Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Nolwenn LEROY - Nolwenn (2003)
Par MARCO STIVELL le 8 Juillet 2019          Consultée 252 fois

Elle vient de gagner la Star Academy deuxième édition, fin 2002 ; Nolwenn LEROY est donc attendue au tournant avec ce premier album, programmé pour mars 2003, dans l'idée de battre le fer tant qu'il est brûlant. Un tremplin, c'est une chose, mais il faut ensuite tenir en l'air pendant l'envol, et en cas de chute, la demoiselle a toujours en tête sa possible reconversion dans les actions humanitaires.

Le succès est bel et bien au rendez-vous, grâce à au moins une chanson : "Cassé". Le premier numéro 1 de Nolwenn LEROY dans les classements vise à lui coller une image tout ce qu'il y a de plus variété pour l'époque en France. Un son proche de Florent PAGNY ou de ce que fait Pascal OBISPO en général (les paroles sont écrites par Lionel Florence, le même que "Lucie" et "Savoir aimer"), pour ne pas parler de Johnny HALLYDAY depuis 1998, avec de grosses guitares, une batterie pachydermique lente, des cordes symphoniques à foison, un soupçon d'électronique...

Tout pour servir une chanson sur la séparation, douloureuse de son point de vue à elle, et la voix de Mademoiselle Nolwenn, son lyrisme contenu (elle a une formation classique, ne l'oublions pas), son caractère précieux. Est-ce pour autant une bonne chose ? En termes de succès, certainement, et grâce à cela, en grande partie du moins, ce premier album devient double disque de platine. Artistiquement, c'est une autre paire de manches. L'artiste est bien consciente de devoir faire des concessions pour continuer de faire parler d'elle, avant d'aller essayer autre chose.

Personnellement, je n'aime guère "Cassé", ni aucune chanson dans le même ton textuel et musical : "Finir contre toi" malgré un refrain bluesy déjà plus sympa, "Ce qu'il nous faudrait" et "Jure moi", des slow moyens... Cette dernière commençait pourtant bien avec des guitares acoustiques simples, l'inverse de "Vu d'en haut" dont on n'espère rien au début mais qui nous convient mieux par son refrain aérien. "Inévitablement", chanson sur le temps écrite par Lara FABIAN, dernier single accueilli plus timidement, flirte avec le r'n'b, et sur "Rayer l'émotion inutile", on se demande quel rappeur va débarquer (cela n'arrive pas).

Dans cet ensemble fort impersonnel, il y a néanmoins quelques beaux efforts. "Une femme cachée", composée par le Canadien Daniel LAVOIE est pourvue d'un rythme exotique qui cohabite bien avec l'intro céleste chant et claviers. "Être une femme" et sa progression séduisante à son tour, "Qui mieux que moi" sur un tempo valsé avec un arrangement de cuivres original mais trop peu utilisé... Nolwenn LEROY y chante sa féminité de manière convaincante, même le temps d'une morceau dédié à la Saint-Valentin.

Vocalement, il n'y a rien à redire ; avec la musique en plus, c'est clinquant, sucré. Toutefois, si l'on n'aime pas OBISPO par exemple – il participe à la réalisation du disque d'ailleurs ! -, difficile d'apprécier un tel album. Mis à part le tandem Elodie Hesme/David Gategno pour la paire "Finir contre toi"/"Ce qu'il nous faudrait", toutes les chansons viennent de mains différentes, mais il y a au moins une empreinte que l'on reconnaît sans mal, autant qu'on l'adore.

Laurent VOULZY (avec Élisabeth ANAÏS pour les paroles) est le principal responsable de la meilleure chanson du disque, de loin. "Cassé" reste le premier single, mais le second, "Suivre une étoile", fait quand même pas moins de 120.000 ventes, en plus d'atteindre son objectif : révéler mieux qu'aucune autre la personnalité de Nolwenn LEROY, celle qu'elle souhaite être vraiment. Une fille rêveuse qui parle d'amour certes, mais une Bretonne, Finistérienne de surcroît. VOULZY l'a bien compris, et le morceau, à renfort de belles mélodies et ambiances porteuses aux claviers comme aux choeurs, est un prélude à la Nolwenn folkeuse. Une couleur bleue douce et enivrante qui tranche avec le gris-blanc de la pochette !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Pavillon De Paris : Porte De Pantin (1979)
"Ma gueule", Star wars et pianiste aveugle.




Johnny HALLYDAY
Gang (1986)
L'album de Goldman pour Johnny


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Cassé
2. Être Une Femme
3. Suivre Une étoile
4. Inévitablement
5. Jure Moi
6. Vu D'en Haut
7. Ce Qu'il Nous Faudrait
8. Une Femme Cachée
9. Finir Contre Toi
10. Rayer L'émotion Inutile
11. 14 Février
12. Qui Mieux Que Moi



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod