Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRONIQUE-CLASSIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis

Tony BANKS - The Wicked Lady Soundtrack (1983)
Par MARCO STIVELL le 12 Août 2010          Consultée 1767 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ce deuxième disque solo de Tony est important dans l’histoire de la famille Genesis, car il s’agit de la première bande originale de film publiée par un des membres en solo, précédant de quelques mois le Birdy de Peter Gabriel. J’avoue ne pas connaître du tout cette œuvre cinématographique qu’est The Wicked Lady, un film peu connu de Michael Winner, mais Tony va vite prendre l’habitude de composer pour des films "obscurs"…

Il y a une forte différence entre la première et la seconde face du vinyle (ce disque n'ayant pour l'heure jamais été réédité en CD), et là encore The Wicked Lady arrive comme "nouveauté" dans l'histoire de la famille Genesis.
En effet, en plus d'être la première BO, c'est aussi le tout premier disque aussi fortement consacré à la Grande Musique. Pas entièrement car la face A est réservée à Tony et ses claviers. C'est la seconde qui est tout simplement orchestrale, et les deux sont, bien sûr, complètement instrumentales.

En ce qui concerne la face A, enregistrée à la maison de Tony sur un 8 pistes, le style de musique est plus ou moins électronique : que des claviers et synthétiseurs, avec présence de fausses basse et batterie sur le premier titre. "The Wicked Lady" contient le thème principal revenant à plusieurs reprises sur cette face (et la seconde), somme toute assez joli, très romantique d’un certain point de vue, post-romantique de l'autre, on pense à Claude Debussy à qui Tony doit beaucoup, mais il n'y a pas que ça. L’esprit de la "méchante femme" et une légère forme d’humour dans ce thème nous renvoient quelque peu à la chanson "The Lady Lies" de l'album de Genesis And Then There Were Three. Les synthés dominent majestueusement sur "The Chase", "Kit" et "Repentance", conférant à ces morceaux une touche très symphonique, sans être emphatique. On a également droit à de superbes fausses trompettes sur "Jerry Jackson". Quant aux violons et violoncelles de "Repentance", ils sont tellement bien attaqués (en matière de toucher) qu’on se laisserait presque aller à croire qu’ils sont vrais ! Les meilleurs morceaux restent sans aucun doute les merveilleux "Spring", "Caroline" et "Barbara", tous trois d’une beauté pure, titres les plus attachants et typiquement banksiens de l'ensemble, joués par un petit piano électrique CP-70 ou 80 (ce son est divin) sur lit de synthés, dans la bonne tradition A Curious Feeling. Cette face A de The Wicked Lady pourrait d'ailleurs faire office de suite au travail magistral réalisé sur A Curious Feeling quelques années plus tôt, malgré un contexte où il y a forcément plus de contraintes.

Si l’on veut entendre des instruments acoustiques, il suffit d’écouter la seconde face. L’orchestre reste fidèle au travail de Tony mais incorpore sa propre touche - façon de parler - en jouant par exemple le thème pour le "Prélude" de façon plus cavalière, ce que l’on peut aussi dire pour "Portrait of Jerry Jackson". "Scherzo" est amusant, avec une partie de glockenspiel qui me fait quelque part regretter que cet instrument ne soit pas plus utilisé dans cette musique. L’intro de "Pastorale" réutilise superbement le thème de "Spring", de même que "Kit’s Theme" avec celui de… "Kit". Les cuivres se fondent parmi les violons sans être trop lourds, c'est en tout cas moins flagrant que sur l'autre disque "classique" que publiera Tony près de vingt ans plus tard. Je n’ai que deux légers regrets concernant cette seconde face : que le thème principal soit un peu trop répété - encore que c'est surtout parce que l'on a écouté la première face juste avant -, mais on est dans une musique de film, sans être normal ce n’est pas si étonnant que ça, et il y a aussi le fait que Tony n’y ait pas participé en tant que pianiste (même sur Seven, il ne sera que très peu présent).

Quant à mes regrets concernant le disque entier, c’est d'abord le fait qu’il aurait mérité de sortir plus tôt, en 1981 au plus tard, plus près de A Curious Feeling, et non pas au milieu des années 80 où le propos musical n'est plus du tout le même, et ensuite qu’il soit tombé dans le plus grand oubli. Comme je l'ai dit, il n'a jamais été réédité en CD, et le vinyle se vend sur certains marketplaces mais rarement en état neuf, ou alors à un prix astronomique. Tony a pourtant réalisé à lui tout seul un superbe travail qui mériterait de revenir au grand jour, avec ça d'originalité qu'il joue sur deux plans musicaux différents, bien que complémentaires.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


TRUST NO ONE
Ondanuma (2008)
Progueux seventisards, venez un peu par ici...




TRUST NO ONE
Hopen Mounth (2011)
Vous reprendrez bien un peu de early Oldfield...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Tony Banks (claviers, basse-synthé, programmation linn)
- The National Philarmonic Orchestra De Lo
- Sydney Sax (direction de l'orchestre)


1. The Wicked Lady
2. Spring
3. The Chase
4. Caroline
5. Jerry Jackson
6. Repentance
7. Kit
8. Barbara
9. Prelude To The Wicked Lady
10. Portrait Of Jerry Jackson
11. Caroline's Theme
12. Scherzo
13. Pastorale
14. The Wicked Lady
15. Kit's Theme
16. Finale



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod