Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROG SYMPHONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (340)

The ENID - Aerie Faerie Nonsense (1977)
Par MARCO STIVELL le 4 Mars 2011          Consultée 1138 fois

Aerie Faerie Nonsense s'inscrit dans la digne continuité de In the Region of the Summer Stars, le premier album de THE ENID sorti l'année précédente. Ce qui est normal on pourrait dire, parce que dans cette époque bénie des années 70, tous ces groupes géniaux sortaient des disques à un rythme effréné et donc ne pouvaient que difficilement varier leur propos, surtout entre deux albums (et encore moins si c'étaient les premiers). Cependant, on ne peut s'empêcher de remarquer que si le premier album appartenait encore à ce qu'on appelle l'âge d'or du rock progressif, Aerie Faerie Nonsense lui, débarque l'année du grand chamboulement, avec la sphère punk qui va venir donner de grands coups de pieds au derrière de cette musique si riche et importante. Les "dinosaures", soit les plus célèbres comme Yes, King Crimson et Genesis, arriveront à renaître ou faire perdurer leur musique (avec un succès phénoménal pour certains), l'emportant ainsi sur leurs détracteurs, mais d'autres groupes plus obscurs et tout aussi géniaux comme Camel ou THE ENID donc, feront de même donc tout est loin d'être perdu.

En ce qui concerne ce deuxième album, THE ENID lui donnera une seconde jeunesse en le réenregistrant durant la première moitié des années 80, ce que de prime abord, on pourrait accueillir avec perplexité (voire méfiance) car malgré l'apport des nouvelles technologies, cela ne fait pas énormément de temps après la première réalisation. C'est bien évidemment sur cette dernière que se base cette chronique.

Ce qui frappe avec Aerie Faerie Nonsense, ce sont d'abord son titre et sa pochette. D'aucuns pourront toujours reprocher à THE ENID de servir une musique pompeuse et prétentieuse (ce avec quoi je ne suis bien évidemment pas d'accord, à mon avis on n'est prétentieux en musique uniquement quand on sait plus que n'importe qui quelle est la bonne attitude qu'il faut adopter, n'est-ce pas messieurs les journaleux de l'époque ?), le groupe prouve cependant qu'il sait faire preuve d'humour car ce titre ne veut absolument rien dire, et cette pochette prête tout autant à sourire. Un disque dédié à la mer on pourrait le croire, grâce à cette conque qui vient s'accrocher à l'oreille de la jeune femme au visage rêveur, mais aussi à la vision de la photo du verso du disque, où l'on voit les six membres du groupe au pied des falaises au bord de l'eau, l'air tout aussi contemplatif, mis à part Robert John Godfrey qui nous regarde de manière malicieuse. Un peu à son image quoi.

Le court "Prelude" nous donne cette impression marine, ce son de synthétiseur étrange semble résonner depuis la mer alors que le soleil est en train de se lever au loin. "Mayday Galliard" s'ouvre ensuite avec force rythmique et orgue scintillant, pour un ensemble que l'on s'apprête à découvrir puis reconnaitre comme ultra-symphonique. C'est typiquement le genre d'oeuvre qui s'éloigne des "Anarchy in the UK" favorisés par les médias, il convient de saluer (comme si besoin était) le courage du groupe de continuer, malgré les difficultés à produire une telle musique. Le thème de "Mayday Galliard" est simple, plutôt amusant, un genre de "scherzo" comme on le dit à l'italienne. Il se base sur une métrique ternaire, avec des notes jouées en siciliennes (oui je sais, vous y comprenez rien si vous n'êtes pas musiciens, mais il faut bien que j'ai des petites connaissances dans un domaine, oh !), les synthés imitant des sons de flûte et de clarinette et faisant des trilles (là, pour vous aider à y voir plus clair, je peux vous dire qu'une trille est un écart entre deux notes qui est joué de manière très rapide). Le tout est plutôt sympathique, faussement naïf et plaisant. "Ondine" l'est beaucoup plus encore car nettement plus posé. Et encore une fois, si ce n'est pas une référence à l'eau, je ne m'appelle plus Marco (tiens, ça rime). On termine cette première face avec "Childe Roland", dont le seul titre fait lui référence au second thème de l'album, l'histoire de Roland. C'est un morceau qui mélange un peu les caractéristiques du "The Lovers" et celles du "The Devil" de In the Region of the Summer Stars, pour la bonne et simple raison qu'il mêle des parties pour piano toutes douces, à la limite de l'audible avec d'autres beaucoup plus "énervées", qui font ressortir tout le potentiel de l'association guitaristique Lickerish/Stewart. Un morceau revigorant, idéal pour compléter cette première partie de disque.

La seconde face est, comme pour le premier disque (et d'autres grands du rock progressif), consacrée à une suite, sauf qu'ici elle est mise en un seul bloc, sous le nom "Fand". Les deux mouvements sont très différents, le premier est de Godfrey avec la participation de Francis Lickerish, et le second de Godfrey seul, on comprendra facilement pourquoi. Après un début sinistre intriguant, la basse présente un thème en mode mélodique mineur qui se transpose finalement en majeur et nous amène dans un monde nébuleux, où les guitares se font lyriques. Puis les timbales assourdissantes viennent résonner pour nous transporter dans un autre monde plus merveilleux, hypra-symphonique et romantique. Avec le retour du thème de basse, on sent venir un crescendo avec trompettes-synthé, qui conduit finalement le tout à un développement plus rock, non pas "bourrin" comme sur "Childe Roland" mais plutôt posé au départ, avant de devenir plus torturé. Dave Storey matraque implacablement ses fûts tandis que les guitaristes font résonner leurs riffs plus lyriques qu'agressifs. Ce premier mouvement de "Fand" se fait sans aucun doute très proche dans sa structure des morceaux de la face B du premier album, sans le côté boléro. Les synthés evanescents en particulier arrivent activement à faire de l'ensemble une franche réussite. Le second mouvement est quant à lui beaucoup plus doux puisque ce sont les synthés planants qui jouent uniquement (d'où le fait de comprendre que Godfrey en soit le seul responsable), jusqu'au glorieux final. Sur un peu plus de cinq minutes, ils nous font rêver autant voire plus que le piano de "The Lovers" et que le restant de l'album. C'est de nouveau tout le romantisme de THE ENID qui s'exprime de manière fantastique, aussi perceptible que lors des moments rock également doux. Pour cela, on peut aisément dire que "Fand", bien qu'il soit difficile à saisir, est l'un des morceaux de bravoure dans la carrière du groupe, à ne surtout pas rater.

Je dis ça, même si j'avoue humblement que je boudais cet album au début. Il ne m'évoquait strictement rien, je ne l'écoutais quasiment pas. Et puis la magie a fini par opérer, c'est que ces maîtres façonneurs de musique exigeante savaient (et savent toujours) vraiment y faire, à aucun moment ils ne se moquent de nous ! A déguster et redéguster, surtout pour "Ondine" et "Fand" !

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


Steve HACKETT
Darktown (1999)
Dark as the grave, chantait-il...




Steve HACKETT
Out Of The Tunnel's Mouth (2009)
Toujours aussi génial...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Robert John Godfrey (claviers)
- Francis Lickerish (guitares)
- Stephen Stewart (guitares, basse)
- Terry Pack (basse)
- Charlie Elston (claviers)
- Dave Storey (batterie, percussions)


1. Prelude
2. Mayday Galliard
3. Ondine
4. Childe Roland
5. Fand



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod