Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lindsay ELL - Heart Theory (2020)
Par MARCO STIVELL le 16 Août 2020          Consultée 488 fois

Quelques semaines avant la sortie de Heart Theory, son nouvel album tant attendu depuis deux ou trois ans, Lindsay ELL avait décrit celui-ci comme un concept-album. Evidemment, de nos jours et dans la pop music, il ne faut pas s'attendre à ce que cela signifie lutins et farfadets ou alors voyage plein de rebondissements laissant libre cours à l'imagination, chose dont le rock progressif se charge fort bien depuis les années 70 en amenant toujours son lot de surprises. Néanmoins, en considérant le reste de son oeuvre parue jusqu'alors, le voeu et la démarche d'une artiste comme Lindsay ELL lui permettent de se situer à part, de susciter un vif intérêt.

C'est une histoire personnelle, intime, celle d'une jeune femme ayant franchi le cap des 30 ans et qui se retourne sur les dernières années, marquées par le chagrin. Rupture amoureuse (notamment celle d'avec le journaliste Billy Bones en 2017), dépression, même le souvenir des deux abus sexuels qui ont eu le temps de la hanter, font partie des cinq phases du deuil que la psychologue suisse Elisabeth Kübler-Ross a théorisées en 1969 (déni, colère, remise en question, dépression, acceptation), et telles qu'elle les a vécues, telles qu'elle les raconte dans ce quatrième album studio original. Certaines chansons voient leurs noms écrits en minuscules avec des majuscules au milieu car ces dernières font ressortir, sur la longueur, le titre Heart Theory.

Dans ce livre ouvert, cette invitation pour l'auditeur à tenir le rôle de confident, les sentiments sont vifs, dans le rejet comme dans la passion, quelquefois conjoints tous les deux ainsi qu'on peut les entendre dans la ballade "I Don't Love You". La tristesse et la colère entremêlées des jours douloureux s'installent au fil des textes avant de se dissiper. La fin, le moment de l'acceptation, est aussi, grâce à "Ready to Love", celui de la réconciliation. Aux côtés de ces montagnes russes, Lindsay ELL a cependant voulu créer une sensation d'équilibre musical constant.

Depuis 2018, malgré une petite absence publique à laquelle s'est ajouté le confinement 2020, l'artiste canadienne-nashvilloise a créé son oeuvre humanitaire Make You Movement en aide aux personnes victimes de viol et a décroché un tube numéro 1 des ventes en se voyant conviée par Brantley GILBERT à un duo sur "What Happens in a Small Town". Son Heart Theory, elle l'a co-écrit avec Brandy Clark, auteur-compositeur remarqué parmi d'autres nombreux sur cet opus (comme c'était le cas de The Project en 2017). Le guitariste de session Dan Huff, qui s'est chargé autrefois de disques pour les groupes WHITE HEART et GIANT, en est le producteur.

Sans surprise, toutes les chansons ou presque sont excellentes. De façon naturelle, Lindsay ELL ne cache point son bonheur d'avoir sorti un disque nouveau au bout de trois ans à peine, et elle peut être fière car elle réitère l'exploit de The Project en arrivant à ce résultat que l'on pourrait appeler vulgairement "fabrique à tubes". Chose encore plus marquée qu'en 2017, car Huff use davantage des moyens actuels. Il y a souvent cette alternance boîte à rythmes/son r'n'bisant lors des intros avant d'aller rapidement vers un rock Nashville plutôt classique. La différence principale avec d'autres artistes pop demeure toujours le talent de Lindsay ELL et son jeu de guitare.

Malgré leur propos sombre et brut de décoffrage, les chansons "Good on You" et "Hits Me" se basent sur un rythme blues FM chaloupé, un groove d'instruments s'accorde à merveille au chant de Lindsay ELL, avec ce qui tient à la fois des codes actuels et d'un savoir-faire musical. L'artiste habille des paroles profondes par des mélodies porteuses, légères. Une fois encore, les arrangements font mouche grâce à la basse, la batterie, les claviers (orgue Hammond en particulier mais aussi cordes-synthé guère envahissantes) et les choeurs masculins de préférence pour changer.

La Stratocaster, comme toujours, est impériale. La gestion de la rythmique, à laquelle s'ajoutent des phrasés (parfois en mode "twin guitars" !) accompagnant un chant de plus en plus mature, font à eux seuls la richesse de cet opus, même si on regrette les variations de ton plus nettes de The Project. Il n'y a pas de proximité musicale comme ce pouvait être le cas sur "Worth the Wait" ; le début piano-voix de "Make You" est un exemple assez rare ici. En revanche, ce que Heart Theory per de ce côté, il le gagne avec des titres inattendus comme "The Other Side", hyper groovy et élégant, ainsi que "Wrong Girl", plus belle surprise du lot avec son shuffle et sa guitare plaintive.

Les titres les plus californiens comme "Get Over You", "Body Language of a Breakup" sont d'excellente facture, garnis de refrains puissants comme le sont les slows "Make You" et "I Don't Love You". Lindsay ELL au chant (en sus d'un solo-crème à la guitare dont elle a le secret) et les choeurs mettent une belle énergie à "Good on You", au milieu des effets de Hammond et de lap-steel. "Go to" ajoute un brin de banjo, mais toujours pas de quoi justifier l'étiquette country, réductrice pour ELL.

Cette dernière, après avoir chanté "losing you was hell, but I'm thankful for it now" sur "The Other Side", offre un "Ready to Love" optimiste, nouvelle chance qui élève le final de l'album avec grâce. C'est une merveille, les étoiles brillent pour de vrai, même si on se demande bien pourquoi le solo de Strat, peut-être le plus beau du disque, est gâché par ce fondu trop rapide.

Bien que Heart Theory comble toutes les attentes en matière de songwriting et d'interprétation, même de conception par rapport au thème général des textes (chose qu'il convient de saluer particulièrement car pour la qualité musicale, on savait déjà), son seul défaut est de s'ancrer trop volontiers dans la pop, de canaliser la longueur des chansons à trois minutes avec l'impression de les enfiler, de les enchaîner, au lieu de laisser plus de place aux instruments, d'en faire venir des extérieurs voire des originaux... Souhaitons que le suivant, lui, permettra cela, comme le retour de la guitare auprès d'ELL sur la pochette !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


MIKE & THE MECHANICS
The Singles 1985-2014 + Rarities (2014)
Faces b à écouter et réécouter !




STANISLAS
Ma Solitude (2014)
Variété électro-pop à la française


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Hits Me
2. How Good
3. I Don't Love You
4. Want Me Back
5. Get Over You
6. Wrong Girl
7. Body Language Of A Breakup
8. Good On You
9. The Other Side
10. Go To
11. Make You
12. Ready To Love



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod