Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Joni Mitchell , Joan Baez , Bob Dylan
- Style + Membre : Neil Young , Emmylou Harris

Tracy CHAPMAN - Crossroads (1989)
Par DERWIJES le 6 Février 2022          Consultée 301 fois

Du jour au lendemain, Tracy CHAPMAN s'est retrouvée sur le toit du monde. Le 11 Juin 1988, pour être précis, lors du Nelson Mandela 70th Birthday Tribute. Un gros concert télévisé au Wembley Stadium de Londres avec plein de têtes d'affiches (on prend une grande inspiration) : STING, Stevie WONDER, Peter GABRIEL, George MICHAEL, Joe COCKER, Whitney HOUSTON, EURYTHMICS, Al GREEN, DIRE STRAITS, Bryan ADAMS, SIMPLE MINDS... Et encore, c'est sans compter les comédiens et artistes venus dire un speech ou faire un sketch. Pourtant, la véritable star du show a été cette jeune américaine timide sortie de son Ohio. Elle passe une première fois sur scène, coincée en sandwich entre un sketch de FRY AND LAURIE et l'apparition de Phil COLLINS. Elle joue "Behind the Wall", "Why ?" et "Talkin' 'bout a Revolution" et reçoit un bon retour du public. Plus tard dans la journée, il est prévu que Stevie WONDER succède aux UB40. Son groupe est là, son équipement aussi, mais à la dernière minute il refuse de monter sur scène et retourne en pleurs dans les coulisses lorsqu'il s'aperçoit que le disque dur de son synclavier, qui contient la musique synthétisée pour son apparition, est manquant. Vite vite, il faut le remplacer ! Tracy CHAPMAN se propose et la voilà de nouveau face à une audience de 600 millions de personnes (!) pour qui elle va chanter "Fast Car" et "Across the Lines". La légende veut qu'avant son apparition son premier album s'était vendu à environ 2 500 000 exemplaires : deux semaines après il s'en est écoulé le double.

Face à un tel succès, Elektra Records voit la possibilité d'en faire sa nouvelle poule aux œufs d'or et s'empresse de la ramener en studio. Les sessions d'enregistrement avancent vite et le second album sort le 3 Octobre 1989. Cette fois-ci, elle s'est occupée de la production elle-même, au revoir David KERSHENBAUM. La pochette la montre assise, l'air un peu hagard. Le titre "Croisée des chemins" annonce ce qui la tourmente : elle est devenue célèbre, mais maintenant ? La poursuite de la célébrité n'a jamais été son but et, tout d'un coup, elle se retrouve coincée entre ceux qui l'accusent de n'être qu'une énième chanteuse à texte politiquement correct et ceux qui voudraient faire d'elle la porte-parole des Afro-Américains. Le deuxième album n'est jamais facile à faire, encore moins quand le premier a connu un tel succès. Et de fait, Crossroads est plus sombre, plus désespéré que l'éponyme. Il finira certes disque de platine mais il se vendra et sera reçu moins bien que son prédécesseur. Un seul single en sortira, la chanson éponyme.

Rien que la liste des musiciens ayant participé à ce disque est longue comme le bras : Paulinho DA COSTA aux percussions mais aussi quelques guest-stars comme Snooky YOUNG à la trompette sur "Born to Fight" et Neil YOUNG à la guitare et au piano sur "All That You Have Is Your Soul". Thématiquement, les textes restent dans la même veine, "Freedom Now" est dédiée à Nelson Mandela et "Subcity" parle des oubliés du Rêve Américain, son sujet de prédilection. Comme ça arrive à beaucoup d'artistes, elle cherche à en faire plus plus plus et finit par se diluer dans le grand bouillon de ses ambitions. Si elle a fait un bon travail de production, elle n'arrive pas au niveau d'excellence atteint par Kershenbaum et déssert ses chansons avec des orchestrations trop recherchées, là où tout le charme de son premier album tenait dans les mélodies simples et épurées qu'elle proposait. A l'exception de "This Time" et "Be Careful Of My Heart", qui semblent sorties des sessions du premier album, il faut plusieurs écoutes pour bien cerner ses nouveaux morceaux.

Le résultat final est quand même réussi. On y trouve de très bons moments ("Crossroads" et "Freedom Now"), de bons moments ("Bridges", "All That You Have Is Your Soul", "Be Careful of My Heart" et "This Time") mais l'ensemble n'est pas facile à digérer. Ce n'est pas un album vers lequel on revient souvent et facilement. Tracy CHAPMAN ne réussit pas tout ce qu'elle veut entreprendre mais au moins elle tente de nouvelles choses plutôt que du réchauffage.

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Joan BAEZ
Joan Baez (1960)
Au commencement




Joan BAEZ
Whistle Down The Wind (2018)
Au revoir ?


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Tracy Chapman (chant, guitare acoustique, guitare électrique, har)
- Neil Young (guitare acoustique et piano)
- Denny Fongheiser (batterie)
- Russ Kunkel (batterie)
- Larry Klein (basse)
- Tim Landers (contrebasse)
- G.e. Smith (guitare acoustique et électrique, mandoline)
- Danny Kortchmar (guitare électrique)
- Bobbye Hall (percussions, congas)
- Paulinho Da Costa (tambourin)
- Marc Cohn (piano)
- Jack Holder (piano, banjo, guitare acoustique, orgue)
- Bob Marlette (claviers)
- William Smith (orgue)
- Steve Lindley (piano électrique)
- John X Volaitis (piano)
- Snooky Young (trompette)
- Frank Marocco (accordéon)
- Charlie Bisharat (violon, violon électrique)
- Scarlet Rivera (violon)
- Jim Lacefield (violoncelle)
- Carolyn Dennis, Elisecia Wright, Peggy B (chœurs)


1. Crossroads
2. Bridges
3. Freedom Now
4. Material World
5. Be Careful Of My Heart
6. Subcity
7. Born To Fight
8. A Hundred Years
9. This Time
10. All That You Have Is Your Soul



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod