en solo.

Politics of Existing donne le ton en s’éloignant considérablement du son ancien, Seopardi joue la batterie électronique Simmons, on entend pas mal de programmations (Linn, Fairlight). Déjà, la pochette donne un goût bizarre : l’esprit d’avant se laisse retrouver un peu, mais sans parler à l’auditeur plus que cela, il y a ce bandeau inutile qui fait le tour et le logo qui se confond à moitié avec... Pas très engageant !

Au contraire, on valide l’efficacité de "I Didn’t Want You", rock FM pur jus, suivi de "Midnite", plus doux et qui lorgne vers la musique mexicaine (castagnettes et trompette mariachi incluses) en provoquant une grande sympathie. L’ambiance de "Clocks", vaguement jazzy – au sens bar enfumé à 3 heures du matin – lors de l’intro, est séduisante à son tour, et on retrouve un peu plus la créativité originelle de SAD CAFÉ dans la structure, le choix d’un développement rempli de soli de guitare héroïques et de sax soprano auxquels s’ajoutent des chœurs éthérés, des congas par Martin Ditcham.

Dans le sillage des premiers albums, on passe d’un genre à l’autre selon la chanson, tout en restant dans une dominante blues-rock (titres où les riffs de Wilson ressortent le mieux, forcément), pop-soft et, première ligne de démarcation, funk, pour presque un titre sur deux. Le tout transposé aux eighties, bien entendu, avec force réverbération et sons de claviers agressifs, cuivres rutilants... Sachant que Lenni se retrouve aussi en touche sauf pour deux morceaux (de même qu’Emerson et Irving), remplacé ailleurs par un saxophoniste beaucoup plus connu : Mel Collins. Cela dit, la personnalité de Lenni a du mal à se faire oublier.

Un autre musicien très célèbre et invité se trouve être Mike Rutherford, proximité avec Paul Young au sein de MIKE & THE MECHANICS oblige, mais pour tenir les guitares lead !... Exemple très rare puisqu’il ne joue que de cela. Si certains lui reprochent ses efforts rudimentaires au sein de GENESIS en la matière, qu’ils n’écoutent surtout pas ce disque, et notamment "China Seize". Étiré sur 6 minutes, il est prétexte à une forme de récréation qui trouve ses limites alors que le final débute à peine. Rutherford peut bien faire bourdonner son instrument, cela ne suffit guère pour passionner !

Paul Young en revanche tire toujours son épingle du jeu, suivi de près par Des Tong qui est très en avant, pour les titres funk mais pas que ; voilà un des petits plaisirs qu’offre cet album somme toute mitigé. Certains morceaux, dont ceux décrits plus haut, valent d’être écoutés, mais d’autres donnent plus l’impression de meubler. Entre début blues massif avec sax et bluette sucrée, "Heart" joue trop la carte du n’importe quoi ; comme "chanson pour filles", on préfère largement "Keep Us Together", où les claviers et la batterie Simmons résonnent mieux qu’ailleurs. Le reggae "Refugees" est plutôt chouette, et on peut approuver "Tryin’ to Teach You" pour son caractère gentil et bien ficelé.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


The ACES
When My Heart Felt Volcanic (2018)
Girls-band et album pop de l'été




Bruce HORNSBY
A Night On The Town (bruce Hornsby & The Range) (1990)
Jerry Garcia et Wayne Shorter en guests !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Paul Young (chant, choeurs)
- Ian Wilson (guitares, choeurs)
- Des Tong (basse)
- Jeff Seopardi (batterie, programmations)
- Danny Schogger (claviers)
- Andy Kane, Mary Cassidy (choeurs)
- Mike Rutherford, Nico Ramsden (guitares solo)
- Martin Ditcham (percussions)
- Mel Collins (saxophones)
- Reg Cooper (trompette)
- Stuart Cooper (trombone, bugle)


1. I Didn't Want You
2. Midnite
3. Tryin' To Reach You
4. Saving Grace
5. Clocks
6. Refugees
7. Only Love
8. Keep Us Together
9. Heart
10. China Seize



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod