Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Loscil, Martin Schulte , Echospace, Onmutu Mechanicks, Rhythm & Sound
- Style + Membre : Robert Henke
 

 Monolake / Robert Henke (404)
 Monolake Page Facebook (64)

MONOLAKE - Gobi. The Desert Ep (1999)
Par STREETCLEANER le 29 Mars 2011          Consultée 1428 fois

Gobi The Desert EP fait partie de ces réalisations de MONOLAKE / ROBERT HENKE qui sont plus ambiantes que techno (comme le plus récent Indigo_Transform par exemple). On est clairement ici dans un esprit d’ambient à la Brian ENO avec ses Thursday Afternoon ou Neroli, entre autres, enfin toutes ses œuvres qui se trouvent être dans la lignée de son album Discreet Music. On pourrait également citer, parmi d'autres, un morceau comme "Unfamiliar Wind" sur l'album Ambient 4-On Land de Eno si on devait établir un rapprochement plus précis. Je n’hésite pas à faire une liaison avec ce grand compositeur puisque Gobi The Desert correspond tout à fait à l’idée de musique ambiante qu’il a définie (1), c’est-à-dire une musique sans fin et sans changement d’humeur ou d’atmosphère. Ce qui est bien le cas sur Gobi puisque pendant près de 37 minutes le combo allemand d’électronique va nous plonger dans une atmosphère unique et particulièrement linéaire.

A vrai dire la photo de Gobi pourrait être trompeuse car ici rien ne fait penser de manière exclusive à un désert lors de la tombée de la nuit. L’ambiance y est certes nocturne mais rien n’interdit à l'esprit de se transporter, par exemple, dans un environnement au décor technologique. Car, et c’est peut-être là la force de Gobi, son remarquable tour d’illusion, à très faible volume, et en fond sonore, on peut très bien être immergé dans un paysage naturel plutôt vide, désertique, où ce sont les insectes et les petits animaux -synthétiques- qui se font principalement entendre. Et d’ailleurs, une vision de nuit étoilée d’été pourra très vite s’imposer à l’auditeur. Mais si nous montons quelque peu le volume et portons plus notre attention, ces insectes peuvent alors prendre la forme d’une petite roue ou d’un mécanisme métallique qui tourne sans fin, et Gobi deviendra alors une plongée –pourquoi pas- dans un décor où s’invite également la technologie. Et c’est ce seul petit mécanisme (qui semble être un peu désaxé pour émettre ce bruit régulier) qui pourrait nous rapprocher de la techno, en constituant un beat infini, plus ou moins proche de nous, mais toujours d’une légèreté et d’un minimalisme extrêmes. En tout cas, le décor qui viendra à l’esprit devrait plutôt évoquer un lieu apaisant, mais faussement vide, car paradoxalement il existe pas mal d’animation (ou d’activité animale) dans cet environnement. Principalement si on l’écoute la nuit, le moindre bruit prenant alors une ampleur que l’on pourrait qualifier de démesurée pour un lieu supposé être sans vie.

Il est toujours difficile de porter une appréciation sur un tel style de musique qu’est l’ambient, surtout lorsqu’il est si radical. La place accordée au subjectif, à l’imagination personnelle, est en effet trop forte pour qu’une notation ait un quelconque sens. Donc l’auditeur jugera par lui-même selon que cette ambiance proposée lui parle ou non, si elle permet ou non à son esprit de voyager, de divaguer dans un paysage précis, ou tout simplement de s'endormir… En tout cas Gobi s’est avéré être une des réalisations les plus vendues de MONOLAKE et a rencontré un engouement qui a dépassé largement l’attente de ses compositeurs.

Note réelle : 3.5/5.

(1) “the purest expressions of what I thought ambient music should be: endless, relatively unchanging moods”

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


NAUTILIS
Sketches (2002)
Petit bijou ambient et glitch




VEX'D
Cloud Seed (2010)
Dark, urbain et post-apocalyptique


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Robert Henke (tout)
- Gerhard Behles (tout)


1. Gobi



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod