Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK BARIOLé  |  STUDIO

Commentaires (2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eiffel
- Membre : Detroit
 

 Le Site Officiel De Noir Désir (1035)
 Noir Désir Par Vince (900)

NOIR DéSIR - Des Visages Des Figures (2001)
Par GEGERS le 23 Août 2010          Consultée 3364 fois

Serait-ce parce que Des Visages Des Figures est un album intouchable qu'il ne fait son apparition sur FP qu'aujourd'hui, neuf ans après sa sortie ? Intouchable, car faisant partie du patrimoine musical français (ou revendiqué comme tel) plus que de la discographie d'un « simple » groupe de rock (mais est-il possible de définir de cette manière l'entité NOIR DESIR ?). Voué aux gémonies ou défendu bec et ongle par (respectivement) les détracteurs et les admirateurs du groupe bordelais, cet album laisse, il est vrai, peu de place à l'indifférence et à la demi-mesure. La tiédeur, NOIR DESIR ne connaît pas. C'est d'ailleurs dans un contexte chaud-bouillant que paraît cet album lors d'un 11 septembre 2001 de triste mémoire.

Cinq ans après 666.667 Club, Des Visages Des Figures était attendu de pied ferme, et sera l'album du groupe ayant connu le plus gros succès commercial, porté qu'il fut par un premier single flamboyant, l'imparable « Le Vent Nous Portera » dont la mélodie, interprétée par Manu Chao à la guitare, résonne encore régulièrement dans nos oreilles. Posé, naviguant dans un pop-folk doucereux et mélancolique, NOIR DESIR surprend d'abord par cette retenue introspective qui, si elle n'était pas étrangère à l'univers du groupe (« Lolita Nie en Bloc ») ne s'était jamais exprimée de manière aussi mélodique et « accessible ». L'écoute complète de l'album confirme cette première impression. Exit le rock énervé de 666.667 Club et Du Ciment Sous Les Plaines, ou carrément enragé de Tostaky. NOIR DESIR défriche de nouveaux territoires, toujours rock, mais non dénués de touches electro et d'ambiances inédites.

L'auditeur est pris à contrepied dès « L'enfant Roi » titre d'ouverture de l'album. Basé sur une mélodie acoustique répétée à l'envi, agrémenté de chœurs imposants, ce morceau offre également une prestation très sobre d'un Bertrand Cantat tout en retenue, bien servi par un refrain séduisant qui voit une guitare électrique se dévoiler peu à peu, mais handicapé par une perte d'intérêt due à un inutile prolongement du morceau (celui-ci aurait pu être amputé d'une ou deux minutes sans que l'on y perde au change). Le rock arrive enfin avec « Le Grand Incendie », titre de circonstance alors que l'Amérique connaît des heures sombres (« New York City, Iroquois qui déboulent...). Tout comme le morceau précédent, « Le Grand Incendie » est construit sur des variations autour d'un même thème (joué à la basse cette fois), mais se veut bien plus convaincant grâce à un harmonica débridé générateur d'une énergie et d'un groove salvateurs. Doté d'une fin orgiaque, ce titre s'impose rapidement comme un des meilleurs moments de cet opus.

Malheureusement, et au grand dam des amateurs du groupe, ces « meilleurs moments » ne sont pas si nombreux. Bien entendu, on retiendra le tubesque « Le Vent Nous Portera » mentionné plus haut, mais aussi « Des Armes », adaptation d'un poème de Léo Ferré, qui voit Bertrand Cantat réaliser une performance vocale toute en progression et développant une douleur et une énergie que peu de vocalistes sont capables de véhiculer. Cette capacité à savoir faire monter la sauce est d'ailleurs une grande force du groupe, et NOIR DESIR ne s'en prive pas pour atteindre sa cible : « I'm Lost » passe en moins de trois minutes du statut de « petite chanson rock » à « grosse tuerie », une nouvelle fois très répétitive mais offrant un riff imparable et hyper accrocheur laissant à l'auditeur un fort goût de « reviens-y ». Totalement à son opposé, « Bouquet de Nerfs » propose quant à lui une mélodie tout en retenue, n'évoluant quasiment pas au long du morceau (malgré la présence d'instruments à vent dans sa deuxième partie). Car une nouvelle fois, c'est sur les épaules d'un Bertrand Cantat très en verve que repose ce titre. Se déchirant littéralement au service de paroles introverties et déstabilisantes, le bonhomme livre ici une formidable prestation, permettant à ce « Bouquet de Nerfs » de s'établir comme un des meilleurs titres du groupe, riens de moins !

Mais NOIR DESIR se fait aussi plus anecdotique. Évoluant vers une musique plus calme, le groupe n'en oublie pas pour autant de sortir de nulle part un petit brûlot rock « Son Style I », à l'intérêt limité (tout comme sa « Partie II » totalement amorphe) et permettant uniquement d'apporter à l'album une variété bienvenue dans les tempi. Lents et prêtant à la méditation plus qu'à la rébellion et à la remise en cause des acquis, « L'Appartement », « Des Visages Des Figures » et « A l'Envers à l'Endroit » sont très similaires dans leur construction musicale bien que véhiculant des ambiances différentes, et ne se voient sauvés que grâce à des refrains dignes de la légende, mais semblent bien en deçà du talent combiné des quatre membres du groupe. L'épique et sans queue ni tête « L'Europe » vient donner le coup de massue final. Musicalement incohérent (monter une pièce de plus de 23 minutes est, la preuve en est, un exercice très complexe), ce titre, affligé de la présence très dispensable de l'horripilante Brigitte Fontaine surnage uniquement grâce aux délectables réflexions de Bertrand Cantat sur la mondialisation galopante.

Des Visages Des Figures, dernier album studio de NOIR DESIR à ce jour, en est aussi un des moins convaincants. Neuf ans après sa sortie, son succès commercial ne lui a pas pour autant permis de passer l'épreuve du temps et de s'établir sur le même piédestal que les excellents Tostaky et 666.667 qui ont façonné la légende. Restent quelques petites perles dont on se délecte à l'occasion en se disant que NOIR DESIR, quand même, savait nous faire vibrer.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


CITY WOODPECKERS
Satellite Of Live (2017)
Pour vingt ans de plus




K'S CHOICE
The Phantom Cowboy (2015)
Сiel et terre fusionnent


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Bertrand Cantat (chant, guitare, guitare acoustique, moriyn khuur,)
- Serge Teyssot-gay (chœurs, guitare, synthé, guitare cithare, sampler,)
- Denis Barthe (chœurs, batterie, percussion, percussion électroni)
- Jean-paul Roy (chœurs, basse, synthé, synthé basse, gumbri, orgue)


1. L'enfant Roi
2. Le Grand Incendie
3. Le Vent Nous Portera
4. Des Armes
5. L'appartement
6. Des Visages Des Figures
7. Son Style 1
8. Son Style 2
9. À L'envers à L'endroit
10. Lost
11. Bouquet De Nerfs
12. L'europe



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod