Recherche avancée       Liste groupes



      
SUDISTE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Allman Brothers Band , The Marshall Tucker Band , Doc Holliday

The OUTLAWS - Soldiers Of Fortune (1986)
Par ERWIN le 14 Juin 2022          Consultée 137 fois

Une fois la période dorée passée – fin des seventies début des eighties -, les groupes de sudiste essayent de survivre, nombreux sont ceux qui choisissent la voie de l’AOR, rock mainstream voisin mais finalement éloigné de leurs considérations blues rock premières. Les OUTLAWS n’échappent point à la règle comme nous l’a démontré leur précédent album, certes pas destiné à devenir un frisbee mais dont l’identité n’est plus celle d’antan. Pourtant, nous assistons aujourd’hui au retour de l’enfant prodigue Henry Paul, parti près d’une décennie plus tôt pour des cieux plus country. Ce retour au bercail va redonner une certain lustre à nos renégats, qui ont viré puis perdu Billy Jones et Freddie Salem. Seul le batteur David Dix demeure de la précédente mouture du groupe, en plus de l’indéboulonnable Hughie Thomasson.

On ne le trouve que sur une poignée de titres co-composés pour la plupart avec Henry, omniprésent sur cet opus : "Soldiers Of Fortune" a les mêmes défauts que les chansons de BLACKFOOT à la même époque, un manque de coui***s certain ce qui pour un groupe sudiste est une véritable catastrophe. Des « ouh ouh » pop sans relief, des refrains presque indigents. S’ensuit "The Night Cries" sur un ton très pop mais avec au moins quelques consonances southern et un ensemble acoustique sympa. "Whatcha Don’t Do" est plus rock, plus entraînante aussi mais ne casse aucune brique. On retrouve une dernière fois Freddie sur les crédits de "Racin’ For The Red Light" et cette fois enfin, le courant passe à merveille, on retrouve le talent des OUTLAWS pour créer des chevauchées hymnes à la gloire du sudiste, le morceau de l’album.

Un troisième guitariste est venu reformer la guitar army, il s’agit de Steve Grisham, qu’on retrouve à la compo en compagnie de Henry Paul sur deux titres : "Lady Luck" est un AOR classique, avec quelques inflexions bluesy, mais des choeurs très poppy, plutôt sympa. On revient vers un esprit plus sudiste sur "Cold Harbour", mais quoi de plus logique puisqu’il s’agit d’un épisode de l’histoire confédérée, avec dixie à l’honneur, assez réussi. L’apport de ce nouveau six cordiste se révèle donc judicieux.

Le producteur Randy Bishop est à la composition presque partout… évidemment, si "Saved By The Bell" est l’exemple de la musique qu’il aime à composer, on comprend mieux pourquoi les OUTLAWS sont passés de l’autre coté de la barrière. La musique n’est pas désagréable, mais la surprise est de taille quand on constate l’évolution. L’autre producteur Steve Proffer est à la baguette sur la très rock "Just The Way I Like It" et pas de doute, cela sonne tout de même plus méchant, c’est le minimum pour un groupe de cette envergure.

"The Outlaw", presque un éponyme, le Hammond sonne bien, les rythmiques sont cinglantes et l’ensemble, sans la voix de Hughie, sonne aussi éloigné que possible du combo, on est plus dans le giron de MOLLY HATCHETT ou de 38 SPECIAL. Toujours est-il que nous sommes heureux du résultat, fort convenable. En revanche, si "One Last Ride" se voit honorée d’une petite vidéo, le flop est retentissant. Le titre n’a rien de bien phénoménal, Hughie n’y est guère convaincant, c’est un mid slow de piètre valeur, sans passion, certes le solo a belle allure, rien d’étonnant, mais cette compo ne fait pas honneur à la discographie des OUTLAWS. On oublie bien vite !

Nous voici réduit à une fort minablette 160eme place au Billboard pour cette livraison. Les OUTLAWS ne déméritent pourtant pas, si on excepte cette abominable tentative de truster les tops avec leur single vraiment indigent. Il semble que le retour d’Henry Paul et l’adjonction de Steve Grisham ont donné au groupe suffisamment de peps pour continuer de survivre malgré un environnement plus difficile que jamais.
J’avoue ma surprise, je ne me souvenais pas que cet album contenait plusieurs titres de qualité. Une fois de plus, nous atteignons de justesse les trois étoiles.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
Tomcattin (1980)
Un tomahawk dans la tronche, un !




Calvin RUSSELL
Contrabendo (2011)
Live but dead


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Hughie Thomasson (chant-guitare)
- Henry Paul (chant-guitare)
- Steve Grisham (chant-guitare)
- Chuck Glass (claviers-basse)
- David Dix (batterie)


1. One Last Ride
2. Soldiers Of Fortune
3. The Night Cries
4. The Outlaw
5. Cold Harbor
6. Whatcha Don’t Do
7. Just The Way I Like It
8. Saved By The Bell
9. Lady Luck
10. Racin’ For The Red Light



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod