Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF - POP  |  LIVE

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jellyfish, The Lickerish Quartet
- Membre : Alan Simon
- Style + Membre : Roger Hodgson
 

 Site Officiel (3439)
 Supertramp Soapbox Asylum (2617)

SUPERTRAMP - Paris (1980)
Par ELK le 11 Juin 2023          Consultée 967 fois

Album de légende et album rare que ce Paris de nos clochards préférés. Légendaire, car enregistré au firmament artistique et commercial du groupe qui, fort de l’immense succès de son dernier opus Breakfast In America, se lance dans une spectaculaire tournée dont le point d’orgue parisien est merveilleusement capturé dans ce double album (avec une pochette qui fait évidemment vibrer nos petits cœurs patriotes). La remastérisation de 2012, et la mise à disposition de la version filmée du concert n’a fait que rajouter à l’éclat de cette soirée et de cette offrande. Mais c’est également un témoignage rare, car cette période de grâce est la dernière pour un groupe qui ne cessera alors de se déliter jusqu’à l’inéluctable split entre Roger Hodgson et le reste de la bande après un dernier album studio en deçà des sommets artistiques atteints précédemment par le groupe.

Donc SUPERTRAMP déboule au Pavillon de Paris ce 29 novembre 1979, devant une salle totalement acquise à sa cause. Dès les premiers accords d’harmonica du fabuleux "School", on comprend que c’est la musique qui sera à l’honneur : le groupe n’est pas venu pour se pavaner en égrenant ses tubes les plus récents, mais pour faire vivre au public une expérience visuelle et sonore totale. Et c’est l’album Crime Of The Century qui sera à l’honneur puisque joué en quasi-intégralité, ce qui me comble tant je voue une passion illimitée à cet opus, indéniablement le plus progressif des Anglais. Les arpèges de guitare et la voix aérienne de Roger lancent parfaitement le show, avant que le solo légendaire de Rick Davis et sa voix plus agressive viennent mettre le morceau sur orbite. On réalise alors combien l’association de ces deux génies a pu être féconde, la suite de leurs aventures loin l’un de l’autre ne fera que le ponctuer. Passé ce premier temps fort, SUPERTRAMP ne lâche plus sa proie, interprétant brillamment ses morceaux les plus accomplis.

Parmi les multiples temps forts, retenons encore "Hide In Your Shell" toujours aussi émouvant et brillant, "Rudy" qui nous fait planer et voyager, "A Soapbox Opera" et sa sublime mélodie, "Crime Of The Century" qui nous guide vers les étoiles et vient génialement mettre un terme au show, et l’immense "Fool’s Ouverture", peut-être le point d’orgue du concert qui fait défiler le 20ème siècle entre nos oreilles. L’interprétation est parfaite, avec cette touche humaine supplémentaire apportée par un public intelligemment enregistré, et par les interventions pleines d’humour british de John Helliwell (Ah, cette tirade sur le petit déjeuner parisien !). Le reste du groupe assure remarquablement, et la prise de son apporte bien la dynamique et la profondeur qui mettent superbement en valeur les compositions de nos deux phénomènes.

Pour les amateurs du versant plus pop des clochards, il ne manque (étonnamment) que "Good Bye Stranger" au carré magique de Breakfast In America, mais également un tube comme "Give A Little Bit" qui sera pourtant largement rabâché par Roger lors de ses performances en solo. En revanche "Dreamer" ou encore "Two Of Us" font parfaitement le job sur le versant plus sucré, la touche Jazzy étant parfaitement assurée par "From Now On", et le versant plus dur par "Bloody Well Right" et "Asylum". On trouve enfin quelques curiosités, comme le titre de Rick "You Started Laughin", un blues composé pour l’album Crisis What Crisis mais finalement non retenu à l’époque. A titre personnel, il ne manque à mon bonheur absolu sur l’album que l’incroyable "Another’s Man Woman" pourtant bien présent sur le Blu Ray, et peut-être un petit "Gone Hollywood" dont les accents Hard-Rock m’ont toujours agréablement chatouillé les esgourdes.

Trêve de bavardages, courrez réécouter cet album fantastique si vous voulez vous replonger dans la magie des 70’s, et surtout dans celle d’un groupe souvent imité et jamais égalé tant l’association de deux immenses talents fut toujours bien supérieure à l’addition de leurs compétences individuelles (ça rappelle d’autres groupes non ?).

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par ELK :


SUPERTRAMP
Crime Of The Century (1974)
Vers l'infini et au-delà




Steven WILSON
Get All You Deserve (2012)
Parce qu'il l'a bien mérité


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Rick Davies (chant, claviers)
- Roger Hodgson (chant, guitare, claviers)
- John Helliwell (instruments à vent, chœurs, speech)
- Dougie Thomson (basse)
- Bob Siebenbenberg (batterie, percussions)


1. School
2. Ain't Nobody But Me
3. The Logical Song
4. Bloody Well Right
5. Breakfast In America
6. You Started Laughin
7. Hide In Your Shell
8. From Now On
9. Dreamer
10. Rudy
11. A Soapbox Opera
12. Asylum
13. Take The Long Way Home
14. Fool's Overture
15. Two Of Us
16. Crime Of The Century



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod