Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK-FUNK-FOLK...  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Biters, Led Zeppelin, Deep Purple, Creeds Cross
- Membre : The Dead Daisies , Whitesnake, Guns N' Roses, MotÖrhead, Gary Moore , Dio, Huey Lewis And The News , Dare
- Style + Membre : Black Star Riders
 

 Site Officiel (346)
 Site Du Groupe Actuel (585)

THIN LIZZY - Shades Of A Blue Orphanage (1972)
Par MARCO STIVELL le 17 Mars 2011          Consultée 2196 fois

Pour leur seconde grande publication chez Decca, THIN LIZZY (même mouture que pour le premier album) a choisi un concept pour le moins surprenant. Chaque morceau diffère de l'autre, ils ne sont liés en presque aucun cas (mis à part le genre hard-rock et encore, pas pour tous) et affirment une certaine diversité de genres. Notons la présence dans cette aventure de Clodagh Simmonds, musicienne échappée de l'autre groupe irlandais Mellow Candle, que l'on retrouvera un peu plus tard avec Mike Oldfield et qui tient ici toute forme de claviers. Malgré tout, la galette reste confinée d'un avis commun au (minuscule) clan des moins inspirées du groupe, ce qui est fort regrettable. Il est tout aussi dommage que je n'ai pas réalisé cette chronique dans tout juste un an car nous aurions soufflé les 40 bougies de la sortie de ce Shades of a Blue Orphanage.

"The Rise and Dear Demise of the Funky Nomadic Tribes" pour commencer. Le titre prend le temps de s'installer avec une partie instrumentale d'une minute. Le groupe a choisi d'ouvrir l'album avec une pièce longue (prog ?) : plus de sept minutes. Le titre du morceau est pleinement justifié : "nomadic tribes" correspond à Brian Downey qui matraque ses fûts sans trop passer par les cymbales, et "funky" parce que le titre est un savant mélange de groove funk (avec guitares "clean" caractéristiques) et de hard rock. Le ton est tout à fait dans ce dernier style, avec un refrain très représentatif. C'est à la fois original et excellent, sans parler des soli d'Eric Bell. Et le morceau finit comme il a commencé, mais sur une rythmique accélérée, plus lourde aussi (super solo de Downey)...

Pour "Buffalo Gal", le début est très "cavalier", le buffalo du titre semblant justifié par cette rythmique et le leitmotiv de Lynott qui imite le galop des chevaux sans faire "pataclop". Titre hard rock "doux", soutenu par une guitare imitant les pedal-steel et une nappe d'orgue. Les lignes de chant sont superbes.

"I Don't Want to Forget How to Jive" : titre à l'ambiance à la fois "saloon" (le piano dément) et rétro. Lynott s'amuse à faire le crooner rock genre Elvis Presley. C'est très prenant et la rythmique est excellente. Le morceau est assez répétitif cependant, et il n'est pas bien long (moins de deux minutes).

On se repose un peu avec la sublime ballade "Sarah", petite berceuse folk où les guitares acoustiques et le piano sont rois. Lynott chante de manière très soft en roulant parfois les "r". Le genre de chanson que l'on aimerait apprendre à la guitare et chanter à sa compagne.

La deuxième partie du disque renoue un peu plus fidèlement avec le rock "à la Thin Lizzy". "Brought Down" commence de manière acoustique (avec un joli dédoublement de voix avant le décollage) mais part très vite dans une complainte rock résolument torturée et qui n'est pas sans rappeler certains des meilleurs morceaux du premier album. Lynott fait délicieusement "saturer" sa voix sur les refrains.

"Baby Face" commence avec un bon riff et un esprit hard sautillant, sans mélodie réellement apparente. Ce n'est pas un mal, le titre transpire l'énergie, les breaks, les cris de Lynott et les interventions des guitares-basse sont puissantes.

"Chatting Today" est une petite parenthèse acoustique une nouvelle fois, mais lancée sur un tempo très hispanique, et contenant des plans de guitares dans le même goût. Phil Lynott invective une nouvelle fois et fait "saturer" ses cordes vocales, pour notre plus grand bonheur bien qu'on ne sache pas vraiment où la musique veut aller. C'est plus une récréation qu'autre chose.

On renoue avec le hard lizzyien pur grâce à "Call the Police", riffs de guitare et fills de batterie à l'avenant, Lynott préférant toujours un chant "normalisé" à des cris stridents. Le pont est peut-être le meilleur moment de ce morceau, et la fin façon sirène de voiture de police force le sourire.

Le highlight de Shades of a Blue Orphanage reste le morceau du même nom. Ballade mi-rock mi-acoustique à l'ambiance flottante, sa caractéristique principale reste la nappe de mellotron et la présence du clavecin. Atmosphère prenante, ton désespéré charmant, ce titre, lui aussi long de sept minutes est une des pierres angulaires du THIN LIZZY première période. On pense à la photo de la pochette, l'enfance qui fuit...

Voilà pour cette "petite" analyse, certes très titre par titre, mais qui tend simplement à mieux faire ressortir les différences entre les morceaux et leurs atouts. Car bien que seulement deux ou trois titres ("Sarah", le premier et le dernier) surpassent largement la note moyenne, l'album entier est très bon, il n'y a pas vraiment de choses à regretter - tout juste "Call the Police" paraît un peu moins inspiré que le reste -. On peut aussi remarquer que la diversité joue sur une ambivalence : elle peut amoindrir l'impact de l'album (à cause d'un manque de cohérence) comme en faire son charme. Et je vais plutôt dans ce dernier sens.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en DIVERS par MARCO STIVELL :


Natalie MERCHANT
Leave Your Sleep (2010)
Le dernier album de natalie merchant




Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces (1979)
Premier volume d'une riche série


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Lynott (chant, basse, guitare acoustique)
- Eric Bell (guitares)
- Brian Downey (batterie, percussions)
- + Clodagh Simmonds (piano, orgue, clavecin, mellotron)


1. The Rise And Dear Demise Of The Funky Nomadic Trib
2. Buffalo Gal
3. I Don't Want To Forget How To Jive
4. Sarah
5. Brought Down
6. Baby Face
7. Chatting Today
8. Call The Police
9. Shades Of A Blue Orphanage



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod