Recherche avancée       Liste groupes



      
NO WAVE/ROCK EXPéRIMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (323)

SONIC YOUTH - Evol (1986)
Par SEIJITSU le 19 Août 2011          Consultée 1495 fois

Thurston Moore et sa bande sont peut être un groupe farouchement expérimental à leurs débuts, ils n’en restent pas moins des mélodistes doués. Cela ne se voyait pas encore sur leurs premiers disques, encore profondément attachés à cette scène no wave, trop occupée à chercher une nouvelle voie à explorer pour le rock en faisant le plus de boucan possible.

EVOL marque le début des concessions. Si ce genre d’acte n’est pas souvent une bonne nouvelle pour n’importe quelle formation, SONIC YOUTH fait parti de ces quelques entités qui ont su flirter avec le succès sans en perdre leur âme, ni leur intérêt.

Dès « Tom Violence » (cette introduction mes aïeux !), on retrouve ces climats urbains et pessimistes qui rendent leur musique incroyablement attirante. Si les morceaux sont désormais plus courts et directs, le groupe s’abandonne encore une fois dans des distorsions guitaristiques souvent absconses mais incroyablement maitrisées. Car elles ne donnent jamais l’impression d’assister à un déballage de sons stridents sans but.
Cet épais voile de mystère, on le trouve aussi principalement sur deux morceaux qui se démarquent particulièrement du reste. « Shadow Of A Doubt » où Kim Gordon, seul membre féminin du groupe nous susurre à l’oreille des choses coquines, avant que les guitares ne reprennent leurs droits pour éventrer cette ambiance intimiste dans un vacarme terrifiant. « Secret Girl » tout aussi marquante reprend cette idée de mettre la féminité de Kim en avant. « In the Kingdom #19 » elle aussi mise tout ces atmosphères fétides, où Lee Ranaldo s’improvise un spoken word sur des guitares torturés.

SONIC YOUTH malgré le fait qu’il soit influencé par le VELVET UNDERGROUND, n’utilise pas son héritage de la même façon que son « grand père ». Les dissonances ne sont pas utilisées au hasard puisqu’elles ne visent pas le plaisir physique et les sensations. Les ambiances étant particulièrement privilégiées, parfois au détriment des mélodies. C’est pour cette raison qu’on peut ne pas adhérer à cette esthétique qui suggère beaucoup plus qu’elle ne montre.

L’héroïque « Expressway to Yr. Skull » fait justement cohabiter les deux personnalités du quatuor. Une mélodie inoubliable en première partie, suivie d’un déferlement de guitares qui s’achève sur de longues plaintes drone et donne l’impression que ce disque fut enregistré dans une cave humide et sombre.

EVOL est peut être aussi bon que l’historique Bad Moon Rising, mais c’est aussi un (excellent) disque de transition. Un nouveau chemin se dessine pour le groupe qui n’hésitera pas à le prendre avec Sister, pour arriver à son plus grand et plus connu sommet discographie et je ne vous ferais pas l’affront de le citer.

Allez hop, un 4.5/5 et des poussières pour ce grand album mais que je refuse d’arrondir à 5 étoiles. Donc pour me faire pardonner, considérez que je lui ait mis la note maximale. Elle n’est pas imméritée de toute façon, mais le meilleur est encore à venir.

A lire aussi en ROCK par SEIJITSU :


POP WILL EAT ITSELF
The Looks Or The Lifestyle? (1992)
Electro rock terrible, t’entends cousin ?




CATHERINE WHEEL
Ferment (1992)
Une grande porte d'entrée pour le shoegaze


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Lee Ranaldo (guitare, chant)
- Kim Gordon (basse, guitare, chant)
- Thurston Moore (guitare, synthétiseur, chant)
- Steve Shelley (batterie, programmation)
- Mike Watt (basse sur'in the kingdom #19')


1. Tom Violence
2. Shadow Of A Doubt
3. Star Power
4. In The Kingdom #19
5. Green Light
6. Death To Our Friends
7. Secret Girls
8. Marilyn Moore
9. Expressway To Yr. Skull



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod