Recherche avancée       Liste groupes



      
NO WAVE/ROCK EXPéRIMENTAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (2 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (370)

SONIC YOUTH - Bad Moon Rising (1985)
Par SEIJITSU le 21 Juin 2011          Consultée 2407 fois

SONIC YOUTH souffre d’une réputation injustifiée. Sous prétexte que ses débuts sont expérimentaux, beaucoup de gens se sont mis dans la tête que cette partie de leur carrière est inécoutable car bien trop extrême.
En effet, le groupe New Yorkais ne laisse que peu de place au compromis. Il faudra un peu de temps pour s’habituer à une musique qui laisse imaginer beaucoup de choses, mais qui n'est à aucun moment efficace ou directe.

Une réputation que je trouve pas très justifiée en réalité, car si un disque comme Confusion is Sex, ou encore Bad Moon Rising, n'est pas pas abordable, il n'est pas inécoutable. C’est même le genre de reproche qu’il faut éviter de leur faire tant il paraît déplacé. Car à aucun moment leurs escapades dans le bruitisme ne semblent déplacées.

Leur précédent album montrait déjà que le groupe conciliait une recherche de nouvelles sonorités avec des ambiances poisseuses où le malaise était palpable. Bad Moon Rising est dans sa continuité mais il est aussi encore plus abouti. Des samples se greffent cette fois-ci à leur improvisations vicieuses guitarisitiques, comme « Society Is a Hole » qui nous plonge en plein enfer industriel avec ses samples de machines.
On perçoit aussi ce sens de la mélodie qui sera plus poussé sur les disques suivants, mais qui interpelle comme le lancinant «  I Love Her All the Time », interrompu de temps à autre par les grondements de guitares noisy, poussé par une batterie tribale qui rappelle que SONIC YOUTH est un groupe venant de la scène post-punk.

« I'm Insane » joue lui aussi dans la même cours, avec ce côté urgent et cette mélodie hystérique et terriblement entêtante, que ce soient ce fameux riff de guitare ou la voix concernée de Thurston Moore.
Seul « Death Valley '69 » ne semble pas avoir été formé dans le même moule, puisqu’il s’agit du morceau le plus direct de la galette. On peut même dire que c’est un tube, car il montre la capacité de la fanfare à écrire des morceaux rock directs mais diablement travaillés, avec des riffs recherchés et dissonants. Sans pour autant laisser tomber ce malaise latent que l’on ressent quand on écoute ce disque.

Mais ne vous y trompez pas, Bad Moon Rising reste comme son prédécesseur, peu accessible et surtout basé sur des ambiances noires que l’on ne retrouvera plus quelques années plus tard chez eux. Le groupe préférant mettre en avant son don pour écrire des mélodies pop sur des morceaux rock colériques.

Si jamais vous souhaitez vous enfoncer dans le monde post industriel et désabusé des débuts de la jeunesse sonique, n’oubliez pas qu’il s’agit d’une musique retorse et sombre. Mais à aucun moment, elle ne verse dans le traficotage de sons sans queue ni tête. Contrairement à beaucoup de groupes d’avant-garde qui croient faire une musique intelligente sous prétexte qu’ils font n’importe quoi. SONIC YOUTH n’a rien à voir avec eux, puisqu’il fait un rock expérimental intelligent au service des climats. La voilà la différence.

A lire aussi en ROCK par SEIJITSU :


POP WILL EAT ITSELF
This Is The Day...this Is The Hour...this Is This! (1989)
Pwei 4 ever.




2:54
2:54 (2012)
Parce qu’elles le valent bien.


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Lee Ranaldo (guitare, percussion sur 'ghost bitch')
- Kim Gordon (basse, guitare, chant)
- Thurston Moore (guitare, chant)
- Bob Bert (batterie)
- Lydia Lunch (chant sur 'death valley '69')


1. Intro
2. Brave Men Run (in My Family)
3. Society Is A Hole
4. I Love Her All The Time
5. Ghost Bitch
6. I'm Insane
7. Justice Is Might
8. Death Valley '69



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod