Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2011 Anar
2014 Muna
2022 Lila

SINGLES

2014 This Right Here
2020 Quintessence
Among The Living
2021 Mother

ALBUMS LIVE

2012 Live From San Francisco
 

- Style : Once
- Style + Membre : The Swell Season , Emiliana Torrini

Marketa IRGLOVA - Lila (2022)
Par GEGERS le 10 Septembre 2022          Consultée 312 fois

L’Islande a redonné de la voix à Marketa IRGLOVA. Alors que la chanteuse ne nous laissait écouter depuis 2014 qu’un silence assourdissant, la création avec son compagnon des Masterkey Studios à Seltjarnarnes, à proximité directe de la capitale Reykjavik, a donné envie à l’artiste de créer de nouveau. Trois singles, aux allures de morceaux de bravoure, ont vu le jour en 2020 et 2021, auxquels succède Lila, troisième album studio de celle qui s’est longtemps tenue dans l’ombre du charismatique Glen Hansard avant de voler, avec une majesté impressionnante, de ses propres ailes.

Lila clôture un triptyque de sublimes albums dont la beauté n’a d’égale que la noblesse, tant dans l’intention créatrice que dans l’exécution artistique, vocale et instrumentale. Le terme folk serait réducteur, tant Lila, comme ses prédécesseurs, voit bien au-delà des clivages et des catégorisations. Un piano transforme la tristesse en espoir. Un violon se fait baroque ou mélancolique. Une guitare révolutionnaire ou tendre. Et puis, plus encore que ses prédécesseurs, ce nouvel album se voit agrémenté d’arrangements successivement timides puis audacieux, qui apportent une consistance, une vie, une chaleur éthérée à ces morceaux qui s’en retrouvent grandis, transfigurés. La tendre ballade "Remember Me", qui frappe par une inaugurale sobriété mélodique, se voit ainsi portée par la remarquable opposition entre le chant, tout en retenue, de Marketa IRGLOVA, et la montée en intensité des arrangements orchestraux qui donnent du corps à ce titre qui aurait pu être anodin, et se révèle magistral.

De longues années ont passé depuis la sortie de Muna, mais la chanteuse n’a pas changé. Sa voix est la même. Lorsque Marketa chante, l’auditeur a l’impression d’être comme aspiré, tiré vers le haut. D’être incité à grandir, se transformer, à devenir meilleur afin de mériter autant de beauté. Un peu comme si le monde était né de cette voix enivrante. L’album nous emmène et nous transporte, quelque part entre la douleur et la résilience, entre l’isolement et la connexion. Il y a ici des zones sombres desquelles rejaillit la lumière. Lila pourrait, de prime abord, sembler être l’album le plus audacieux de la chanteuse, qui tire son inspiration du folk autant que de la musique classique et new-age. Mais, et c’est une nouveauté, le piano et la guitare, instruments-clés, laissent parfois à d’autres le luxe de porter les morceaux. C’est le cas de ce violon celtique qui permet à "High & Dry" de bénéficier de savoureuses ambiances celtiques, irlandaises, des sonorités inédites dans le répertoire de l’artiste. Sur "Girl From a Movie, qui évoque la recherche hypocrite de la perfection cathodique, ce sont les chœurs qui prennent le pas sur le reste, deviennent le centre d’attention et le point névralgique du morceau, sans pour autant éclipser le reste. Un joli tour de force. Ces arrangements en nombre, qui peuvent amoindrir le côté intimiste, que l’on appréciait, des précédents albums, sont néanmoins toujours dosés avec justesse, sans surenchère.

L’amour, sous toutes ses formes, constitue l’ossature des textes : l’amour vulnérable, l’amour fantasmé, l’amour filial, l’amour sensuel, l’amour de jeunesse, l’amour passé, le véritable amour, l’amour à sens unique, l’amour éternel. Tout est histoire d’amour sur cet album qui se fait mordant autant que sucré, qui génère chez l’auditeur un sentiment de paix avec lui-même, d’apaisement malgré les regrets d’où naît l’espoir. Une naïveté séduisante se dégage de "The Season", aux sympathiques sonorités baroques, qui peine néanmoins à se hisser au niveau des intensités franches des précédents albums de la chanteuse.

L’effet de surprise n’est pas aussi présent que sur les indispensables Anar et Muna, et Lila souffre, par son manque de nouveauté, de la comparaison avec ses deux glorieux prédécesseurs, là où les singles de 2020 et 2021 frappaient par leur audace. Les sonorités inédites, de même que le talent brut de Marketa IRGLOVA suffisent néanmoins à faire de cet album un grand moment bariolé et audacieux, à la saveur inédite sur la scène musicale contemporaine. Une carrière qui se poursuit avec brio pour la talentueuse artiste multi-facettes.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Tim VANTOL
Basement Sessions (2014)
Minimalisme folk qui dépote




Dougie MACLEAN
Singing Land (1985)
Le folk à nu


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Marketa Irglova (chant, piano, bodhran, basse, flûte)
- Marja Gaynor (violon)
- Manuel Barreto (batterie, percussions)
- Peter Moc (guitare)


1. Love Stayed With Me
2. Girl From A Movie
3. High & Dry
4. The Way
5. My Roots Go Deep
6. Remember Me
7. Alchemy Of Love
8. The Season
9. Know Yourself



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod