Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-PROG-CELTE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Children In Paradise, Mostly Autumn, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room
- Membre : Kajagoogoo

IONA - Woven Cord (1999)
Par MARCO STIVELL le 4 Décembre 2010          Consultée 1024 fois

Le milieu des années 90 a apporté quelques changements du côté de la formation de IONA. Le groupe a connu le départ de plusieurs de ses membres : Tim Harries, Terl Bryant ainsi que Mike Haughton, qui ne sera pas remplacé. On peut donc dire que c'en est fini de la présence du saxophone et que ça va laisser plus de place à Troy Donockley dans la musique du groupe. Pour la tournée Journey Into the Morn, celui-ci s'est enfin trouvé un bassiste peut-être pas définitif, mais l'histoire fait qu'il est encore présent aujourd'hui en 2010, ce qui assure une certaine stabilité. De même pour le "nouveau" batteur, Frank Van Essen, qui est également violoniste.

C'est pas tous les jours qu'un groupe s'autorise le fait de sortir deux albums live consécutifs, en l'espace de deux ans et sans une expérience studio entre. Mais l'occasion était trop belle, car il n'est pas non plus habituel que l'un des groupes les plus injustement méconnus du "grand" ou du "petit public" s'offre le temps d'un concert les services d'un tel orchestre. Le All Souls Orchestra est un rassemblement de musiciens chrétiens et ce choix de la part d'IONA n'est guère surprenant quand on connait leur fond spirituel, présent jusque dans la forme (les paroles, mais aussi le lyrisme des nappes, de la guitare...). Le concert a été enregistré à The Royal Festival Hall, Londres, le 29 mai 1999.

Rock et classique font décidément un beau mélange. On l'a vu très souvent : Genesis, Metallica, et donc bien sûr IONA d'une certaine manière. Ce n'est pas une prépondérance chez eux, mais par exemple on se souvient bien des "Columcille", "Beyond These Shores" (cette dernière étant d'ailleurs présente ici)... avec des arrangements qui tenaient parfois plus de la Grande Musique classique que de la Grande Musique new-age ou ambiant. Mais ce dernier côté est dirait-on un de ceux qu'ils ont tenu le plus à faire ressortir ici, en remplaçant (presque) toutes les vagues de synthé par des violons. Prenons l'exemple de "White Sands" ou de "Matthew : the Man", et je me dis qu'il (l'exemple) me donne le sentiment que les morceaux des deux premiers albums, dont je ne suis pas très friand je le rappelle, sont littéralement transcendés en live. Et que dire de ce "Revelation" magistral avec Joanne, merveilleuse Joanne qui tient sa dernière note d'une manière, d'une justesse et d'une puissance à en donner des frissons... Notons concernant les musiciens les apparitions des anciens bassistes du groupe, Tim Harries et Nick Beggs, ainsi que la présence remarquable de Frank Van Essen, virtuose de la batterie et du violon classique, et ainsi du membre qui vient compléter la formation la plus durable d'Iona (dix ans) et qui restera sans doute sa meilleure, du moins par rapport aux précédentes.

Je n'ai parlé que des morceaux des deux premiers albums, mais il faut reconnaître que globalement, le groupe a tenu à surprendre son public avec des titres qu'il ne s'attendait certainement pas à entendre à cette occasion. Et pour les non-connaisseurs, ils n'ont pas fait dans le très accessible avec au moins trois morceaux de dix minutes. C'est justement ça qui est génial. "Encircling" et "Woven Cord" (joué en avant-première d'Open Sky et qui devait laisser présager le meilleur quant à cet album à paraître) se révèlent être de vraies pièces d'orfèvre en live. Et puis nombre de titres prennent une grande importance comme "Murlough Bay", car pas forcément les plus remarquables sur des albums tels que Beyond These Shores. Le seul petit bémol reste la version présente de "Lindisfarne" car on aurait aimé un thème plus éclatant après l'intro crescendo (un peu à l'image de la version d'origine) et certains apports de cuivres au cours de la prestation ne sont pas franchement du meilleur goût - ça "alourdit" un peu le tout on va dire -.

Mais c'est peu de choses comparé au très beau moment que l'on passe à écouter ce disque qui est, à l'inverse du live de plus, un must-have, splendide pour découvrir la musique d'IONA avec un peu plus d'instruments acoustiques. La qualité des disques live du groupe est en nette progression.

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


IONA
Beyond These Shores (1993)
Premier grand album d'Iona




DISNEY
Coquin De Printemps (1947)
Petite production réussie en deux moyens-métrages.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Joanne Hogg (chant, guitare acoustique, clavier)
- Dave Bainbridge (guitares, claviers, bouzouki)
- Troy Donockley (cornemuse irlandaise, whistles, cittern, guitares,)
- Phil Barker (basse)
- Frank Van Essen (batterie, percussions, violon, choeurs)
- Nick Beggs (chapman stick)
- Tim Harries (contrebasse)
- The All Souls Orchestra
- Noël Tredinnick (direction de l'orchestre)


1. Overture
2. Bi-se I Mo Shuil (part 1)
3. Matthew : The Man
4. White Sands
5. Murlough Bay
6. Dancing On The Wall
7. Encircling
8. Lindisfarne
9. Revelation
10. Woven Cord
11. Beyond These Shores



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod