Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / ACID ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mgmt, Mercury Rev
 

 The Flaming Lips Official (175)

The FLAMING LIPS - Oh My Gawd!!! (1987)
Par STREETCLEANER le 28 Septembre 2010          Consultée 1596 fois

Oh My Gawd !!! (connu aussi sous le nom de Oh My Gawd!!!...The Flaming Lips) est le second album des FLAMING LIPS, avec un line-up qui demeure inchangé. Le combo américain est toujours influencé par la scène rock britannique des années 60 et 70, et on sentira là encore clairement des influences de groupes tels que The WHO ou LED ZEPPELIN. Il est en effet difficile d’ignorer quelques postures bien reconnaissables dans certaines compositions ou dans la manière de jouer, et cela dès « Everything's Explodin’ », dont l’entrée en matière à la guitare est calquée sur celle des WHO. On notera également le jeu de batterie de Richard English qui n’est pas parfois sans nous rappeler un Keith Moon s’acharnant sur son kit de cymbales. Wayne Coyne se fait quant à lui moins punky dans son chant et seul un titre comme « Everything's Explodin’ » nous rappelle véritablement certaines influences punk du premier album Hear It Is (tout comme la pochette, une espèce d’assemblage et de collage de crânes et diverses images, le rendu étant bien flashy et psychédélique).

D’une manière générale, les FLAMING LIPS sont nettement moins punk-rock mais tout simplement bien plus rock, avec un rock sacrément énergique, mais aussi parfois aux touches rock’n’roll 50’s avec ce « Prescription: Love », un des meilleurs titres de cet album, qui confirme l’ancrage des américains à la source du rock. Et là encore, l’ombre du dirigeable reste souvent identifiable « Maximum Dream For Evil Knievel »… Tout est là pour le rock : les décibels, l’esprit 50’s, la drogue, une batterie énergique, du riff « Can’t Stop the Spring », une guitare électrique prédominante et corrosive, qui sait aussi se fendre de quelques soli déchirants et agressifs (« Everything's Explodin’ », « One Million Billionth of a Milliseconde on a Sunday Morning »…), le rendu global de l’album encore bien cru, un Coyne qui joue le jeu à fond… Il n’y a pas d’hésitation : à cette période le combo américain n’était rien d’autre qu’un groupe de rock, cela ne fait pas un pli.

Si on devait trouver encore une petite touche plus gothique dans cet album, je citerais peut-être « Thanks To You », dans lequel Coyne nous joue, en prenant une intonation plus grave, une chanson à la guitare claire, et dont la ligne de chant pourrait nous rappeler un « 1959 » (joué au piano pour le coup) des SISTERS OF MERCY, sur l’album Floodland sorti la même année, en 1987 donc. On pourra également apprécier le long « One Million Billionth of a Milliseconde on a Sunday Morning » (près de dix minutes) mêlant à son rock zeppelinien des passages plus calmes et atmosphériques dans cette pièce à l’esprit floydien. Un côté légèrement allumé qu’on retrouvera plus encore sur le court et bizarroïde « Ode To C.C. Part I ». Dans certaines occasions, Coyne n’hésite pas à ressortir sa guitare acoustique, avec par exemple « Can’t Exist » ou « Ode To CC Part II ». Cependant, un des meilleurs titres restera peut-être « Love Yer Brain » joué notamment au piano, à la mélodie mélancolique et agréable, mais qui se termine d’une manière complètement folle et énervée.

Au final, si cet album s’avère globalement sympathique à écouter, il faut quand bien même avouer qu’il ne comporte aucune composition vraiment transcendante. Les LIPS montrent encore clairement leurs influences rock, prennent des postures et des gimmicks déjà connus, et font dans l’ensemble un album correct... Mais auquel il manque quelque chose pour que les compositions soient réellement marquantes et convaincantes. On passe un bon moment, mais pas inoubliable non plus. Une déception donc suite à un Hear It Is un peu plus fou, noir et prenant.

Note réelle : 2.5/5.

A lire aussi en ROCK par STREETCLEANER :


The SISTERS OF MERCY
Floodland (1987)
Rock gothique incontournable




Nick CAVE & THE BAD SEEDS
Skeleton Tree (2016)
Crépusculaire


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Wayne Coyne (guitare, chant)
- Michael Ivins (basse)
- Richard English (batterie, piano, voix)


1. Everything's Explodin'
2. One Million Billionth Of A Millisecond On A Sunday
3. Maximum Dream For Evil Knievel
4. Can't Exist
5. Ode To C.c. (part I)
6. The Ceiling Is Bendin'
7. Prescription: Love
8. Thanks To You
9. Can't Stop The Spring
10. Ode To C.c. (part Ii)
11. Love Yer Brain



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod