Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (2 / 26)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Thin Lizzy
1972 Shades Of A Blue Orph...
1973 Vagabonds Of The West...
1974 Nightlife
1975 Fighting
1976 Jailbreak
  Johnny The Fox
1977 Bad Reputation
1978 Live And Dangerous
1979 Black Rose
1980 Chinatown
1981 Renegade
1983 Thunder And Lighting
  Life
2001 Vagabonds, Kings, Warrio...
 

- Style : Biters, Led Zeppelin, Deep Purple, Creeds Cross
- Membre : The Dead Daisies , Whitesnake, Guns N' Roses, MotÖrhead, Gary Moore , Dio, Huey Lewis And The News , Dare
- Style + Membre : Black Star Riders
 

 Site Officiel (418)
 Site Du Groupe Actuel (669)

THIN LIZZY - Jailbreak (1976)
Par MARCO STIVELL le 17 Janvier 2012          Consultée 2752 fois

Hauts les coeurs et petits soldats au garde à vous les amigos, nous sommes dans la période des albums de THIN LIZZY qui mettent tout le monde d'accord. Si selon moi le groupe atteint un premier sommet avec Fighting, c'est bien avec Jailbreak que les hardos commencent à avoir du mal à déterminer quelle est la meilleure galette de leur carrière. Jailbreak est ainsi, plus que Fighting, un genre de concept auquel on voue un culte, et ce n'est pas grâce à l'historiette de science fiction griffonnée au dos de l'ancien vinyle. Non, on le doit uniquement à la musique.

L'album entier a été écrit par Phil Lynott, avec l'aide de ses collègues laissant chacun leur empreinte sur un titre, et la seule composition collective (tout le groupe quoi) étant "Emerald". Jailbreak porte en lui la marque du succès, les recettes de son prédécésseur étant encore mieux utilisées... pour les titres où ça marche. Ne vous méprenez pas, pratiquement l'ensemble du disque est grandiose.

J'ai presque envie de jeter l'éponge tellement tout est désarmant d'excellence et de maîtrise rock jouissive, elle aussi au possible. Le groupe arrive à proposer une hard attitude à la hauteur de son talent, tout en n'oubliant pas de rester fidèle au nom qu'il s'est choisi, synonyme d'une certaine finesse musicale. Ainsi, une respiration telle que "Fight or Fall", sous forme de ballade à la "Wild One" reste très bienvenue, le groupe y emploie une recette intelligente autre que la fameuse formule "guitares harmonisées à la tierce", et Lynott fait le fou sur le final. Sinon, ce ne sont que des morceaux d'une puissance indéniable, due à un dynamisme très marqué et des parties de guitares on-ne-peut-plus succulentes.

"Jailbreak" démarre sur un gros accord bien gras, qui signifie bien le "c'est parti !" tant attendu pour ceux qui avaient encore de la réserve pour Fighting. Les trois guitares (en comptant la basse) jouent sensiblement la même chose sur les couplets, un riff basique, et les refrains n'en sont que plus explosifs, y compris grâce au chant de Lynott qui se dédouble. Que dire alors du pont avec ces sons d'alarmes, une nouvelle trouvaille géniale ? "Angel from the Coast" est lancé sur les chapeaux de roue, chose que l'on appréciera pleinement tout comme l'arrangement de guitares, légèrement funky pour la clean (et on retrouve notre harmonie à la tierce tant aimée). "Romeo and the Lonely Girl" est dans la même lignée, avec un zeste de soul dans le chant, chose pas négligeable. Et ce solo, miam ! "Warriors" est un premier monstre avec cette intro instrumentale d'une minute, ces choeurs épiques et ce solo de Robertson complètement échevelé.

La deuxième face du vinyle n'est pas en reste avec trois autres monstres. "Cowboy Song" est la petite curiosité de l'opus avec cette intro très morriconienne où là par contre l'harmonica n'est pas de trop. Le développement est ensuite dans la pure tradition du THIN LIZZY de l'époque, du hard qui assume bien ses racines blues (presque un pléonasme ceci dit). Et toujours ces guitares époustouflantes... Quand on pense que "The Boys Are Back in Town" aurait pu ne pas être le premier single, on se serait dit "quel gâchis !" C'est finalement le plus grand succès du groupe en termes de morceaux. Groovy, gorgé de guitares avec ce chant toujours aussi désabusé, c'est un régal. Quant à "Emerald", c'est tout simplement la meilleure de toutes. Pas étonnant que ce soit le seul morceau collectif, car tout le groupe y est encore plus impérial que d'habitude, Brian Downey notamment sur les parties tribales, et les deux guitares se suivent ou jouent alternativement, créant un effet jubilatoire.

Que de bijoux, pas mal pour un album qu'on a raison de cultiver !

A lire aussi en HARD ROCK par MARCO STIVELL :


NOBODY'S CULT
Try To Teach Me Love (2017)
Rock français (en anglais), stoner et sexy




THIN LIZZY
Nightlife (1974)
Entre blanc et noir


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Lynott (chant, basse, guitare acoustique)
- Scott Gorham (guitares)
- Brian Downey (batterie, percussions)
- Brian Robertson (guitares)
- + Tim Hinkley (claviers)


1. Jailbreak
2. Angel From The Coast
3. Running Back
4. Romeo And The Lonely Girl
5. Warriors
6. The Boys Are Back In Town
7. Fight Or Fall
8. Cowboy Song
9. Emerald



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod