Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Biters, Led Zeppelin, Deep Purple, Creeds Cross
- Membre : The Dead Daisies , Whitesnake, Guns N' Roses, MotÖrhead, Gary Moore , Dio, Huey Lewis And The News , Dare
- Style + Membre : Black Star Riders
 

 Site Officiel (326)
 Site Du Groupe Actuel (560)

THIN LIZZY - Black Rose : A Rock Legend (1979)
Par MARCO STIVELL le 29 Mars 2012          Consultée 1886 fois

Vous rêviez d'un album de THIN LIZZY complet avec Gary Moore ? Le groupe l'a fait ! Après l'éviction désormais définitive de l'excellent Brian Robertson, Phil Lynott a fini par se rapprocher du mythique guitariste qui n'avait été présent qu'épisodiquement jusqu'alors. Force est de constater que Black Rose lui rendra de ce fait plus justice à lui plutôt qu'à Scott Gorham, mais celui-ci ne fait pas pour autant office de touriste (office du tourisme, ha ha ha), on y reviendra. Downey qui s'était absenté quelques temps pour s'occuper de son petit garçon, fait aussi son retour, et le disque est enregistré en France, cocorico ! Black Rose est aussi marqué par l'addiction surprononcée de Gorham et de Lynott à la boisson et aux drogues, pendant les sessions d'écriture, d'enregistrement, et même après. C'est ce qui aura raison de la présence de Moore, qui les lâchera en plein durant la tournée suivante. Quant à savoir si ces excès étaient réellement nécessaires pour accoucher d'un nouveau chef-d'oeuvre, en particulier pour "Roisin Dubh", il y a un pas que je ne franchirai pas...

Alors on parle de dernier grand sursaut, du dernier rempart solide avant le fossé, du dernier string excitant sur le mannequin avant de retomber dans les culottes de grand-mère ou les pantys Sloggi, ou je ne sais quelle autre comparaison complètement indigente... Quoiqu'il en soit, Black Rose a effectivement tout d'un nouveau classique, à recommander directement à ceux qui recherchent un alliage subtil et secret de gros son et de finesse, de folie et de densité, d'humour aussi... A ce titre, on ne notera pas une seule ballade sur cet opus, tout juste une bluette acoustique très amusante appelée "Sarah", avec congas et où les guitares prennent des sonorités hawaïennes. Le chant de Lynott y paraît plus mélodique, moins désabusé et le solo de guitare prend un ton consensuel tordant.

Sinon c'est du rock pur et dur, plein de sueur à l'image de tous les albums depuis 1975, mais avec la fougue de Moore en plus. Celle-ci s'exprime à qui mieux-mieux sur l'époustouflant "Toughest Street in Town" (ah ce riff "hélicoptère"), le "S&M" aux accents funky où elle se base sur des répétitions, ou encore "Got to Give It Up" où elle se fait carrément vertigineuse. Gorham arrive à se faire entendre en particulier sur "With Love" côté solos, et fait de son mieux pour tempérer son collègue par le biais de riffs harmonisés sur "Do Anything You Want To" ou "Waiting for an Alibi". C'est en cela que la finesse légendaire de THIN LIZZY ne disparait pas. Et en même temps, qu'est-ce que ça peut être jouissif ! Downey et Lynott ne sont pas en reste, ce dernier en particulier gagne en furie sur "S&M", "Got to Give It Up" et surtout "Get Out of Here". Black Rose brille encore grâce à des compos éclatantes, comme ce "Do Anything You Want To" riche en groove et chaleur soul, ce "S & M" funky aux choeurs féminisants, "With Love" aux sonorités de guitares différentes, et bien sûr "Sarah" qui aère le tout.

Mais le clou du spectacle, chers amis, c'est bien cette suite héroïque qui clôt l'album. Si Lynott et sa bande (sauf Gorham) n'ont jamais oublié qu'ils sont irlandais, leur musique n'en faisait pas son apanage. Et voilà que, si l'on suit les dires de certains, ils en arrivent à conclure leur âge d'or avec le plus bel hommage à leur mère patrie. Point besoin de cornemuses ou de whistles, ce sont les guitares qui se tapent tout le travail, et "Roisin Dubh" ("rose noire" en gaélique) est un savant collage de nombreux classiques du cru, notamment "Danny Boy" et "Shenandoah". Décortiquons un peu cette curiosité. Elle commence avec une métrique impaire ou composée (on la ressent ternaire pourtant, c'est la batterie qui nous trompe) et inutile de préciser que les gros riffs nous prennent aux tripes dès le départ. Montée héroïque, la rythmique redevient normale, solo glorieux de Scott Gorham. Thème sur fond de danse irlandaise, façon jig (1-2-3, 1-2-3...), riff harmonisé tout y est. Nouveau développement en reel, danse binaire la plus rapide du répertoire nordique. Caisse claire matraquée, reprise du chant sur fond de synthés. Puis la rythmique du début fait son retour de façon troublante et le morceau se conclue en apothéose, naturellement sur un fade-out. Que dire après ça ? Rien, il faut juste immédiatement le réécouter, encore et encore... Quelle perle !

Avec tout ça, si Black Rose est bien la fin de l'âge d'or du groupe (chose que je ne peux confirmer encore), voilà encore une masterpiece pour laquelle les plus beaux superlatifs seront trop pauvres. Buíochas THIN LIZZY !

A lire aussi en HARD ROCK par MARCO STIVELL :


THIN LIZZY
Live And Dangerous (1978)
Le plus grand live de tous les temps




THIN LIZZY
Bad Reputation (1977)
Jouissif, once more


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Lynott (basse, chant, guitare acoustique 12 cordes)
- Scott Gorham (guitares, choeurs)
- Gary Moore (guitares, choeurs)
- Brian Downey (batterie, percussions)
- + Huey Lewis (harmonica)
- Jimmy Bain (basse)


1. Do Anything You Want To
2. Toughest Street In Town
3. S&m
4. Waiting For An Alibi
5. Sarah
6. Got To Give It Up
7. Get Out Of Here
8. With Love
9. Róisín Dubh (black Rose) : A Rock Legend



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod