Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mika, Billy Joel
- Membre : Angelo Branduardi
 

 The Illustrated Elton John Discography (1351)

Elton JOHN - Wonderful Crazy Night (2016)
Par MARCO STIVELL le 22 Février 2016          Consultée 2432 fois

Quand on dit qu'Elton JOHN sort un nouvel album, on peut entendre dire "Roh la la ! Y a un moment donné, faut arrêter...", "Marre de ces vieilles peaux qui s'accrochent à leur gloire perdue, place aux jeunes !". On l'a entendu aussi pour David GILMOUR en automne dernier, peut-être certains l'ont-ils dit pour David BOWIE (pas longtemps en tout cas...).

La distribution des disques, le favoritisme, c'est tout un problème, mais pourquoi devrait-on empêcher les anciens de continuer à produire ? À plus forte raison Sir Elton, et surtout quand c'est bon. Optimiste, moi ? Naïf ? Si c'est le cas, il ne faut pas le dire trop fort, on risquerait de contaminer les gens... Une petite cure quotidienne JT de 13h et 20h + chaîne d'info en continu + presse Internet + Grand Journal de Canal Pluche et on ne m'y reprendra plus, Caïus Bonus !

On pensait justement ne plus revoir l'ami Elton dans une telle forme. Pourtant, en apprenant que le nouvel album est joyeux, plein d'entrain, on a un peu peur. Ca ne dure pas, et puis on sait ce qu'Elton JOHN nous a réservé parfois en termes de "calmitude" (cela ne concerne pas le disque précédent, The Diving Board, fort intéressant). N'empêche que la pochette... euh, voilà.. Au moins elle fait sourire !

Rien qu'à écouter le single "In the Name of You", on se surprend à trouver ça beau et bien réalisé... Un rythme légèrement chaloupé, une mélodie assez évidente, « sérieuse », un refrain joliment taillé. Le "Nikita" des années 2010, même si là le thème semble plutôt porté sur la religion. Bon sang, se pourrait-il que ?!... Mais oui, oui ! Figurez-vous que le reste de l'album suit !

On sait que Bernie Taupin a écrit tous les textes, on ouvre le livret, on voit les noms de Nigel Olsson, Davey Johnstone et... Ray Cooper ? Raaah... On se croirait revenu aux années 70 ! Si Dee Murray avait vécu, sûr qu'il serait là lui aussi, et on a une pensée pour Gus Babylon, parti il y a sept ans. Enfin, là, toutes les clés sont en main pour faire un disque honorable au moins.

En entendant le deuxième single, "Blue Wonderful", on se dit que l'ami Elton n'a pas voulu délaisser les ballades, avec raison. De facture classique, avec une mélodie mille fois entendue, la chanson demeure sympathique. Baisse de régime sur "A Good Heart", rien de grave. Elton est heureux, mari/papa comblé et nous le fait savoir. Le plus beau, c'est qu'il le fait en fanfare !

Finie l'ambiance volontairement dépouillée de The Diving Board. Lorsqu'on entend "Looking Up", on pense tout de suite à l'énergie juvénile et pourtant si lointaine de "Hercules" (en 1972 !). La piste suivante, "Guilty Pleasure", a le culot de nous montrer à quoi ressemblerait "Crocodile Rock" s'il avait été un vrai bon morceau, sans refrain débile. Bon morceau, tout simplement...

On pourrait dire : "oui mais les années... la vieillesse...", nenni ma foi ! Magie du studio ou pas, Sir Elton avec sa voix grave donne le sentiment de ne rien envier à celui qu'il fut quelques décennies en arrière. On est en 2016, le chanteur se sent pousser des ailes ("I've Got 2 Wings"), il s'amuse, il expérimente (l'intro de "Claw Hammer"), il nous fait passer une nuit de folie folle !

Je m'enflamme, je m'enflamme... Franchement, comment bouder son plaisir dès le premier morceau, avec ce couple piano-orgue Hammond à l'avenant, ce rhythm'n'blues entêtant ? Les guitares de Davey Johnstone fusent et crachent ce qu'il faut (écouter également l'inédit "England and America" !), lui et Olsson donnent la réplique vocale à Elton... Le son est clair, limpide, il y a un peu de cordes et de cuivres, comme à la grande époque.

Matt Bissonette et le nouveau Kim Bullard apportent beaucoup aux escapades countrysantes, "The Open Chord", "In the Name of You"... "Tambourine", sa pedal-steel et la participation de Ray Cooper renvoient aux heures de Tumbleweed Connection, quand lesdits musiciens n'étaient même pas encore présents... Quelle classe monsieur Elton ! Rien de neuf à l'horizon, mais qui va s'en plaindre ? Juste du bon, et un beau pied-de-nez au temps qui passe.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


GWENNYN
Beo (2013)
Pop bretonne et new-age




Tony BANKS
The Fugitive (1983)
Pop


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Elton John (chant, piano)
- Davey Johnstone (guitares, choeurs)
- Matt Bissonette (basse, choeurs)
- Nigel Olsson (batterie, choeurs)
- Kim Bullard (claviers)
- John Mahon (percussions, choeurs)
- Ray Cooper (percussions)
- Ken Stacy (choeurs)
- Gabe Witcher (arrangements des cuivres)
- Jim Thomson, Joe Sublett (saxophone ténor)
- Tom Peterson (saxophone baryton)
- Allen Fogle, Dylan Hart (cor)
- John Grab, Nick Lane (trombone)
- William Roper (tuba)


1. Wonderful Crazy Night
2. In The Name Of You
3. Claw Hammer
4. Blue Wonderful
5. I've Got 2 Wings
6. A Good Heart
7. Looking Up
8. Guilty Pleasure
9. Tambourine
10. The Open Chord



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod