Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Biters, Led Zeppelin, Deep Purple, Creeds Cross
- Membre : The Dead Daisies , Whitesnake, Guns N' Roses, MotÖrhead, Gary Moore , Dio, Huey Lewis And The News , Dare
- Style + Membre : Black Star Riders
 

 Site Officiel (326)
 Site Du Groupe Actuel (560)

THIN LIZZY - Thin Lizzy (1971)
Par MARCO STIVELL le 26 Février 2011          Consultée 2350 fois

Alors que le hard-rock s'impose en ce début des années 70 comme un courant majeur, mené de front par Led Zeppelin et Deep Purple, THIN LIZZY en est à ses premiers balbutiements. Les divers changements de membres et aussi de nom ont repoussé la parution de ce premier opus que peu de monde attendait, y compris en Irlande, le berceau du groupe. THIN LIZZY, dont le nom signifie "frêle Lizzie" (un jeu de mot hommage à un héros de bande dessinée) restera, hélas, malgré quelques succès au sein de son parcours, un groupe "mineur" dans l'avancée du hard-rock. Comprendre que le succès ne sera jamais à la hauteur de leur talent et de leur production.

Le principal acteur au milieu des nombreux changements des débuts reste le chanteur Phil Lynott. C'est au cours de ses pérégrinations que celui-ci apprend la basse. Il est rejoint par le guitariste Gary Moore pendant quelques temps, puis ce dernier finit par quitter le groupe (il y reviendra plus tard, comme chacun le sait). C'est Eric Bell qui le remplace, et la batterie est tenue par un vieil ami de Lynott, Brian Downey.

L'album number 1 auquel le groupe a donné son nom démarre avec "The Friendly Ranger at Clontarf Castle". Guitare en mode clean superbement harmonisée sur le décollage, jeu de basse groovy, chant à la fois parlé et mélodieux, le titre est joué un peu comme une marche irlandaise. Avec un pareil début, on a du mal à croire que THIN LIZZY est un groupe de hard-rock. C'est pourtant bien le cas. La preuve avec "Diddy Levine", premier véritable essai en matière de son bien "lourd". C'est une ballade au départ, à base de guitares acoustiques portée ensuite par une forte rythmique et une guitare plaintive du meilleur effet. La seconde moitié de la chanson est LE passage qui fait rentrer THIN LIZZY parmi les grands du hard-rock (le chant rocailleux de Lynott est un vrai délice), avant un retour au calme presque bucolique. Dans la même lignée, citons les excellents "Look What the Wind Blew in" - batterie folle et super solo de Eric Bell ! -, ainsi que "Ray-Gun", aux guitares bluesy avec force pédale wah-wah. Les fills de batterie sont justement employés, et cette chanson est un très bel exemple d'une caractéristique du son THIN LIZZY, à savoir le dédoublement de guitares. Ce qui nous donne un bel aperçu des capacités plus qu'honorables d'Eric Bell, aussi bien en tant que rythmicien que soliste. Ce morceau donne aussi l'impression d'écouter du Jimi Hendrix, chose assez amusante sachant que Phil Lynott possède presque le même look que le célèbre dieu de la guitare décédé alors que le premier album de THIN LIZZY naissait. On peut a-contrario noter la présence dans le milieu de l'album des chansons possédant toujours un bon son mi-blues mi-folk, mais qui, et leur courte durée n'y aide pas, laissent un sentiment incongru, celui de ne pas savoir où le groupe veut vraiment en venir, sans doute à cause de l'absence de réelles mélodies ("Clifton Grande Hotel", "Return of the Farmer's Son"), Phil Lynott invectivant plus qu'autre chose. Le plus bel exemple parmi ces chansons rock reste "Remembering part 1" : il y a alternance entre des couplets assez "slow" et des parties plus rock. Bien placé en fin d'album, ce titre a des airs de "farewell". Au bout de deux tours, on a droit à une petite partie instrumentale avec là  encore, division de guitares, toutes deux solotant à leur manière. Le final est purement jouissif, offrant un Lynott qui s'égosille, une rythmique lourde, des guitares quasiment non controlées...

Et au sein de ce premier disque très rock, le groupe n'hésite pas à nous présenter quelques passages folk acoustiques, tous d'une très bonne qualité. "Saga of the Ageing Orphan" possède un esprit ballade très reposant, doté d'une batterie fine et d'un chant doucereux. "Honesty is no Excuse" est une autre ballade qui évolue avec une forte rythmique et, fait remarquable, une superbe nappe de mellotron. Mais le plus bel exemple mélangeant folk et rock reste "Eire", dans un style complainte irlandaise classieux. Les guitares y sont mélodieuses, y compris l'électrique, participant allègrement à rendre le tout très agréable, y compris le passage rock. Jolie ode à ce grand pays (l'Irlande).

La réédition CD propose en bonus l'EP New Day paru dans le gyron du premier album. Quatre chansons, les plus intéressantes restant les deux premières : "Dublin", ayant le même esprit que "Saga of the Ageing Orphan", ainsi que "Remembering part 2 (New Day)". C'est une suite à la première partie aussi "lourde" que les parties les plus rock de cette dernière. Il y a une présence de percussions (timbales ?) donnant un effet tribal ainsi qu'une certaine répétition due à la rythmique, une belle envolée de guitare électrique. Cette partie est peut-être encore plus efficace que la première.

Si THIN LIZZY n'aura probablement jamais un statut de légende aussi conséquent qu'un Led Zeppelin, qu'un Black Sabbath ou qu'un Deep Purple, il reste sans aucun doute, et bien que n'ayant pas (encore) de musicien d'une portée similaire que ceux des groupes suscités, d'un point de vue objectif l'un des grands noms du genre hard-rock, avec son identité propre. Celle-ci est de proposer un chant caractériel mais non hurlé, de garder des éléments folk au milieu d'autres blues-rock, et de cette manière une certaine finesse, en parfait accord avec le nom qu'il s'est choisi. Les THIN LIZZY sont bien des "héros" du genre, et conservent derrière un gros son une forte sensibilité. Le hard-rock des gourmets quoi, personnellement celui que, bien qu'aimant le reste, je recherchais depuis longtemps. Merci à mes amis Quentin et Erwin pour m'avoir convaincu.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par MARCO STIVELL :


THIN LIZZY
Bad Reputation (1977)
Jouissif, once more




THIN LIZZY
Chinatown (1980)
Déclin ? vous avez dit déclin ?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Lynott (chant, basse, guitare acoustique)
- Eric Bell (lead guitares, guitare 12 cordes)
- Brian Downey (batterie, percussions)
- + Ivor Raymonde (mellotron)


1. The Friendly Ranger At Clontarf Castle
2. Honesty Is No Excuse
3. Diddy Levine
4. Ray-gun
5. Look What The Wind Blew In'
6. Éire
7. Return Of The Farmer's Son
8. Clifton Grange Hotel
9. Saga Of The Ageing Orphan
10. Remembering Part 1
11. Dublin (bonus)
12. Remembering Part 2 (new Day)
13. Old Moon Madness
14. Things Ain't Workin' Out Down At The Farm



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod