Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH HARDCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1987 Join The Army
1988 How Will I Laugh Tomo...
1989 Controlled By Hatred / F...
1990 Lights... Camera... R...
1992 The Art Of Rebellion
1993 Still Cyco After All ...
1994 Suicidal For Life
1997 Prime Cuts
1999 Freedumb
2000 Free Your Soul... And...
2009 Year Of The Cycos
2010 Live At The Olympic Audi...
  No Mercy Fool!/the Suici...
2013 13
2016 World Gone Mad
2018 Get Your Fight On
  Still Cyco Punk After Al...
 

- Style : Bad Brains, Black Flag
- Membre : Metallica, Black Star Riders, Alice Cooper
 

 Site Officiel (4626)

SUICIDAL TENDENCIES - 13 (2013)
Par NESTOR le 12 Septembre 2021          Consultée 118 fois

13, en voilà un titre qui s’imposait de lui-même. En effet cet album est tout à la fois : composé de treize titres, paru en 2013, et est le treizième du groupe (si l’on triche un peu en intégrant l’EP, Six the Hard Way et la simili compilation No Mercy Fool!/The Suicidal Family…).
Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que cet album est le premier réel album studio de SUICIDAL TENDENCIES à sortir après treize années de disette. Un album qui aurait été composé, et enregistré, durant la période de dix années qui précède sa sortie, ce qui peut expliquer le Line-up un peu étrange qui est mentionné. C’est ainsi le seul album où apparaissent Nico Santora (guitare), Stephen Bruner (basse) et Eric Moore (batterie). Mais également un album où apparaissent en tant que musiciens additionnels des anciens membres du groupe tels que Mike Clark, Ron Brunner, Dave Hildago, Josh Paul et Tim "Rawbiz" Williams.

L’album commence tambour battant avec un "Shake It Out" qui alterne rythmes et ambiances, et donne l’occasion au groupe de faire étalage de ses talents musicaux et de son éclectisme. Il se poursuit de manière tout aussi heureuse avec le nerveux et remuant "Smash It !". On retrouve tout de suite le Thrash furieux et groovy, légèrement teinté de touches Hardcore, qui a fait la renommée du groupe de Venice. Le chant de Mike Muir est fidèle à lui-même : légèrement voilé et ne brillant pas particulièrement par sa puissance, mais pour autant très efficace et adapté dans le cadre de SUICIDAL TENDENCIES. Les guitares sont omniprésentes, que se soit au travers de rythmiques bien appuyées, ou via des soli, plus rares, mais toujours diablement tranchants. Celui de "Living The Fight" est assez étourdissant. La section rythmique, un des atouts traditionnels du groupe, est, elle, légèrement plus noyée que d’habitude par une production un peu massive qui manque un peu de relief. Ces deux premiers morceaux sont assez représentatifs des styles que l’on retrouve tout au long de cet album.

De nombreux titres montrent un groupe qui semble soucieux d’en découdre et qui s’exprime au travers de morceaux nerveux et agressifs de la trempe de "This Ain't A Celebration" et de "Who's Afraid?".
Alors qu’à d’autres moments SUICIDAL se fait moins direct et unidimensionnel, en se faisant une joie de multiplier les breaks et les changements d’ambiances. C’est ainsi le cas avec "God Only Knows... who I Am" durant lequel la batterie semble être en démonstration, ou bien du très bon "Make Your Stand" où s’est au tour de la basse d’être mise à l’honneur. Mais on peut également citer le très groovy "Till My Last Breath" et le plus apaisé "This World".

Si a de très nombreux moments on se laisse entrainer par la fougue et le savoir-faire indéniable de SUICIDAL TENDENCIES, on ressort cependant un peu fourbus de l’écoute de cet album qui se révèle très touffus. Cela est autant dû au grand nombre de morceaux, qu’à la durée de ceux-ci. En effet, près de la moitié des chansons approche ou dépasse les cinq minutes. Délesté de morceaux un peu dispensables ("Cyco Style", "Slam City", "Make Tour Stand", ou bien "Life (can't Live With It... can't Live Without It)", malgré son magnifique final), doté d’une production un peu moins massive, et d’un chant un tantinet plus varié, 13 aurait très certainement été célébré comme un nouveau classique du groupe.

Là, on ne peut que saluer le retour d’un groupe en très grande forme, mais qui peine un peu à canaliser son énergie pour se montrer efficace à 100%. Et si les bons moments sont légions, ils sont malheureusement un peu atténués par un environnement un peu trop massif.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


ALICE COOPER
Brutal Planet (2000)
Alice déroutant, mais toujours au top




DAN REED NETWORK
The Heat (1991)
Le coup du chapeau : toujours aussi superbe


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Mike Muir (chant)
- Dean Pleasants (guitare)
- Eric Moore (batterie)
- Nico Santora (guitare)
- Tim Williams (basse)
- Mike Clark (guitare)
- Ronald Bruner Jr. (batterie)
- Dave Hidalgo (batterie)
- Josh Paul (basse)
- Adam Siegel (guitare)
- Tim Williams (basse)


1. Shake It Out
2. Smash It!
3. This Ain't A Celebration
4. God Only Knows... Who I Am
5. Make Your Stand
6. Who's Afraid?
7. Show Some Love... Tear It Down
8. Cyco Style
9. Slam City
10. Till My Last Breath
11. Living The Fight
12. Life (can't Live With It...can't Live Without It)
13. This World



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod