Recherche avancée       Liste groupes



      
PROG SYMPHONIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (366)

The ENID - Live At Hammersmith Odeon (1983)
Par MARCO STIVELL le 26 Mai 2012          Consultée 941 fois

Comme souvent avec ces live parus en deux disques séparés, la présente chronique tiendra compte de l'ensemble en un seul.

Le retour en force de THE ENID avec Something Wicked This Way Comes en 1983 permet au groupe de publier sa première performance live, même s'il ne profitera pas de sa tournée marathon de la même année. Il préfère remonter le temps (pas de beaucoup certes), en gravant sur disque sa prestation à l'Hammersmith Odeon de Londres lors de la tournée Touch Me en mars 1979. Concert qui avait déjà été diffusé par la BBC cette année-là, puis en partie par Tommy Vance sur BBC1 en 1982. C'est donc encore une année de tous les succès, et de quoi contenter largement tous ceux qui auront très justement attendu une reformation du groupe pendant trois ans.

En bon double live, le programme promet d'être copieux. Quoique même plein de morceaux longs, on se dit que le double CD aurait presque pu rentrer sur un seul, mais enfin on remerciera le groupe de ne pas avoir occulté de chansons. Le choix de la set-list est bien évidemment réparti sur les trois premiers albums que THE ENID a publié, et de façon plutôt égale, en suivant l'ordre chronologique.

Après une introduction-hommage à l'hymne anglais "God Save the Queen" (aux synthés, en choeur avec le public et au final rock) prouvant si besoin était l'enracinement de THE ENID à son pays, le premier CD est donc pour moitié consacré à In the Region of the Summer Stars, plus précisément à la suite finale. "The Last Judgement" est hautement plus réussie que sa version d'origine, moins froide surtout. La montée avec le cor anglais, les sons de percussions évanescents, le son plus clair, la fin en mode "hymne" qui lui enlève de l'austérité sont autant d'excellentes idées démontrant les progrès effectués par le groupe. De même, la présentation du thème de "In the Region of the Summer Stars" en version lente, la fin dramatique puis toute en douceur et apesanteur, ainsi que le synthé qui joue à la place de la trompette, tout cela sonne tellement plus "enidien" ! "In the Region of the Summer Stars" possède un arrangement plus léché dans l'intro, des claviers plus cristallins, une fin très planante, soit une première partie haute en couleurs.

Pour Aerie Faerie Nonsense, "Mayday Galliard" se fait très conforme à sa version studio. En revanche, "Fand" mise sur un certain remodelage. La nappe au début est plus "grosse", il y a un long développement aux claviers et pour le coup, pas de basse mise en avant contrairement à l'originale. Elle le sera plus ensuite, de même que la batterie qui se déchaîne. Ce sont les principaux changements, contribuant autant que (et bien sûr) la masse de claviers cristallins à rendre cette version elle aussi meilleure que l'originale.

Comme si tout cela ne suffisait pas, Touch Me révèle lui aussi une prestation désarmante, renforcée par la présence des hautbois de Tony Freer. Dans la deuxième partie de "Humouresque", ils virevoltent au-dessus de l'ensemble rock ; sur "Cortege", la valse est encore plus belle toujours grâce au hautbois qui va chercher dans les aigües. Quant à la musique globale, on appréciera la fin en pianissimo de "Humouresque", la batterie plus massive de "Cortege", et le fait que "Albion Fair" soit ramené à 12 minutes, ce qui la condense un peu mais permet de mieux profiter de la fin. En rappel, le groupe joue un morceau appelé "Encore", qui cite en fait largement le fameux "Land of Hope and Glory" lui aussi chanté en choeur avec le public, est qui se révèle être une conclusion dignement grandiloquente pour un tel concert.

Un concert qui saura ravir, on s'en doute, tous les amoureux du THE ENID "classique" !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


CAMEL
Dust And Dreams (1991)
Renaissance et grandeur retrouvée




Bernard BENOIT
Bernard Benoit (1984)
Rock progressif breton.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Robert John Godfrey (claviers)
- Francis Lickerish (guitares)
- Stephen Stewart (guitares, percussions)
- Terry Pack (basse)
- William Gilmour (claviers)
- Dave Storey (batterie, percussions)
- Tony Freer (hautbois, cor anglais)


- volume 1
1. God Save The Queen
2. The Last Judgement
3. In The Region Of The Summer Stars
4. Fand

- volume 2
1. Mayday Galliard
2. Humouresque
3. Cortege
4. Albion Fair
5. Encore



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod