Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Joni Mitchell , Joan Baez , Bob Dylan
- Style + Membre : Neil Young , Emmylou Harris

Tracy CHAPMAN - Our Bright Future (2008)
Par DERWIJES le 8 Février 2023          Consultée 746 fois

Our Bright Future sorti en 2008 est le huitième album de Tracy CHAPMAN. Trois années le séparent de Where You Live, autant que celles séparant déjà ce dernier de Let It Rain. Pourtant, nous avons l'impression de découvrir une nouvelle Tracy devant nous, qui ne regarde toujours pas la caméra sur la couverture. Après les très sombres Let It Rain et Where You Live, Our Bright Future sonne comme le soleil émergeant après la pluie, éclairant et réconfortant.

Pourquoi ? Peut-être parce que 2008 est une année spéciale pour elle. C'est en effet l'anniversaire des 20 ans de son premier album, de ses 20 ans en tant que musicienne professionnelle. Elle a bien évolué depuis et ce disque étant le dernier qu'elle a sorti (pour l'instant, croisons les doigts!) il sonne comme un épilogue, un au-revoir et merci pour le poisson adressé à son public fidèle qui l'a soutenue une fois que ceux s'imaginant qu'elle n'est qu'une one-hit wonder ayant passé leurs chemins. Elle le dit clairement d'ailleurs dès l'ouverture dans "Sing For You" : Simple tune you can hum along too / I remember there was a time / I used to sing for you. Qu'elle chante, et nous l'écouterons !

Le chargé de production est cette fois Larry Klein, le mari de Joni MITCHELL, qui tient aussi la basse. Je maintiens que John Parish a apporté à Tracy CHAPMAN la meilleure production de sa carrière sur Let It Rain, mais le travail de Larry Klein est loin d'être mauvais. Il parvient à mettre en valeur la douceur des morceaux, laissant l'album s'écouler dans un cocon douillet renforcé par l'influence Americana lorgnant plus la country choisie. Our Bright Future parle, comme le titre l'indique, de l'espoir pour l'avenir. N'oublions pas que 2008 est aussi (et surtout) l'année de l'élection de Barack OBAMA à la Maison Blanche. Mais avec un sens de l'ironie piquant, la chanson-titre n'évoquant pas cet espoir critique de manière acerbe les va-t-en-guerre de l'administration BUSH qui sacrifie les classes sociales les plus pauvres pour s'enrichir sur elles. Mais plutôt que de laisser ces considérations noircir sa musique, elle choisit de laisser la lumière y entrer. En témoigne "I Did It All" où, adoptant le style cabaret, elle cabotine sur un refrain qui rappelle le Frank SINATRA de "My Way". Ou "Conditional" et "A Theory" où elle dévoile un côté badin qu'on ne lui connaissait pas, mais lui sied fort bien. Même les ballades plus légères "For a Dream", "Something To See" et autres "First Person On Earth" se digèrent d'une traite avec plaisir. Pour le coup, à l'exception du single "Sing For You", il n'y a pas de morceau particulièrement plus fort que les autres, l'ensemble étant plus unitaire que jamais.

Citons quand même "Thinking of You" et "The First Person On Earth", sans oublier la conclusive "Spring", douce comme du coton, qui finit sur la promesse qu'après l’apprêté de l'hiver viendra le renouveau du printemps, de quoi laisser quelques larmes à nos yeux si cela devait être son dernier morceau...
Dès la sortie de l'album, Tracy CHAPMAN s'est lancée dans une tournée, passant notamment en Europe, optant pour de petites salles, choix qu'elle justifie comme lui permettant d'être plus proche de son public en pouvant enchaîner les morceaux à la demande. Il s'est pourtant légèrement moins bien vendu que Where You Live et Let It Rain, ne finissant 'que' disque de platine en France (quoiqu'il est monté à la 5ème place des albums les plus vendus) et disque d'or en Suisse (9ème place du Hitparade helvète), faisant des coqs et des marmottes* les fans les plus fidèles de la chanteuse.

Une fois la tournée finie, Tracy CHAPMAN a complètement disparu des radars, partant vivre sa vie tranquillement loin des projecteurs. Elle est apparue rapidement en 2014 au Festival de Sundance et en 2015 dans le Jay Leno Show, jusqu'à ce que son nom apparaisse dans les tabloïds en 2018. Elle avait refusé plusieurs fois de donner l'autorisation à Nicky MINAJ de sampler "Baby Can I Hold You", mais la rappeuse est passée outre pour l'incorporer à "Sorry", un morceau qui, si j'étais médisant, porte bien son nom car elle a intérêt à être désolée de pondre une mer pareille en pompant un super morceau, une affaire qui a fini devant les tribunaux où Tracy a eu le dernier mot en 2021 seulement quand Minaj a accepté de lui verser 450,000$ (de la monnaie de poche pour elle). "Baby Can I Hold You" que l'on a aussi retrouvé au générique du film House of Gucci de Ridley SCOTT, dans sa version chantée en duo avec PAVAROTTI. Un drôle de mélange qui ne m'a jamais séduit, les deux chanteurs ne se mélangeant pas très bien, entre le côté très intime, presque murmuré, de CHAPMAN et le lyrisme de PAVAROTTI. Enfin, elle a fait une apparition rare mais remarquée à la veille de l'élection présidentielle de 2020 pour chanter "Talkin' About a Revolution" dans le Seth Meyers Show pour inciter les gens à voter, dévoilant au passage qu'elle vieillit avec une grâce insolente, deux dreads gris comme seul indice des années écoulées depuis.

35 ans après, que reste t-il de Tracy CHAPMAN ? Un premier album immense, monumental, comme l'arbre qui cache la forêt, mais des fans fidèles qui sont toujours revenus à chacune de ses sorties et qui n'en ont jamais été déçus. Il reste une voix formidable, sûrement une des plus belles de l'histoire de la musique, et un talent de musicienne touche-à-tout qui aime s'entourer de comparses et de producteurs qui la comprennent et savent l'habiller. Il reste surtout une artiste exemplaire, qui ne s'est jamais compromise, ne s'est jamais forcée, a toujours fait les choses comme elle l'entendait et à son rythme. Il n'y a dans sa discographie aucun album, aucun morceau à jeter car ils sont tous intègres.
Il reste l'envie de lui dire un grand, immense, merci pour avoir montré qu'on peut avoir du succès et rester fidèle à ses valeurs, une artiste engagée sans être moralisatrice ni hypocrite et qu'il n'y a pas de honte à arrêter sa carrière si l'envie n'y est plus.
Puisque l'espoir fait vivre, espérons que nous aurons bientôt l'occasion de voir son nom parmi les prochaines sorties.

*Une recherche rapide ne m'a pas plus éclairé sur l'animal mascotte de la Suisse, la marmotte y partageant le haut du pavé avec la vache, le Saint-Bernard et le bouquetin.

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Joan BAEZ
Any Day Now (1968)
DYLAN par BAEZ.




Leonard COHEN
Thanks For The Dance (2019)
Dernière valse


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Tracy Chapman (guitare folk, guitare électrique, chant)
- Larry Goldings, Michael Webster, Rob Bur (claviers)
- Jared Faw (piano)
- Steve Gadd (batterie)
- Joe Gore (guitare acoustique et électrique, claviers)
- Larry Klein (basse, orgue)
- Dean Parks (guitare, clarinette, mandoline, pedal steel guitar)
- Joey Waronker (batterie, percussions)
- Rock Deadrick (chœurs)
- Carla Kihlstedt (violon, vielle à roue)


1. Sing For You
2. I Did It All
3. Save Us All
4. Our Bright Future
5. For A Dream
6. Thinking Of You
7. A Theory
8. Conditional
9. Something To See
10. The First Person On Earth
11. Spring



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod