Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Nolwenn LEROY - Le Cheshire Cat Et Moi (2009)
Par MARCO STIVELL le 13 Août 2019          Consultée 204 fois

Que Nolwenn LEROY soit capable de faire de bons voire très bons albums, rien de surprenant à cela, son talent de musicienne autant qu'un entourage adapté finit par payer (cf. Histoires Naturelles), quoi qu'en disent ses détracteurs. Toutefois, il était difficile d'imaginer, et même encore avec le recul bien après la découverte, qu'elle pourrait également produire un des disques de chanteuses françaises (de son rang) les plus étonnants et les plus adorables !

Dans le cas du Cheshire Cat et Moi, cela rime aussi avec incompréhension. Une bonne partie des fans ou sympathisants déserte face à un projet pourtant modeste, intime, d'une beauté à couper le souffle. Très nordique aussi, avec un Féroïen à la réalisation (Teitur Lassen), des Danois instrumentistes et un enregistrement fait à Lund, Suède (Varispeed Studios). Ne manquent que des Islandais, le meilleur peuple du monde - c'est juste pour faire plaisir à Tonton Erwin ! -. Au moins et heureusement, on évite l'écueil d'artistes français ou autres qui plongent dans cette créativité que soutient grandement une certaine intelligentsia médiatique, comme pour la pop des Peter VON POEHL/Marie MODIANO etc à laquelle je goûte peu.

En un peu moins de quarante minutes, on nous offre la Nolwenn LEROY la plus douce, la plus sensuelle et la plus authentique dans un son de vinyle, livré sans trop d'enrobages et où la part la plus électronique se trouve représentée par des claviers vintage, le Mellotron et l'orgue Hammond, joués par Teitur Lassen et Soren Kjaergaard. Des cuivres, trompette et trombone se dégagent, venant salir un peu le tout et donner à "Parfaitement insaisissable", entre autres, une couleur étrange. Des arrangements de cordes discrets, enfin, à la charge de plusieurs musiciens dont Vic Emerson, ancien membre de SAD CAFÉ et 10CC. Pour rester dans les grands noms de la pop anglaise des années 70, monsieur Rupert Hine, musicien et producteur de renom, co-écrit deux chansons.

Un climat s'installe, feutré, bien entretenu par les arpèges de harpe (géniale Ruth Wall) qui demeure, contre toutes attentes, l'instrument conducteur de l'opus. Nolwenn LEROY, la fée bretonne va pêcher dans la Baltique : le modèle est grand à pédales et de fait, non celtique. Cela entretient le caractère précieux des chansons, courtes en général, au tempo parfois enlevé ("Cauchemar" qui relate une séparation amoureuse, la pop-jazz british de "Faut-il faut-il pas ?" qui use joliment du thème de l'hésitation) mais plutôt calme dans l'ensemble.

Parmi d'autres éléments de choix : le blues de "Textile Schizophrenia" aux références textuelles bien américaines, le ton jazzy délicieux de "Feel Good" et "Le Cheshire Cat", surréaliste forcément (les dessins du livret sont eux aussi un hommage à Lewis Carroll). Il y a plus beau encore : "Valse au sommet", voix et harpe pour grande partie qui semble interprétée sous la lumière de la lune, au milieu de nulle part, et "Safe & Sound", valse à la guitare pour une mélodie lumineuse et caressante. "You Get Me" enfin, chanson "à tâtons" et dans la plus grande suavité, une splendeur.

Ce disque n'a ni été franchement soutenu en dehors de quelques critiques positives, ni apprécié comme il l'aurait dû. Déjà le second disque de LEROY s'était nettement moins vendu que le premier, un écart de plusieurs dizaines de milliers de ventes alors qu'il lui est proportionnellement supérieur à l'inverse, et là on est passé d'un disque de platine à un petit disque d'or avec 50,000 copies. Cela reste un chiffre honorable et pas donné à tout le monde, mais Demoiselle Nolwenn arrive à un moment où elle sait qu'elle devra faire fort si elle ne veut pas tomber dans l'oubli.

Le Cheshire Cat et Moi n'est pas ce diamant noir, chef d'oeuvre irréprochable, débordant de chansons essentielles ou forcément réussies d'un point de vue écriture. Seulement, par sa courte durée et ses choix, la prestation de Nolwenn LEROY aussi, il s'écoute et plus que volontiers. Il a cette saveur unique de travail de création par une chanteuse qui fait ce qu'elle veut sans chercher à perdre tout le monde, qui se montre timidement avant d'aller vers quelque chose de plus grand et qui n'est pas censé toujours lui convenir mieux.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Jacques DUTRONC
Jacques Dutronc 1971 (1971)
Rock français




CIRCUS
Circus (2012)
Supergroupe et album-concept.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Nolwenn Leroy (chant, choeurs)
- Teitur Lassen (guitares, mellotron, trompette, arrangements)
- Soren Kjaergaard (orgue hammond, glockenspiel, arrangements)
- Derek Murphy, Jakob Hoyer (batterie)
- Mikael Blak, Anders Christensen, Nicolaj (basse)
- Rupert Hine (choeurs)
- Mads Hyhne (trombone)
- Ruth Wall (harpe)
- Rafael Santana (guitare)
- Jonatha Brooke (guitare acoustique)
- Andreas Birk (alto)
- Erik Heide (violon)
- Carl-oskar Oesterlind, Christian Ellegaa (cordes)
- Naja Helmer (cordes)
- Nico Muhly, Vic Emerson (arrangements des cordes)


1. Le Cheshire Cat
2. Faut-il Faut-il Pas ?
3. Mademoiselle De La Gamelle
4. Feel Good
5. Cauchemar
6. Valse Au Sommet
7. Parfaitement Insaisissable
8. You Get Me
9. Textile Schizophrenia
10. Amis De Jours De Pluie
11. Safe & Sound



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod