Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


COCK ROBIN - Songs From A Bell Tower (2010)
Par MARCO STIVELL le 8 Décembre 2010          Consultée 3522 fois

Béni soit le moment où le musicophile, qu'il soit auditeur moyen ou chroniqueur en haleine (je me situe quelque part entre les deux, mouarf) parcourt les rayons des disquaires à la recherche de nouveautés. Il tombe sur des choses diverses, des qui le saisissent ("tiens, ils existent encore eux ?") et d'autres qui l'amusent ("ah ouais, ils m'ont eu, j'étais pourtant aux aguets afin de l'acheter le jour de la sortie !"). Là encore, pour COCK ROBIN, une majorité du public, moi compris, doit se situer entre les deux cas. Beaucoup devaient penser que le fait de n'avoir pas survécu aux années 80 était un "détail" définitif dans l'histoire du groupe de Peter Kingsbery et d'Anna LaCazio. Forcément, ils ne faisaient plus de tubes comme au moment de leur premier album, et ils se sont séparés après leur troisième. C'était donc définitif, plus jamais de COCK ROBIN. Personne (sauf les rares fans présents surtout en Europe) n'aurait misé un kopeck sur le grand retour mais longtemps, environ quinze ans plus tard, en plus avec un album réussi. Pas de réel tube à l'horizon, mais toujours une certaine qualité musicale. Ce qui fut suivi par une tournée triomphale en 2009, bien que loin des médias. Un CD live en a certes découlé, mais ça aurait mérité un peu plus d'enthousiasme, enfin...

Et puis voilà qu'on nous annonce (à de rares enroits) sur la toile seulement bien sûr, qu'un nouvel album paraît fin 2010. Ô joie ! Ô bonheur !... Et puis le temps passe, on fait autre chose, ci et ça... D'autre part, on a beau être vigilants, quand on adore une large palette d'artistes, on n'est jamais à l'abri d'en oublier certains... C'est ce qui s'est passé pour moi et COCK ROBIN. Quelle n'a pas été ma surprise lorsque j'ai levé la tête vers le haut du rayon des "C", en trouvant ce beau disque blanc flambant neuf, avec "COCK ROBIN" écrit en gros et rouge sang... Avant de parler du disque, il convient de préciser qu'un mois à peine après sa sortie, on le trouve sous forme de mini-coffret digipack, en raison de la présence d'un deuxième CD qui n'est autre que le Live de 2009. Ceux qui n'ont pas eu la chance de l'acheter au bon moment (il est devenu indisponible à la vente) seront contents de le retrouver ici.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Songs From the Bell Tower n'est pas un album aisé d'accès. Ceux qui, vingt-cinq ans après "When your Heart is Weak", ne jurent encore que par les tubes du premier album de COCK ROBIN risquent d'être déçus, bien déçus. Le duo le plus émouvant de toute la pop music anglophone (ou de la pop music tout court ?) prend ici un virage plutôt surprenant, pour ne pas dire déroutant pour les "anciens". C'est toujours de la pop raffinée et (très) bien réalisée, et le virage n'est pas si énorme, mais il y a un certain changement. Les compositions du groupe ont depuis le début vogué entre tubes imparables (sur le premier album notamment) et chansons plus confidentielles, moins "accrocheuses" mais toujours empreintes de la présence du duo magique Kingsbery/LaCazio. De ces dernières, il y en a un paquet depuis After Here Through Midland (le second album, 1987), et au final, on pourrait penser que ce sont les tubes qui finissent par donner une fausse image de COCK ROBIN, car même s'ils sont géniaux, le groupe maîtrise l'art de chansons plus difficilement accessibles. C'est ce qui fait le charme de sa musique. Les amateurs de hits en puissance (dont je fais partie) sont donc souvent déçus, mais on ne peut décemment pas en vouloir à COCK ROBIN, et au contraire, il convient de saluer l'effort réalisé à chaque fois - notamment par Peter Kingsbery qui reste le maître-compositeur. D'autant plus qu'à l'écoute de Songs From a Bell Tower, comme au moment du précédent album, on remarque que le groupe a choisi de ne pas se reposer sur ses lauriers.

Ce qui nous donne une nouvelle oeuvre à la fois exigeante et surprenante, avec une onzaine (je sais, ça se dit pas mais je le fais exprès) de titres dont la durée moyenne oscille entre quatre et cinq minutes. "Now and Then", la chanson qui ouvre le tout, est assez représentative de ce qu'est, ou encore de ce qu'aurait pu être le disque. Contresens ? Non, car même si elle n'est pas la plus complexe à assimiler, on y trouve un esprit jazzy inédit chez COCK ROBIN notamment dans les accords de piano. Quant à l'utilisation de la section cuivres, elle se révèle être une bonne surprise, de par son emploi beaucoup plus sobre et moins hispanisant que sur l'album First Love, Last Rites (1989). En revanche, le fait qu'elle ne soit présente que sur ce titre est un brin frustrant, et c'est en cela que je dis que l'on pense, d'une certaine manière, à ce que l'album aurait pu être si COCK ROBIN avait "creusé" dans cette voie-là. Ceci dit, on peut entendre un peu de saxophone sur le morceau-titre, et l'esprit jazzy se retrouve sur d'autres morceaux, "Checkered Past" en premier, et pour le meilleur. Les notes de piano jouées par Peter Kingsbery distillent la musique qui du coup devient très fine, et pas seulement sur ces morceaux jazzy. C'est d'autant plus remarquable que l'ancien fidèle quatrième membre de COCK ROBIN, Pat Mastelotto (le troisième étant Clive Wright, qui n'est que peu présent ici), également membre du King Crimson des années 1995-2005, apporte un excellent travail au niveau de la batterie et des samples percussifs, qui s'accordent très bien avec le restant du spectre sonore. Un exemple frappant : "Part of your Tribe". Peter Kingsbery, en plus de très belles mélodies (et cette voix...) se réserve les parties de piano et de cordes-synthé, toujours dans un ensemble plutôt sobre, avec un son à dominante acoustique malgré la présence de guitares électriques. Quant à ses compositions, encore une fois elles demandent plusieurs écoutes pour bien s'ancrer dans la tête de l'auditeur. La "faute" surtout à des enchaînements d'accords peu communs dans la musique pop mais ce n'en est pas moins excellent et ces chansons conservent une certaine richesse musicale, voir en particulier "Songs From a Bell Tower", "Extraordinary Thing", "A Natural Affair"...

Et Anna dans tout ça ? On s'en était rendus compte au moment de I Don't Want to Save the World (2006) et de la tournée qui a suivi, la merveilleuse chanteuse a mûri. Sur scène, elle n'est plus la petite gazelle qui sautait dans tous les sens, mais elle est toujours aussi "présente" et belle (voir la photo intérieure de Songs From a Bell Tower, quel magnifique sourire !) et sa voix, malgré le fait qu'elle n'ait pas beaucoup changé, s'est bonifiée avec le temps. Enfin quoi qu'il en soit, pour ce nouvel album, bien qu'elle ne participe pas à tous les morceaux et se cantonne souvent aux choeurs, s'il y a bien une chose dont on se rend vite compte, c'est que les trois chansons qu'elle interprète en lead vocals, à savoir "A Natural Affair", "Inside our Cage" et "Caught in your Stream", sont les trois plus belles de l'album. Que ce soit un moment rock comme le refrain de "Inside our Cage" ou un autre quasi onirique ("Caught in your Stream"), ces registres lui vont à merveille. Nous pouvons aussi intégrer le superbe duo final avec Peter "Ligne de Chance", propice à la rêverie, aussi splendide que l'hommage à Michel Polnareff était réjouissant.

En somme, un très beau disque, exigeant mais très agréable, sans réelle baisse de régime, et qui nous prouve que même un "dinosaure" des années 80 sait se réinventer, prendre des risques.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Buckingham Mcvie (2017)
70 ans et toujours frais.




Joe JACKSON
Laughter & Lust (1991)
Résolument pop


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Peter Kingsbery (chant, basse, claviers, guitares)
- Anna Lacazio (chant, percussions)
- Pat Mastelotto (batterie, percussions, samples)
- Yannick Chouillet (guitares électriques)
- Clive Wright (guitares électriques, e-bow)
- Pierre Bertrand (saxophones, arrangements des cuivres)
- Guillaume Dutrieux (trompette, clairon)
- Philippe Georges (trombone)
- Jason Altman (batterie additionnelle)


1. Now And Then
2. Part Of Your Tribe
3. A Natural Affair
4. Grand
5. Extraordinary Thing
6. Checkered Past
7. Inside Our Cage
8. Janice
9. Caught In Your Stream
10. Songs From A Bell Tower
11. Ligne De Chance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod