Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Fistful Of Mercy, Austin Lucas , The Porters , Tim Vantol , Front Porch Step, The Soundstrippers
- Membre : Hot Water Music
- Style + Membre : The Revival Tour

Chuck RAGAN - Covering Ground (2011)
Par GEGERS le 10 Octobre 2011          Consultée 1681 fois

J'ai perdu le goût de vivre et j'ai trouvé mon salut. Dans un album à la pochette grise comme la pluie du Minnesota. Une bouffée d'air frais dans un écrin de sobriété, voici quel a été mon remède. De la musique, ouais. Quoi d'autre, après tout ? La musique agit comme un cicatrisant naturel sur les plaies les plus saignantes, les plus douloureuses. Tout particulièrement lorsque son auteur partage ces maux avec vous. Cette pochette est triste comme les pierres, et Chuck RAGAN doit l'être aussi, plus qu'à son tour. Comment parviendrait-il sinon à composer ses chansons pleines de couleurs et de formes, typiques de ces « âbimés » de la vie qui voient leur existence comme un long chemin marqué par les creux et les bosses, de virages en épingles et dénué de panneaux de signalisation ?

Chuck RAGAN fait partie de ces artistes qui vous donnent envie de jeter un coup d'œil aux étoiles et de prendre une grande bouffée d'air frais, tant que c'est encore gratuit. Ce n'est pas tant l'aura du chanteur que sa musique. Entendre tout ce qu'une voix rauque et rugueuse, une guitare acoustique, un violon et une contrebasse peuvent faire ensemble suffit à redonner foi en la vie et l'être humain.

Ce petit miracle, Chuck l'a déjà produit sur ses albums solo passés, lui qui s'est échappé momentanément de son groupe Hot Water Music pour laisser libre cours à ce surplus d'existence, cette émotion à fleur de peau et cette tendresse à la paille de fer que seule la country-folk semble à même d'exprimer. Pas la country des pionniers bien sûr, celle qui fait danser le quadrille à Mel Gibson dans Maverick. Nenni. La country proposée ici est naturellement modernisée par l'urgence et la « brutalité » de l'interprétation. Le temps file de plus en plus vite semble-t'il, et Chuck RAGAN court derrière, à la manière d'un lapin blanc bien connu. Il court après tout ce qu'il aurait pu être, après son amour, et après cette société destructrice qui ne l'aide pas à devenir meilleur. Les accords de guitare, comme autant de pulsations cardiaques, se succèdent avec une énergie folle, elle-même décuplée par les mélodies héroïques du violon et les contre-temps rythmiques, comme autant de faux-pas, de trous de souris qui forcent l'auditeur à une gymnastique cérébrale pour éviter la chute. « Covering ground » stimule le corps et l'esprit, tel pourrait être le slogan de cet album.

Impossible néanmoins pour l'artiste de renier l'héritage, la tradition. Chuck RAGAN est lui-même cet héritage, ce petit bout d'Amérique profonde, nomade et rêveuse, qui se voit trop souvent associée aux imbéciles de la NRA (National Rifle Association). En un sens, Covering Ground est ce pont entre les générations qui aide à faire le point pour mieux aller de l'avant. Effet curatif. Chuck vient de ces contrebasses maniées par des barbus rieurs, le mégot au coin de la bouche. Il vient aussi de ces violons maltraités hardiment par des « Ol'Timer » au regard salace. Les clichés de l'Amérique perdurent dans cet album, et feront sans doute sourire les esprits obtus. Reste qu'en mêlant les générations, les influences et les inspirations, Chuck RAGAN devient un artiste inédit, qui ne ressemble à aucun autre dans le paysage musical actuel (même si un rapprochement peut être effectué avec l'audacieux Austin Lucas).

Lorsque la country se fait remède, l'effet n'est certainement pas placebo. Le renouveau musical existe, il faut aller le chercher dans ces artistes qui font grand bruit sur album mais ne font guère parler d'eux, de peur qu'un trop grand nombre les écoutent. Le mal-être résorbé, le talent magnifié, Chuck RAGAN donne envie de lâcher simplement un timide « Finalement, ça va ». Et à l'écoute de Covering Ground, rien n'est plus vrai.

A lire aussi en COUNTRY par GEGERS :


Austin LUCAS
Between The Moon And The Midwest (2016)
L'ohio, ses plaines, ses plateaux, ses chanteurs




Chris ISAAK
Mr Lucky (2009)
Born in the usa...


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Chuck Ragan (chant, guitare)
- Jon Gaunt (violon, mandoline)
- Joe Ginsberg (contrebasse)


1. Nothing Left To Prove
2. Nomad By Fate
3. You Get What You Give
4. Wish On The Moon
5. Come Around
6. Seems We’re Ok
7. Valentine
8. Right As Rain
9. Meet You In The Middle
10. Lost And Found



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod