Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1983 Queensrÿche
1984 The Warning
1986 Rage For Order
1988 Operation Mindcrime
1990 Empire
1991 Operation Livecrime
1994 Promised Land
1997 Hear In The Now Front...
1999 Q2k
2001 Live Evolution
2003 Tribe
2004 The Art Of Live
2006 Operation Mindcrime 2
2009 American Soldier
2013 Queensrÿche
2015 Condition Hüman
2022 Digital Noise Allianc...
 

 Site Officiel (683)

QUEENSRΫCHE [QUEENSRYCHE] - Hear In The Now Frontier (1997)
Par ELK le 14 Octobre 2023          Consultée 310 fois

Promised Land était un album très différent des productions habituelles de QUEENSRYCHE, peut-être son plus authentiquement progressif et éloigné du Heavy Metal classieux qui fit sa réputation. Malgré ses qualités, le disque n’a néanmoins pas rencontré le succès prévu, loin des chiffres de vente de son prédécesseur Empire qui proposait une musique ambitieuse mais plus immédiate et mainstream.
Désireux de redresser la barre, le gang de Seattle choisit pour son nouvel opus de donner un sérieux coup de barre vers une musique beaucoup plus consensuelle et abordable : Hear In The Now Frontier se voit chargé de cette mission en proposant la bagatelle de 14 titres assez courts pour 57’ de musique. Chris Degarmo, qui incarne plutôt le versant mélodique du groupe, prend clairement le lead en signant ou en participant à l’écriture de la majorité des titres de l’opus (le plus souvent soutenu par Geoff Tate).

Ce virage s’accompagne malheureusement d’une baisse de l’exigence artistique de l’ensemble : la production déjà est correcte mais nettement moins léchée que celle des albums précédents. De même, les arrangements proposés sont beaucoup plus traditionnels et assez éloignés des standards élevés auxquels le groupe nous avait habitué. Les guitares notamment sont moins tranchantes et inspirées que de coutume, la section rythmique d’ordinaire si brillante semble souvent en mode pilotage automatique et, surtout, la voix de Tate est le plus souvent contenue dans un registre médium qui n’en exploite pas toute l’originalité et la puissance émotionnelle. La musique proposée est finalement assez basique, un heavy metal mélodique dont les aspérités et l’agressivité ont été consciencieusement élimées et qui manque globalement de dynamisme et surtout de surprises. La pochette par ailleurs nous éclaire peu : qu'est-ce que le groupe a voulu exprimer avec ces oreilles en bocaux perdues dans le désert, dans un ensemble qui évoque un peu le style de Salvator Dali ?

Attention cependant! L’album est loin d’être mauvais car le groupe conserve un savoir-faire indéniable pour aligner les titres accrocheurs, grâce notamment à un sens aigu du refrain qui fait mouche. En revanche, rien de réellement fort et inoubliable n’émerge de ce copieux ensemble, comme si tout était linéarisé. En fouillant bien, on peut citer "Get A Life" au riff sympa, appuyé par une talk box et une Wah-Wah à la gratte, avant le refrain peut-être le plus original du disque. "Some People Fly" est une ballade réussie avec une chouette intro à la guitare acoustique et une belle ligne de lead alors que la voix de Tate se fait plus marquante. Le refrain est joli et l’ensemble évoque un peu MARILLION, une des grandes influences du groupe. "Spool", dernier titre de l’opus, nous rappelle dans sa construction et ses sonorités la période bénie du groupe. C’est un morceau plus ambitieux et mieux arrangé que les autres. Allez, le premier titre de l’album sorti en single "Sign Of The Times" passe bien à la longue grâce à un refrain accrocheur. Malgré un couplet assez plat, "You" (le second single) a une intro pêchue et un refrain bien FM, limite pop mais assez chouette, alors que "Hero" est un titre en son clair disposant d’une mélodie sympa. On peut également signaler "The Voice Inside" au style plus FM, "Cukoo’s Nest" un peu du même acabit et "Saved" légèrement plus pêchue que les autres. Le reste est clairement anecdotique, mais aucun titre n’est réellement à jeter.

En choisissant une telle voie, QUEENSRYCHE a pris le risque de déconcerter encore un peu plus sa fan base d’origine qui avait déjà été pas mal chahutée par le disque précédent. Cette ligne stylistique assez erratique aurait pu être gommée par de gros chiffres de ventes, ce qui ne fut malheureusement pas le cas. L’album souffre clairement d’un manque général d’inspiration et de conviction, comme si les Américains avaient dû étouffer leurs aspirations profondes pour se conformer à des attentes mercantiles. C’est rarement un bon calcul, n’est pas DEF LEPPARD qui veut. Le disque hérite donc d’un 3, qui est plutôt une déception de la part d'un combo d’une telle classe, et marque malheureusement une nouvelle étape dans son inexorable déclassement.

A lire aussi en METAL par ELK :


QUEENSRΫCHE [QUEENSRYCHE]
Empire (1990)
Virage mainstream bien négocié




QUEENSRΫCHE [QUEENSRYCHE]
Promised Land (1994)
Inclassable et classe


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Geoff Tate (chant)
- Chris Degarmo (guitare)
- Michael Wilton (guitare)
- Eddie Jackson (basse)
- Scott Rockenfield (batterie)


1. Sign Of The Times
2. Cuckoo's Nest
3. Get A Life
4. The Voice Inside
5. Some People Fly
6. Saved
7. You
8. Hero
9. Miles Away
10. Reach
11. All I Want
12. Hit The Black
13. Anytime/anywhere
14. Spool



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod