Recherche avancée       Liste groupes



      
DRUM N\'BASS/JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Syl Kougaï, Frank Riggio
 

 Site Officiel (546)
 Guide Jazz (183)

Amon TOBIN - Permutation (1998)
Par SASKATCHEWAN le 27 Novembre 2008          Consultée 2782 fois

Dans la carrière d’Amon TOBIN, il y a un avant et un après Permutation. Pourtant, le deuxième album du DJ anglo-brésilien ne rompt pas vraiment avec le style du premier opus : Bricolage. Cependant, la différence entre les deux sorties est de taille : Bricolage était « juste » de très bonne facture, tandis que Permutation est une œuvre démentielle, renversante. Amon TOBIN passe ainsi du statut d’artiste prometteur à celui de figure majeure de la musique électronique en l’espace d’à peine deux albums, appréciez l’ascension.

Permutation, contrairement à d’autres albums de l’artiste, démarre en trombe. L’auditeur est tout de suite assommé par un travail rythmique phénoménal, sans doute l’un des plus marquants de sa décennie. Et quand on sait ce que représentent les années 90 en matière de musique électronique, l’affirmation n’est pas à prendre à la légère. La musique se fait à la fois sophistiquée et tribale, magnifiée par les samples de contrebasses et de cuivres, et rythmée par les assauts tournoyants et frénétiques d’une myriade de samples percussifs. Ce côté Jungle/Drum n’Bass est développé à l’extrême sur Permutation, plus que sur tout autre album d’Amon TOBIN, au point d'oublier parfois son substrat acoustique pour basculer dans l’IDM (« Escape »).

Si l’on peut, à raison, faire l’éloge de l’aspect purement rythmique de l’album, que dire de l’ambiance distillée tout au long des onze titres du disque ? Tour à tour lugubre, psychédélique, orientale, chaotique et apaisante, celle-ci emplit le peu d’espace laissé par la tornade des percussions, pour donner une aura quasi magique à Permutation :

« Mais comment fait-il ? »

Ce type est un magicien, voilà tout. Un titre comme « Reanimator » suffit à lui seul à convaincre les sceptiques que non, décidément, le sampling, ce n’est pas que du pillage, et qu’il faut un véritable talent pour l’exercer. Permutation est le manifeste d’une musique qui dépasse les contraintes de la technique et de la virtuosité, comme ont pu l’être avant lui les travaux expérimentaux d’APHEX TWIN et AUTECHRE, pour affirmer la prépondérance de la créativité.
Alors des titres marquants, sur Permutation, on peut en citer à la pelle. Presque tout l’album, à l’exception peut-être de « Sultan Drops », trop brouillon. On s’attardera quand même un peu sur le quatuor du début, constitué de « Like Regular Chickens », « Bridge », « Reanimator » et Sordid, qui propose quand même de grands moments de rythmes déchaînés, un peu à la manière des genres les plus extrêmes de la Techno (Breakcore, Speedcore), tout en gardant un côté classieux et jazzy digne d’un vieux film noir.

Je pourrais encore en tartiner sur des pages et des pages, mais le message est plutôt simple et ne requiert pas vraiment de grands développement : Permutation, Supermodified et Out From Out Where est un trio d’albums exceptionnels et indispensables, tout simplement.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


Amon TOBIN
Foley Room (2007)
Nouvelle livraison irréprochable d'amon tobin




The BLOODY BEETROOTS
Best Of... Remixes (2011)
Pour un réveil en douceur...


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   FROMAGE_ENRAGE

 
   (2 chroniques)



- Amon Tobin (tout)


1. Like Regular Chickens
2. Bridge
3. Reanimator
4. Sordid
5. Nightlife
6. Escape
7. Switch
8. People Like Frank
9. Sultan Drops
10. Fast Eddie
11. Toys
12. Nova



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod