Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHé/KRAUTROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Mgmt, Mercury Rev
 

 The Flaming Lips Official (143)

The FLAMING LIPS - Embryonic (2009)
Par STREETCLEANER le 9 Novembre 2009          Consultée 3886 fois

The FLAMING LIPS est une formation incontournable du rock psychédélique et expérimental, qui est malheureusement loin d'être aussi reconnue en Europe qu'aux Etats-Unis. Formée à Oklahoma City au milieu des années 80, elle s'est nourrie progressivement au sein du FLOYD ainsi qu'à celui du Krautrock (mais ses premières productions lorgnaient paradoxalement plus vers le rock classique, un peu de punk, de LED ZEPPELIN et parfois de goth). Ce nouvel album Embryonic, douzième au compteur, mais premier double-album du groupe, ne fera pas mentir l'orientation de la formation menée par Wayne Coyne, son frontman. Toutefois, malgré les deux CD, la durée totale avoisine "seulement" les soixante-douze minutes et les dix-huit titres pourraient finalement tenir sur un seul CD (d'ailleurs l'album est vendu également en CD simple, sans perte de titres ou de durée). Mais peut-être la formation voulait-elle aussi, comme les grands du rock, son double-album en pensant que cette nouvelle production en valait vraiment la peine.

Embryonic c'est en quelque sorte une musique de l'espace, tant elle semble étrangère à notre monde, et les quelques références qui tournent autour du ciel ne sont pas sans renforcer cette impression : l'astrologie avec « Aquarius » – la fameuse nouvelle ère du verseau dont beaucoup parlent revient décidément souvent –, « Sagittarius », « Scorpio », et dans un autre registre « Gemini ». Et puis l'ensemble est froid, froid comme l'espace, mais ce n'est pas désagréable, ce n'est pas un défaut. Coyne parlait d'ailleurs à propos de ce projet d'un JOY DIVISION rencontrant Miles DAVIS. Soit le froid de la coldwave et la liberté d'expression du jazz.

Mais surtout ce qu'il faut retenir, c'est que cet album est riche, varié, et parcouru par des ambiances psychédéliques tout du long. Voix en retrait, passée au vocodeur, enveloppée par des effets de reverb’, ou transformée telle celle d'un robot (sur « The Impulse »), bidouillages électro et grésillements qui partent dans tous les sens, ambiances très 70's, sonorités trip-hop qui font penser parfois à ARCHIVE, cris et bruits divers, motifs musicaux qui tournent en boucle et nous hypnotisent dans la plus pure tradition Krautrock, instruments noyés sous une bouillie d'effets de saturation et de déformation à tel point qu'ils sont parfois méconnaissables (les guitares notamment) : tous les outils sont là pour façonner un univers cohérent (malgré sa diversité) et personnel, bizarre, complètement barré et fichtrement prenant. Malgré tous ces effets ou bidouillages, Embryonic n'est pas totalement synthétique. On demeure quand même frappé par le contraste assez saisissant que procure une section rythmique très organique, et notamment cette batterie assez imposante (« The Sparrow Looks Up At The Machine », « Your Bats », « Worm Moutain », « Watching The Planets ») qui se trouve proche de l'auditeur.

Le but recherché est clair : nous faire rêver, faire travailler notre imaginaire, nous transporter ailleurs, dans d'autres mondes, et peu importe qu'on emploie des atmosphères rock, plus calmes, voire ambiantes, ou purement psychédéliques pour y parvenir. Que ce soit un « Evil » chanté d'une manière sereine ou reposante, dans une veine proche de celle d'ARCHIVE, un « Aquarius Sabotage » déjanté et psychédélique à la façon des premiers albums du FLOYD, un « See The Leaves » ou un « Worm Moutain » (au riff simple mais monstrueux) aux motifs musicaux (patterns) qui tournent en boucle pour nous mettre en transe à la façon du Krautrock sous acide de CAN, ou bien encore les guitares de « Powerless » qui nous envoient directement sous le ciel halluciné d'un désert qui voit le crépuscule l'envelopper, l'ensemble est franchement réussi et convaincant et j'avoue que je ne lui trouve pas de défaut notable. A cause de sa longueur on aurait pu craindre que l'ennui finisse par nous rattraper. Mais non, cet album passe bien l'épreuve de mes nombreuses écoutes.

The FLAMING LIPS nous sert une œuvre envoûtante, riche en ambiances et atmosphères psychédéliques, qui se doit d’ailleurs d'être écoutée dans son intégralité afin de les apprécier pleinement ; une œuvre dotée de compositions garnies en belles mélodies, avec quelques titres bien mémorisables et accrocheurs (« Convinced Of The Hex », « The Sparrow Looks Up At The Machine », « Evil », « Worm Mountain » et « Silver Trembling Hands »). Je ne dispose évidemment pas du recul nécessaire à l'heure où j'écris cette chronique, mais je suis persuadé qu'Embryonic se classera parmi les albums majeurs du groupe, à l'instar de The Soft Bulletin. A n'en pas douter, Embryonic s'imposera dans le top de mes albums de l'année 2009...

Note : un solide 4/5.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par STREETCLEANER :


The FLAMING LIPS
Yoshimi Battles The Pink Robots (2002)
Les robots roses passent à l'attaque




MERCURY REV
Deserter's Songs (1998)
Pop psychédélique juste magnifique : chef-d'oeuvre


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Wayne Coyne (chant, guitares, claviers, basse)
- Michael Ivins (basse, claviers, choeurs)
- Steven Drozd (guitares, batterie, percussions, claviers, basse,)
- Kliph Scurlock (batterie, percussions)


- Disc One
1. Convinced Of The Hex
2. The Sparrow Looks Up At The Machine
3. Evil
4. Aquarius Sabotage
5. See The Leaves
6. If
7. Gemini Syringes
8. Your Bats
9. Powerless

- Disc Two
1. The Ego's Last Stand
2. I Can Be A Frog
3. Sagittarius Silver Announcement
4. Worm Mountain
5. Scorpio Sword
6. The Impulse
7. Silver Trembling Hands
8. Virgo Self-esteem Broadcast
9. Watching The Planets



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod