Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1987 Join The Army
1988 How Will I Laugh Tomo...
1989 Controlled By Hatred / F...
1990 Lights... Camera... R...
1992 The Art Of Rebellion
1993 Still Cyco After All ...
1994 Suicidal For Life
1997 Prime Cuts
1999 Freedumb
2000 Free Your Soul... And...
2009 Year Of The Cycos
2010 Live At The Olympic Audi...
  No Mercy Fool!/the Suici...
2013 13
2016 World Gone Mad
2018 Get Your Fight On
  Still Cyco Punk After Al...
 

- Style : Bad Brains, Black Flag
- Membre : Metallica, Black Star Riders, Alice Cooper
 

 Site Officiel (4977)

SUICIDAL TENDENCIES - Lights Camera Revolution (1990)
Par NESTOR le 14 Février 2021          Consultée 1175 fois

Si How Will I Laugh Tomorrow (1988), leur précédent album ("Controlled by Hatred" / "Feel Like Shit…" / "Déjà Vu"), sorti en 1989 ressemblant davantage à un E.P et/ou à une compilation, est souvent considéré comme le tournant Thrash de SUICIDAL TENDENCIES, Lights Camera Revolution est quant à lui souvent assimilé à un changement de cap vers des horizons plus Funk. Cela tient probablement à l’arrivée au sein du groupe de Robert TRUJILLO (futur Ozzy OSBOURNE et METALLICA) à la basse et à la présence de deux morceaux, "Lovely" et "Send Me Your Money", qui intègrent des rythmiques plus groovy que ce à quoi nous avaient habitué les Californiens et qu'on pourrait, avec beaucoup d'imagination, assimiler à du Funk.

Pour autant, ce cinquième album de SUICIDAL est, sans aucun doute possible, un disque de Thrash Metal. Il n’y a qu’à écouter "You Can’t Bring Me Down", qui ouvre en beauté l’album, pour s’en convaincre : c’est rapide, puissant, agressif et truffé de riffs imparables. Non content de pratiquer un Heavy Metal robuste et hargneux, le groupe accroît sa propension à se montrer très efficace, aussi bien du point de vue de l’interprétation qu'en truffant ses morceaux de changements d’ambiances et de rythmes. A cet égard, plus que la dénomination de Thrash-fusion, c’est presque celle de Thrash-technique qu’il conviendrait d’accoler au quintet, tant certains de ses membres font preuve d’une maîtrise instrumentale impressionnante.

On savait déjà à quel point Rocky George était un guitariste soliste talentueux. Mais le groupe peut désormais s’appuyer également sur un excellent bassiste en la personne de Robert Trujillo. Celui-ci, bien qu’intégrant un groupe professionnel pour la première fois, apporte une puissance et un feeling immenses, notamment grâce à son jeu aux doigts et à sa technique de slapping. Cela contribue à doter SUICIDAL TENDENCIES d’une capacité à enrichir son propos et à diversifier considérablement son Thrash-Punk pour le rendre plus complexe et, par là même, plus intéressant.

Le résultat est imparable : les morceaux s’enchaînent avec une efficacité redoutable, conservant une fraîcheur et une identité propres. On peut ainsi déguster le très rapide et quasi épileptique "Disco's Out, Murder's In", comme le plus dansant et chaloupé "Lovely", le seul auquel Robert Trujillo soit crédité à la co-composition. N'oublions pas également plusieurs titres qui, à l’image de "Alone", font office de montagnes russes émotionnelles et sensitives, sans que l’ombre de la lassitude ne pointe le bout de son nez ni que l’ensemble ne donne le sentiment de n’être qu’un assemblage hétéroclite.

Cette réussite quasi-totale n’est atténuée que par une production qui, bien que fort honorable pour l’époque, peine un peu à bien vieillir, et a tendance à amalgamer les guitares rythmiques et la basse. Il n’en reste pas moins que Lights Camera Revolution est un recueil de classiques et doit être considéré comme une des pierres angulaires du Thrash Metal. Il assoit la popularité et le succès commercial du groupe. Nous sommes en effet en pleine ère MTV et la diffusion intensive du clip de "You Can't Bring Me Down" par la chaîne permet à SUICIDAL TENDENCIES de passer un cap. Un changement de statut amplement mérité tant cet album jouissif constitue certainement le point d’orgue des vingt premières années de carrière du groupe.

A lire aussi en METAL par NESTOR :


Yngwie MALMSTEEN
Marching Out (1985)
Second coup de maître du maestro de la guitare




Edu FALASCHI
Vera Cruz (2021)
Le heavy mélodique à son meilleur niveau


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Mike Clark (guitare)
- Mike Muir (chant)
- Rj Herrera (batterie)
- Robert Trujillo (basse)
- Rocky George (guitare)


1. You Can't Bring Me Down - 05:50
2. Lost Again - 05:16
3. Alone - 04:24
4. Lovely - 03:46
5. Give It Revolution - 04:22
6. Get Whacked - 04:23
7. Send Me Your Money - 03:24
8. Emotion No. 13 - 03:43
9. Disco's Out, Murder's In - 03:07
10. Go'n Breakdown - 04:39



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod