Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


PIERPOLJAK - Stim Turban (2003)
Par NESTOR le 7 Octobre 2021          Consultée 387 fois

A l’issue de la sortie de Je fais c'que j'veux (2000)? PIERPOLJAK continue de surfer sur le succès. Enchaînant les concerts, il bénéficie toujours d’une aura de 'gentil Rasta cool', même si quelques incidents durant cette tournée écornent son image de 'joyeux pacifique'. Quelques embûches commencent alors à s’amonceler sur le chemin du succès, d’autant plus que le chanteur doit faire face à de gros problèmes de santé qui l’obligent à annuler de très nombreuses dates de concert, ainsi que des engagements promotionnels. Cela, ajouté à un comportement un peu 'impulsif', détériore son image auprès de certains acteurs du monde du spectacle.
S’ensuit un gros break de plusieurs années durant lesquelles PIERPOLJAK emboîte le pas à ANTOINE avec son "Om" et RENAUD avec le "Makhnovchtchina" : perturbé par les turbulences qui accompagnent son succès, il met sa carrière musicale en pause et met les voiles pour naviguer en Atlantique et finir par s’installer dans les Antilles.
On le retrouve trois années plus tard, alors qu’il est établi en Jamaïque où il recommence à faire de la musique, et se lance dans l’écriture d’un cinquième véritable album enregistré aux légendaires studios Tuff Gong et pour lequel il s’investit à tous les niveaux, en bénéficiant d’une très large liberté.

Stim turban (Turbans bouillis) fait référence aux adeptes extrémistes du mouvement Rastafari en Jamaïque. Il part de l’idée que les esprits des membres de son groupe (qui s’appelle également STIM TURBAN) ont tellement chauffé que leurs turbans ont bouilli.
Cet album massif est assez surprenant tant il oscille perpétuellement entre, d’une part un Reggae assez Roots et peu accessible pour un publique français généraliste, et d’autre part des titres bien moins typés qui lorgnent presque la variété.
Ainsi, le disque commence avec "Allez les filles", du Dancehall boosté par les sœurs jamaïcaines Kaydine et Kerrine Francis de K QUEENS, un style hyper rythmé qui tranche avec les précédentes réalisations de PIERPOLJAK. Pour continuer avec "Un monde fabuleux" qui s’inscrit parfaitement dans le style habituel du chanteur : un Reggae peu marqué et hyper mélodique.
Dans les deux cas, le résultat est plutôt convaincant et ce, même si ce grand écart artistique peut surprendre vu de métropole.
Quoiqu’il en soit, la qualité de bon nombre de compositions permet de passer outre cette petite surprise.
C’est ainsi le cas avec "Petite luminosité", un morceau particulièrement réussi et touchant, notamment du fait de son côté un peu hypnotique. C’est un titre qui préfigure déjà ce vers quoi PIERPOLJAK s’orientera à partir de Je ne blesserais personne, son album suivant. Et à mon sens un des moments forts de l’album. Le chant y apparaît d’une sincérité rare et les parties de batterie sont très percutantes. La participation de BLACKMAN sur le long final faisant figure de cerise sur le gâteau.
Le très chaloupé, bien qu’assez dépouillé, "Rhum Papa eh" est également une réussite. Malgré des paroles très simples ce morceau parvient à nous entrainer dans les dédales d’histoires que l’on peut imaginer compliquées et dramatiques. La recette est un peu la même avec "En cas d’accident" qui de manière très indirecte nous plonge dans l’horreur des drames routiers.
Le paisible "Miss Pillow", sur lequel l’ancêtre du Dancehall, Joe Lickshot, intervient en fond sonore, impose également son charme indolent.
Avec "Illi Illi", à l’ambiance orientale, Mister PK aborde un de ses thèmes « favoris », ses difficultés à maintenir une relation amoureuse sur le long terme. De par son thème musical qui tranche fortement avec le Reggae, ce morceau apporte de la fraicheur au sein d’un album massif. Il en va de même avec "Situation difficile", qui flirtent avec les mêmes sujets et qui est également peu ancré dans le Reggae.
"J’embrasse mes dents" voit PIERPLOJAK faire une seconde incursion dans le Dancehall pour une chanson qui dresse la liste de ses contrariétés. Encore une fois, le chanteur se fait surprenant et n’hésite pas à déstabiliser son auditoire en s’éloignant du style qui l’a fait découvrir.
Il en va de même avec le très « Roots » "La mer et les étoiles", dans lequel il nous convie à un beau voyage qui ressemble beaucoup à une fuite en avant.
Au final, l’album se révèle très diversifié et riche. A tel point que, malgré le fait qu’il contienne seize morceaux, on en vient à se dire qu’il n’y en a pas (ou peu) qui se révèlent dispensables.
Tout au plus, j’ai moins accroché sur "Fati Fati", "Nature humaine" et "Salute", mais sans pour autant pouvoir aller jusqu’à dire que ces morceaux soient mauvais.
Inversement, les titres vraiment marquants et envoutants sont légions : "Peine de mort", "Petite luminosité", "Rhum Papa eh", "P'tite nana"…
Stim turban propose une belle palette de titres qui possèdent bien souvent ce petit supplément d’âme qui leurs permet à la fois de nous surprendre et de nous charmer.
Un très bon cru, déroutant et courageux.

A lire aussi en REGGAE par NESTOR :


BIGA*RANX
Eh Yo! (2022)
Biga toujours au top




Alpha BLONDY
Massada (1992)
Retour en grâce


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Pierpoljak (chant)
- Maka (guitare)
- Strickland « Washington » Stone (basse)
- Deleon « Jubba » White (batterie)
- Dean Fraser (saxophone)
- Guillaume Briard (saxophone)
- Didier Bolay (trompette)


1. Allez Les Filles (avec K-queens)
2. Un Monde Fabuleux
3. Petite Luminosité (avec Blackman)
4. Miss Pillow (avec Joe Lickshot)
5. Rhum Papa Eh
6. En Cas D'accident
7. Illi Illi
8. Situation Difficile
9. Nature Humaine
10. J'embrasse Mes Dents
11. La Mer Et Les étoiles
12. Ti Lanmou Mwen (avec Blackman)
13. P'tite Nana
14. Fati Fati
15. Salute (avec Al Pancho & Bog)
16. Peine De Mort



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod