Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Joni Mitchell , Joan Baez , Bob Dylan
- Style + Membre : Neil Young , Emmylou Harris

Tracy CHAPMAN - Tracy Chapman (1988)
Par DERWIJES le 2 Février 2022          Consultée 801 fois

En 2013 le Rolling Stones Magazine proposait une liste des 100 meilleurs premiers albums. On y trouve en vrac MADONNA, les WHO, Liz PHAIR, RAGE AGAINST THE MACHINE. En dépit de la variété des choix, il y a toujours quelque chose à redire sur ce genre de listes. Ici en l'occurrence, et en toute objectivité, il est bien difficile de la prendre au sérieux quand on remarque une absence : où est le premier album de Tracy CHAPMAN, nom de dl'à ?!
C'est pourtant un cas de figure : celui de l'artiste qui a atteint le summum de sa carrière dès son premier effort et dont le reste de la discographie (au demeurant fort intéressante comme nous le verrons dans les chroniques à venir) est passé sous silence.

C'est à Cleveland dans l'Ohio que naît Tracy CHAPMAN, le 30 Mars 1964. Elle partage son anniversaire avec Eric CLAPTON, Céline DION, Norah JONES et Warren BEATY, eux aussi nés un 30 Mars. Ses parents divorcent quand elle a 4 ans et elle part vivre avec sa mère qui l'élève seule. Grandissant dans l'Ohio, un état pas franchement réputé pour être le plus ouvert d'esprit du pays, elle est victime du racisme ambiant et trouve refuge dans la musique, pratiquant d'abord le ukulélé puis la guitare à huit ans. Élevée dans la foi baptiste, elle profite du programme A Better Chance qui vise à aider les Afro-Américains à accéder aux études supérieures et part étudier à la Tufts University au Massachusetts, dont elle sortira avec un diplôme en anthropologie et en africanisme.
En parallèle, elle commence sa carrière musicale en jouant sur les scènes locales et notamment en première partie de la musicienne Linda TILLERY, pionnière de la Women's Music, une musique composée par des femmes, pour des femmes, sur des femmes. Un concert auquel assiste Brian KOPPELMAN, fils de Charles KOPPELMAN, à la tête de SBK Publishing (filiale de Universal Music Group). Celui-ci sentant le potentiel de la jeune femme l'aide à diffuser son premier single "Talkin' 'bout a Revolution" sur les radios locales jusqu'à ce qu'elle parvienne à attirer l'attention d'Elektra Records, avec un contrat à la clé.
Malgré tout, l'affaire n'est toujours pas dans le sac car rares sont les producteurs qui acceptent de s'occuper de cette jeune folkeuse alors que le genre ne se vend plus depuis longtemps. C'est finalement David KERSHENBAUM qui accepte de s'y coller, son premier job pour Elektra Records. Le choix peut être surprenant quand on voit que ses principaux crédits (*) comprennent Laura BRANIGAN, DURAN DURAN ou Kenny LOGGINS, mais le tout premier album qu'il a produit n'était autre que le Diamonds and Rust de la Reine de la Folk Joan BAEZ.
Il faut huit semaines pour enregistrer l'album dans le studio hollywoodien de Powertrax, le temps de reprendre les démos déjà enregistrées par Tracy CHAPMAN et d'y ajouter les instruments supplémentaires. Dès le départ, Kershenbaum est optimiste, annonçant que les auditeurs pour sa musique sont présents et attendent depuis longtemps une artiste comme elle : impossible de ne pas lui donner raison lorsque sort l'album le 05 Avril 1988 et qu'il emporte tous les éloges, trois Grammy Awards et une floppée de disques d'or, d'argent en se classant parmi les disques les plus vendus de l'année et est l'un des premiers albums composés et joués par une femme à se vendre aussi bien.

C'est un album sorti pile au bon moment : s'il s'inspire beaucoup des singer-songwriters des années 70, et va d'ailleurs être le fer de lance du renouveau du genre qui se produira pendant les années 90, c'est surtout une œuvre post-Ronald REAGAN qui fait le bilan de huit années d'excès en tout genre avec une musique sobre et dépouillée de tout artifice inutile. Pour certains critiques, elle annonce aussi le PC (political correctness) des années BUSH Père à venir.
Le disque s'ouvre sur le premier single "Talkin' 'bout a Revolution" avec lequel nous faisons connaissance avec Tracy CHAPMAN : quelques arpèges optimistes puis une voix chaleureuse, très soul, vient susurrer que tout le monde parle d'une révolution, bientôt soulignée par quelques percussions, une basse et un orgue viennent se placer discrètement en arrière-plan. C'est simple, efficace à chaque fois et c'est devenu son morceau-signature.
Et pourtant, ce n'est pas encore le meilleur : cette distinction vient plutôt au morceau suivant, second single, "Fast Cars", probablement aussi son magnum opus. La petite mélodie à la guitare, la basse qui vient soulever le refrain, le texte déchirant sur l'envie -et l'impossibilité- d'échapper à son milieu natal misérable. Oui, si l'on ne devait se souvenir de Tracy CHAPMAN que pour un seul morceau, il faudrait que ce soit celui-ci. "Across the Lines" est du même acabit, mais le morceau moins subtil, nettement plus déprimant. Sa performance sur "Fast Car" est plus subtile, transmettant un sentiment d'espoir et de bonheur et en même temps un désespoir affligeant.
En parlant de désespoir, "Behind the Wall" en est rempli. La narratrice entend tous les soirs sa voisine être battue par son mari sans que la police n'intervienne, enfin, jusqu'à ce qu'il soit trop tard et qu'ils se retrouvent à garder la foule curieuse loin de l'ambulance qui va emmener la housse mortuaire. La chanson est jouée uniquement a capella mais est absolument déchirante, et comment pourrait-il en être autrement lorsque ce qu'elle chante est toujours aussi vrai aux Etats-Unis aussi bien qu'en France bientôt trente-cinq ans plus tard ? A croire que "Talkin' 'bout a Revolution" était aussi joyeux pour mieux nous piéger avec trois morceaux bien déprimants derrière !
Heureusement, un peu d'optimisme revient à partir de "Baby Can I Hold You", jolie chanson romantique suivie du petit reggae "Mountains O'Things". Les choses se durcissent sur le résolument féministe "She's Got A Ticket" et le verbeux "Why ?" avec l'utilisation d'une guitare électrique et d'une batterie plus rock. "If Not Now" continue "Why ?" où, après la question 'pourquoi ?', elle demande quand viendra le changement, si ce n'est aujourd'hui avant qu'il ne soit trop tard? (tiens, encore un thème d'actualité aujourd'hui).
Enfin, il y a deux morceaux dédiés à l'autre, à l'aimé, "For You" qui conclut l'album sur une note très romantique, et "For My Lover" au refrain absolument imparable.

Mais, si le vrai gagnant de l'histoire était David Kershenbaum ? Certes, la performance de Tracy est parfaite de bout en bout et celle des musiciens (dont Paulinho DA COSTA, percussionniste brésilien qui ne tardera pas à devenir un contributeur régulier) est tout aussi bonne, mais la qualité de la production est juste excellente. Le son est d'une clarté limpide et ça change tout : "Fast Car" et "Across the Lines" n'auraient pas la même puissance s'ils ne pouvaient compter sur la section rythmique pour les soulever quand il le faut. Hourrah pour lui, surtout après que Tracy CHAPMAN a révélé lors d'une interview plus récente qu'au départ un autre producteur s'était proposé, mais qu'il est malheureusement décédé après un accident de voiture quelques jours après à peine.
C'est quand même plutôt bien de réussir à faire autant en 36 minutes de musique, surtout quand c'est la première fois.

*: https://www.davidkershenbaum.com/the-music/?cat=production&set=2

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Tracy CHAPMAN
Telling Stories (2000)
Le véritable retour en force




Joan BAEZ
Blessed Are... (1971)
Dernier pour Vanguard, premier d'une superbe série


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Tracy Chapman (chant, guitares acoustiques et électriques, percus)
- Denny Fongheiser (batterie, percussions)
- Larry Klein (basse)
- Jack Holder (guitare électrique, orgue hammond, dulcimer, sitar)
- Ed Black (steel guitare)
- Bob Marlette (claviers)
- David Laflamme (violon électrique)
- Steve Kaplan (claviers, harmonica)
- Paulinho Da Costa (percussions)


1. Talkin' 'bout A Revolution
2. Fast Car
3. Across The Lines
4. Behind The Wall
5. Baby Can I Hold You
6. Mountains O' Things
7. She's Got Her Ticket
8. Why?
9. For My Lover
10. If Not Now...
11. For You



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod