Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1983 Queensrÿche
1984 The Warning
1986 Rage For Order
1988 Operation Mindcrime
1990 Empire
1991 Operation Livecrime
1994 Promised Land
1997 Hear In The Now Front...
1999 Q2k
2001 Live Evolution
2003 Tribe
2004 The Art Of Live
2006 Operation Mindcrime 2
2009 American Soldier
2013 Queensrÿche
2015 Condition Hüman
2022 Digital Noise Allianc...
 

 Site Officiel (765)

QUEENSRΫCHE - Operation Mindcrime 2 (2006)
Par ELK le 2 Juin 2024          Consultée 203 fois

En 2006, après trois albums plutôt médiocres marqués par un style très éloigné du Heavy Metal flamboyant des débuts du groupe, QUEENSRYCHE décide de revenir à la source de son principal succès, en proposant une suite au prodigieux Operation Mindcrime sorti 18 ans plus tôt. Chris Degarmo ayant cette fois définitivement quitté le groupe pour se consacrer à son nouveau métier de pilote d'avion, le guitariste Mike Stone vient épauler Michael Wilton pour constituer une nouvelle doublette supposée renouer avec les grandes heures du combo à grands coups de parties finement ciselées.

L'exercice consistant à donner une suite à un chef-d'œuvre est, on le sait, extrêmement périlleux, les fans s'attendant naturellement à retrouver sur la nouvelle œuvre le style et le niveau de qualité atteint par la précédente. QUEENSRYCHE choisit de reprendre l'histoire là où elle avait été laissée : on retrouve Nikki, le toxicomane manipulé par le Doctor X, qui sort de prison bien décidé à se venger de celui qui en avait fait sa marionnette, le poussant notamment à assassiner sa seule amie, la prostituée Sister Mary. Passons sur la pochette assez moche et peu engageante, pour nous intéresser à la musique.

Après une intro qui nous annonce la sortie de prison de Nikki, l'opus démarre avec un titre assez enlevé, "I'm American" qui nous offre une entrée en matière plutôt correcte malgré un riff un peu mou, mais porté par un rythme bien soutenu et par un refrain assez accrocheur. On constate avec plaisir le retour des parties de guitares harmonisées, d'un bon solo et d'un chant engagé pour un titre court et plutôt efficace. Rien de génial mais quelques promesses que la suite de l'album va vite doucher : "One Foot In Hell" démarre pas mal, mais devient vite monotone et assez mou ce qui sera malheureusement une constante tout au long de l'album. On reprend un peu espoir avec "Hostage", le meilleur titre de l'album de mon point de vue grâce à de belles mélodies, une ambiance réussie et une certaine ampleur. "The Hands" quoiqu'un peu inférieur est également pas mal grâce à sa belle intro aux sons clairs de guitare comme aux belles heures et à la présence assez réussie d'un orchestre de cordes.

Malheureusement, alors que rien de réellement transcendant n'est arrivé, on a déjà écouté le meilleur de l'opus, le reste sombrant peu à peu dans le médiocre, le balourd et le peu inspiré. "Speed Of Light" le mal nommé nous offre un riff à la "Kashmir" tellement mou que les premiers bâillements font leur apparition. Le son manque cruellement de mordant sur ce titre comme sur les suivants, alors que le travail sur les chœurs a plutôt tendance à engluer nombre de morceaux au lieu de les tirer vers le haut. Difficile dès lors de sortir quoi que ce soit du lot : le duo avec Ronnie James DIO qui joue le rôle du Docteur X sur "The Chase" tourne rapidement au flop faute de la moindre inspiration, de même que la ballade "If I Could Change It All" partagé avec Pamela Moore qui reprend son rôle de Sister Mary. Ce titre qui devrait être le sommet de l'album avec ses chœurs monastiques et son orchestration ambitieuse, souffre totalement de la comparaison avec le superbe "Suite Sister Mary 9" de l'opus de 1988. Allez, en cherchant bien, je trouve "Fear City Slide" pas trop mal, un peu plus recherché ambitieux et inspiré que le reste, mais le titre de fin "All The Promises" qui nous offre 5'11 bien pénibles nous laisse un goût amer dans la bouche à la conclusion de l'album.

Echec artistique donc pour ce disque : les promesses de retour au Heavy des débuts ne sont que partiellement tenues, la production est bien loin des splendeurs passées, le chant de Geoff Tate a perdu de son brio, devenant même pénible à la longue, et les parties de guitare peinent à émerger de la grisaille ambiante. Au-delà de ces défauts criants, c'est l'inspiration qui semble cette fois avoir déserté les studios, les Américains se réfugiant dès lors dans une forme de pilotage automatique bien loin de leur réel potentiel.
Désolé, les gars, mais cette fois ça ne mérite pas plus de 2 (et ce n'est pas sévère), voici un disque que je n'ai jamais envie d'écouter et qu'il vaut mieux oublier pour continuer à apprécier le gang de Seattle.

A lire aussi en METAL par ELK :


Bruce DICKINSON
The Mandrake Project (2024)
Oeuvre aboutie d'un artiste accompli




QUEENSRΫCHE
Empire (1990)
Virage mainstream bien négocié


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Geoff Tate (chant)
- Michael Wilton (guitare)
- Mike Stone (guitare)
- Eddie Jackson (basse)
- Scott Rokenfield (batterie)
- Nombreux Invités Dont :
- Pamela Moore (chant)
- Ronnie James Dio (chant)


1. Freiheit Ouvertüre
2. Convict
3. I'm American
4. One Foot In Hell
5. Hostage
6. The Hands
7. Speed Of Light
8. Signs Say Go
9. Re-arrange You
10. The Chase
11. A Murderer?
12. Circles
13. If I Could Change It All
14. An Intentional Confrontation
15. A Junkie's Blues
16. Fear City Slide
17. All The Promises



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod