Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Syl Kougaï, Frank Riggio
 

 Site Officiel (549)
 Guide Jazz (189)

Amon TOBIN - Recorded Live (2004)
Par SASKATCHEWAN le 7 Octobre 2008          Consultée 2132 fois

Les lives qui sortent en CD dans le domaine de l’électro, ce n’est pas monnaie courante. Non pas que les artistes du genre se cantonnent à leurs réalisations studios, les tournées et les festivals existent bel et bien, mais il faut bien avouer qu’un set de DJ, c’est une atmosphère assez difficile à capter. Pourtant la série Solid Steel du Label Ninja Tune s’y essaye, parfois avec brio, parfois en trainant un peu la patte. Les trois premiers mixes de la série possédaient chacun leur qualité propre, avec une petite préférence personnelle pour le mix de The HERBALISER, Herbal Blend. En 2004, c’est au tour d’Amon TOBIN de faire chauffer les platines pour un mix d’une heure enregistré à Melbourne lors de la tournée australienne de son quatrième album « Out From Out Where ».

En réalité, loin de se conformer à l’orthodoxie électronique en s’équipant de sa caisse à vinyle et de son casque à moumoute, Amon Tobin a préféré se munir d’un ordinateur portable (enfer et damnation !) contenant tous les titres de sa sélection en WAV, au moins ça économise des frais de gravure. Le fan paranoïaque de s’exclamer :

« Ho l’autre, un ordi portable, trop facile, et pourquoi pas un duvet molletonné et un assistant pour manier la souris ! Trahison ! »

Minute ! La subtilité est là : certes, l’ordinateur contient tous les morceaux dont se sert l’artiste, à l’image du fichier musical de monsieur tout le monde, mais le logiciel présent sur le disque dur de la bête ne fait que transférer le son vers une platine nouvelle génération capable de lire les fichiers WAV. Le fichier informatique remplace donc le vinyle, mais il revient toujours au DJ d’y appliquer des effets, de le copier, de le coller, en bref : de le bidouiller de toutes les façons possibles et imaginables à partir de sa platine, comme avec un vinyle. Cela n’empêche pas certains, moi compris, de voir dans cette irruption du portable dans les concerts l’une de ces innovations douteuses qui n’ont de progrès que le nom (fiiiiiin du moooonde, c’est la fiiiiiin du moooonde…). Et puis l’axiome de base de l’informatique reste : un ordinateur, ça plante ; et dans ce cas : retour aux vinyles.

Et le mix en lui-même, que vaut-il ? Rien à dire, Amon TOBIN maîtrise son sujet. Outre quelques medleys de ses propres œuvres, il intègre à sa performance un vaste échantillon de morceaux composés par des artistes venus d’horizons différents. On croise ainsi les travaux de DJ FOOD du label Ninja Tune (prévisible celui-là), mais aussi ceux d’AFX, du rappeur-producteur londonien DIZZEE RASCAL et du VELVET UNDERGROUND. A noter qu’au départ, le mix contenait un morceau des DESTINY’S CHILD, mais ces dernières n’ont pas voulu négocier leurs droits. Vilaines, on loupe de peu un choc des cultures mémorables. Pour nous consoler, il reste le remix d’AFX, qui lui-même avait remixé « Flow Coma » de 808 STATE. La rencontre de l’IDM (pour le coup Acid House) de Richard D. JAMES et du Drum n’Bass furieusement cinématographique d’Amon TOBIN laisse une impression étrange, celui de deux univers colorés qui se mélangent pour accoucher d’un hybride difforme mais diablement entraînant.

Heureusement, « Remix By AFX » n’est pas le seul bon moment du disque. Les deux medleys « Yasawas/Night Life/Fear » et « Four Ton Mantis/Hey Blondie », sont plutôt réussis, le premier parcourant les ambiances feutrées des albums Bricolage et Permutation, le second mêlant l’électro orchestrale d’Out From Out Where et le drum n’bass jazzy de Supermodified. On peut aussi mentionner quelques bidouillages bien fournis sur « Twisted », « Total Recall » ou encore « Deep Impact ». Au fil des pistes, Amon TOBIN souffle le chaud et le froid sur son public en alternant les remixes drum n’bass effrénés et les compositions plus tempérées (« Pressure Cookers » notamment), à la manière des premiers DJ Techno.*¹

Toutefois, Recorded Live est loin d’être le mix parfait qui fera date dans la série. Premièrement, son côté rébarbatif, du à l’omniprésence des basses (comme dans pratiquement tous les sets du genre d’ailleurs), empêche de le ressortir trop souvent de son écrin poussiéreux. Deuxièmement, le ventre mou de l’album, qui va de « Soul Soul Soul » à « Nakatali », en exceptant « Marine Machines », soit une dizaine de titres sur vingt-huit, a de quoi décourager l’auditeur le plus enthousiaste. Et enfin troisièmement, par rapport à d’autres concerts d’Amon TOBIN, le show de Melbourne manque de variété dans le choix des titres. On espérait un peu plus de Hip-Hop, voire quelques remixes de Hard-Rock, l’Anglo-brésilien étant un grand amateur de MOTÖRHEAD, en témoigne le morceau « Fast Edie » présent sur Permutation.

Au final, « Recorded Live » est un bon live, sans plus, peut-être un peu trop limité. Amon TOBIN joue avec les fondus et les breaks comme personne, mais je le répète, au niveau de la tracklist, ce mix me paraît un peu léger. Je salue quand même l’initiative du label Ninja Tune qui se préoccupe d’offrir une diffusion décente aux performances lives de ses artistes par le biais du projet Solid Steel, ce qui reste malheureusement assez rare dans le genre.


*¹ Note « nous n’avons rien inventé » : je dis « les premiers DJ Techno » en me limitant au genre, mais ce procédé est vieux comme le monde.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


AFX
Analord 09 (2005)
Analord favori




ALVA NOTO + RYUICHI SAKAMOTO
Summvs (2011)
Piano et électro font bon ménage


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Amon Tobin (dj)


1. Amon Tobin - Intro
2. Amon Tobin - Chronic Tronic & Dj Food - Dark Lady
3. Tipper - Twister
4. Amon Tobin - Verbal
5. Afx - Remix By Afx
6. Mob Nation - Got Numb
7. Cherrystones - Pressure Cooker
8. As One - Soul Soul Soul
9. Danny Breaks - Science Fu Part 1
10. Amon Tobin - Marine Machines
11. You's A Jaco Pastorius Looking Motherfucker
12. Facs & Scythe - Schmalla
13. Amon Tobin - Couger Merkin
14. Silent Witness & Break - Higher Rates
15. T Power - Cuba (original)
16. Icarus - Moon Palace
17. Controller 7 - Reactionary
18. Topogigio - Nakatali
19. Amon Tobin - Yasawas, Night Life & Fear
20. Amon Tobin - Escape & Future Prophecies - Deep Imp
21. Exile - Spanner In The Worx
22. Deep Roots - Allergic
23. Suspicious Circumstance - Completly Real
24. Silent Witness & Break - Total Recall
25. Dizzee Rascal - Sittin Here
26. Amon Tobin - Proper Hoodidge
27. Amon Tobin - Four Ton Mantis & Hey Blondie
28. The Velvet Underground - Venus In Furs



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod